Accusé de détournement…la CAF pointe du doigt Issa Hayatou

Soupçonnée de malversations financières, la CAF réagit !

Samedi, la presse anglo-saxonne publiait le résumé du rapport de la société PwC qui a réalisé un audit des comptes de la Confédération africaine de football (CAF). Mettant en évidence le manque de transparence dans l’utilisation des subventions allouées par la FIFA, le document faisait état de possibles détournements de fonds.

L’instance panafricaine a réagi ce dimanche à travers un communiqué cinglant, criant au complot. « Les réformes structurelles de la CAF continueront malgré les tentatives de dérailler ce processus par presse interposée. Le Comité Exécutif de la CAF se réserve par ailleurs le droit de poursuivre en justice tous les auteurs d’allégations mensongères et non fondées qui circulent depuis quelques jours dans la presse et sur les réseaux sociaux», a menacé la CAF.

Ahmad tacle la « gestion familiale » de l’ère Hayatou

Insistant sur les efforts accomplis en matière de transparence depuis l’élection d’Ahmad en 2017, l’instance fait remarquer que ce rapport concernait les comptes sur la période 2015-2018, ce qui correspond en partie à la fin de l’ère Issa Hayatou : « Conscient des lacunes dans la gestion des affaires de la CAF, leg d’une gestion familiale de plus de 30 ans, le Comité Exécutif avait entériné le lancement d’un audit général le 11 avril 2019. (…) La conduite du changement après plusieurs décennies de gestion artisanale ne peut se concrétiser en quelques semaines. Le Comité Exécutif est résolu à finaliser la transformation de la CAF pendant son mandat.»

La CAF a conclu en promettant la plus grande transparence et en annonçant qu’elle communiquera sa feuille de route en matière de bonne gouvernance dans les prochains jours : « Le Comité Exécutif a prévu une session le 14 février 2020 pour entériner la feuille de route 2020-2021 qui prendra en compte les différentes recommandations. Une communication régulière et transparente permettra à tous les observateurs et amoureux du football africain de juger des progrès réalisés » Malgré ce discours optimiste, le contenu du rapport rendu par PwC pourrait bien inciter la commission d’éthique de la FIFA à mener ses propres investigations.

Intégralité du communiqué de la CAF

«Les réformes structurelles de la CAF continueront malgré les tentatives de dérailler ce processus par presse interposée. Le Comité Exécutif de la CAF se réserve par ailleurs le droit de poursuivre en justice tous les auteurs d’allégations mensongères et non fondées qui circulent depuis quelques jours dans la presse et sur les réseaux sociaux.

Conscient des lacunes dans la gestion des affaires de la CAF, legs d’une gestion familiale de plus de 30 ans, le Comité Exécutif avait entériné le lancement d’un audit général le 11 avril 2019. C’est également le Comité Exécutif de la CAF qui a demandé à la FIFA de mettre en place un partenariat de 6 mois afin d’accélérer les réformes entamées.

Plusieurs mesures structurantes avaient été prises avant et pendant le partenariat de 6 mois avec la FIFA. Ces mesures concernent à la fois la gouvernance et la gestion courante des affaires de la CAF. Nous allons donc continuer dans cette voie des reformes et ainsi hisser la CAF aux meilleurs standards internationaux. La conduite du changement après plusieurs décennies de gestion artisanale ne peut se concrétiser en quelques semaines. Le Comité Exécutif est résolu à finaliser la transformation de la CAF pendant son mandat.

Le Comité Exécutif a prévu une session le 14 février 2020 pour entériner la feuille de route 2020-2021 qui prendra en compte les différentes recommandations. Une communication régulière et transparente permettra à tous les observateurs et amoureux du football africain de juger des progrès réalisés.»