Babacar Diagne…Un jeune leader go-between des plateformes

Président du Conseil des Entreprises du Sénégal (CEDS), la toute dernière et quatrième structure patronale du pays, exclusivement composée de Très Petites et moyennes entreprises (Tpmes), Babacar DIAGNE, ce jeune ancien diplômé d’etudes comptable de Gestion des Entreprises de l’ENSUT de Dakar, s’efforce à impulser une nouvelle dynamique entrepreneuriale, après plusieurs années passées aux USA. Un nouveau tournant commence en 2013 de retour en terre natale.

Un jeune leader du secteur entrepreneurial sort du bois et joue sa carte. Au lendemain de son retour au bercail, il mijote et concocte du solide. Dans un style innovant et de battant. Babacar, le revenant des USA décide de se lancer dans le très réservé monde des affaires. Pas à coups de millions, mais sous la forme d’un think-tank. Des centaines de startups sous son leadership mettent en place le CEDS en 2013, qui, est composé de plus de 25 000 acteurs économiques. Il donne petit à petit de la voix et des couleurs à son organisation. Fruit de son engagement et de ses fortes recommandations, il fait le déplacement aux côtés du Président Macky SALL dans plusieurs voyages officiels dont le dernier remonte au 26 janvier 2020 en Allemagne dans le cadre de la réunion annuelle de l’Association des Petites et Moyennes entreprises.  Le sémillant, réputé pour son énergie débordante, s’adosse sur deux béquilles pour faire rayonner sa structure, la quatrième organisation du pays. Elles lui ont facilité d’avoir cette légitimité. Il s’agit de Mme Cemile SANCAK et Mr Boilo LOKO, ancien  Représentant résident du Fonds monétaire international (FMI) au Sénégal. La montée en puissance du jeune patron du CEDS, Babacar DIAGNE, n’est pas du goût de certains poids lourds du secteur, confirme une source anonyme. Ses prises de parole parfois devant le Chef de l’État sénégalais sont vues d’un autre œil, celui de la défiance vis-à-vis des mastodontes ou d’un jeune loup aux dents longues, qui entend avoir une place au soleil. Presque, une quatrième pépite royale.  Mais, de plus en plus, beaucoup ergotent que la survie de l’organisation que Babacar DIAGNE dirige, dépendra en grande partie sur les rapports de force qui s’exerceront sur ce champ de batailles, où tous les coups sont permis.

Confidentiel Afrique