Ce ministre de Macky met la Diaspora en…Colère

La Paralysie de la justice met en colère toute la diaspora sénégalaise qui accuse le ministre Malick Sall dans son entêtement à faire plier « par tous les moyens nécessaires » le syndicat des travailleurs de la justice

S’il y a un ministre dans le gouvernement du Président Macky Sall à voir sa côte d popularité baisser chaque jour davantage, c’est bien le ministre de la Justice, Me Malick Sall. Plus provocateur que ce ministre, tu meurs… Depuis plus d’un mois, le secteur de la justice est paralysé, à cause de la grève de ses travailleurs. Des travailleurs qui revendiquent l’application de certaines mesures prises l’Etat, dont l’une d’elles fait même l’objet d’un décret de la part du Président de la République.

Pendant ce temps, que fait le Garde des Sceaux, pour faire revenir le calme et ramener les travailleurs à de meilleurs sentiments. Rien. Sauf le mépris qu’il leur affiche. Depuis plus d’un mois, le secteur de la justice est paralysé. Malgré les réclamations d’associations de la société civile, des syndicats d’autres corps de métier, le ministre avait toujours refusé de se mettre à la table des négociations avec le Syndicat des travailleurs de justice (SYTJUST), préférant sans doute jouer avec ce dernier au chat et à la souris.

Finalement, le ministre veut revenir à de meilleurs sentiments en acceptant enfin de prendre langue avec le SYTJUST. Une décision qu’il aurait pu accepter de prendre, il y a plusieurs semaines de cela, et qui aurait épargné tous les usagers de nombreux désagréments. Les désagréments ont été nombreux. Même les Sénégalais de la diaspora, se trouvent aujourd’hui mécontents du ministre de la Justice Me Malick Sall.

En effet, les Sénégalais qui vivent en France par exemple et qui avaient besoin de pièces comme des actes de mariage, de divorce, des casiers judiciaires et autres, ont vu leurs dossiers administratifs être bloqués, du fait de la paralysie du secteur de la justice. Tout ça, à cause de l’entêtement du ministre Me Malick Sall.

La rédaction de Xibaaru