Ultimate magazine theme for WordPress.

Après sa passion pour les massages…Voici l’autre obsession de Sonko

2

Le leader du Parti des Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la Fraternité (Pastef) ne rate pas l’occasion de faire parler de lui. Ousmane Sonko, c’est de lui qu’il s’agit, se refuse de faire partie des opposants de salon. Il est de tous les combats. En pleine résurgence de la pandémie de Covid-19, il a tenu un point de presse vendredi passé pour donner son avis sur la 3eme vague qui dicte sa loi dans le pays. Mais ces multiples sorties médiatiques montrent que le député, en dehors de l’affaire de viol dans lequel il est cité, a deux autres problèmes.

La 3eme vague de Covid-19 est devenue un véritable problème national. Hommes politiques, chefs religieux, acteurs culturels ou même sénégalais lambda multiplient les campagnes de sensibilisation pour chasser le virus mortel. C’est dans ce contexte que le patriote en chef a tenu un point de presse, le vendredi dernier, pour revenir sur la propagation du virus Delta. Face à la presse il a renoncé à son « Nemekou Tour » (campagne de levée de fonds) à cause du coronavirus. Mais il ne s’est pas arrêté à la sensibilisation. Ousmane Sonko n’a pas raté le chef de l’État, Macky Sall, l’accusant « d’être responsable » de cette situation.

Sur ce point, il a relevé du gâchis dans la distribution des Fonds Covid-19. « En mars 2020, il y avait 12 lits de réanimation, au Sénégal », a-t-il relevé, assimilant cette situation à « une véritable catastrophe. » « Qu’est-ce qu’on devait faire ? On devait orienter les fonds de Covid-19 pour régler cette insuffisance », a-t-il préconisé. Par ailleurs, « si on avait 500 lits de réanimation, on ne vivrait pas pareille situation », a-t-il appuyé. « C’est un crime contre le peuple sénégalais qui est exposé au moment où le président Macky Sall achète un nouvel avion. Ce n’est même pas sérieux », a-t-il martelé.

Les nombreuses sorties médiatiques d’Ousmane Sonko renseignent d’une chose, son problème majeur c’est de trop communiquer. Il veut être dans toutes les sauces. Le leader de Pastef profite de la toute petite occasion pour convoquer la presse. Et toute sa communication tourne autour du président Macky Sall et de son régime. Qualifié de mauvais communicant par beaucoup d’observateurs, il fuit même les questions des journalistes. « Dans la communication, le plus compliqué n’est ni le message, ni la technique, mais le récepteur », disait Dominique Wolton. Et les messages de Sonko n’emballent plus les sénégalais.

Et s’il en est ainsi c’est parce que l’homme nourrit une certaine haine pour le locataire du Palais. Obsédé par Macky Sall, Ousmane Sonko l’accuse de tous les pêches d’Israël. Le leader de Pastef ne rate jamais l’occasion de lancer des missiles sur le régime en place. Il est impossible pour le bourreau présumé d’Adji Sarr de parler sans pour autant citer le chef l’État. Le nom de Macky est au bout de la langue de Sonko. Et cela beaucoup s’en sont rendus compte.

« Moi je pointe l’irresponsabilité, le manque de professionnalisme des organes de presse de ce pays. Le gars toutes les deux semaines il fait appel à la presse et accuse deux ou trois personnes sans fondement et leurs donne RV la semaine prochaine. Après Mr Diallo, Tony Blair, maintenant c’est au tour de Macky. Le niveau politique de ce gars est trop bas ça montre juste qu’il a beaucoup à apprendre dans ce milieu », écrit un internaute dans un post Facebook. Et son avis est partagé par les adeptes des réseaux sociaux qui ne ratent pas l’occasion de rappeler au leader de Pastef ses dérives communicationnelles.

Ousmane Sonko, qui aspire à diriger ce pays, devrait revoir toute sa stratégie de communication. S’il n’y prend garde, son obsession pour son éternel rival, Macky Sall, le mènera à sa perte. Il n’est pas donné à tout le monde de parler en public et le patriote en chef doit savoir que « celui qui sait parler sait aussi quand il faut parler ». Mais aussi quoi dire et comment le dire. Tout le monde n’a pas le même degré de compréhension.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (2)