Babou Bamba : « Les peuples n’ont qu’un seul ennemi dangereux : leur gouvernement »

De la renaissance Sénégalaise

Les peuples n’ont généralement qu’un seul ennemi dangereux : c’est son gouvernement.
 Il serait difficile de ne pas donner crédit à cette assertion si après 60 ans d’indépendance, le Sénégal est toujours à la recherche de satisfaction de besoins primaires en d’autres termes, nous luttons en permanence pour se maintenir en vie.
Ce qui revient à accepter sans ou avec la résignation qui sied que : EN AFRIQUE ET AU SÉNÉGAL, EN PARTICULIER, ON NE VIT PAS, MAIS ON SURVIT.
Cette situation, faite a dessein est décorée de mensonges tel un sapin de Noël, nous a été imposée avec la complicité de nos élites qui ont servi de tremplin aux occidentaux pour donner à ces derniers le privilège de faire main basse sur nos ressources.
Vous conviendrez avec moi que,  quand  un peuple est maintenu dans une pauvreté extrême, quand un peuple est assoiffé et privé de ses droits les plus élémentaires; ses priorités sont orientées ailleurs.
L’ordre des priorités serait inversée, car le peuple se soucierait plus à maintenir le ventre plein que d’user de son intellect.
 Le rôle d’alerte et de contrôle citoyen est alors rangé aux oubliettes, sa faculté à se libérer contre l’injustice est mise en veilleuse, il lui serait difficile alors de s’inscrire dans une dynamique unitaire en vue de se libérer des goulots d’étranglement. C’est avec ce mécanisme que nos gouvernants jouent avec les consciences des peuples afin de mieux les maintenir sous sédatif.
C’est dans ce contexte qu’il faut saluer la démarche lumineuse et éclairée de OUSMANE SONKO, qui a réussi à éveiller les consciences en invitant le peuple à observer un regard critique sur la gestion de nos ressources.
Dès lors, il est impératif de refuser l’endormissement de nos esprits au risque de connaître un réveil brutal.
Marley avait raison de dire: we’re survivors, Black survival…
A suivre….
Babou Bamba