Conflit Arménie et l’Azerbaïdjan…Quelle position pour le Sénégal ?

Conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan: l’Afrique prend position.

Le Haut Karabagh est marqué par un conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan vieux de presque trente ans et qui a fait depuis plus de trente mille morts. Rattachée à la République d’Azerbaïdjan par Staline, cette région montagneuse du Caucase avait fait sécession de Bakou en 1991 devenant une République autoproclamée. Seulement, cette accession à la souveraineté internationale n’est jusqu’ici pas reconnue par la communauté internationale.

L’Arménie voisine de l’Azerbaïdjan soutient militairement les indépendantistes ce qui au vu du droit international constitue manifestement une ingérence dans les affaires intérieures d’un Etat souverain puisque le conflit est interne en Azerbaïdjan. C’est sur la base de cette immixtion tout au moins illégale que la Turquie, face au soutien d’Erevan aux rebelles du Haut Karabagh, s’est dite disposée à soutenir Bakou afin qu’il puisse recouvrir l’intégralité et l’intégrité de son territoire. Tout comme Ankara, l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) voix collective de la communauté musulmane a condamné vigoureusement les attaques répétées de l’Arménie sur les territoires occupés de l’Azerbaïdjan.

Au plan multilatéral, il est ressorti de l’examen des relations des pays d’Afrique que si la Francophonie les lie à l’Arménie, l’OCI les lie à l’Azerbaïdjan qui a vu naître en 2004 l’organe subsidiaire panislamique en charge des questions de Jeunesse (ICYF) et où est érigé depuis 2010 le centre régional Eurasie du Forum de la Jeunesse Islamique (ERC-ICYF). Aussi le Président Azéri Ilham Aliyev occupe la fonction de Secrétaire Général du mouvement des pays non alignés, organisation dont l’Union Africaine est membre observateur et qui promeut la coopération sud-sud.

Au plan bilatéral, un fait intéressant avait attiré il y’a douze ans l’attention des analystes. En effet, le Sénégal pays membre fondateur á la fois de l’OCI et de l’OIF dont il est l’un des pivots en Afrique avait soutenu en 2008 à New York la position de Bakou sur le vote d’un projet de résolution portant sur la situation en Azerbaïdjan des territoires occupés par des forces militaires soutenues par l’Arménie.

Ce qui est un heureux précèdent puisque fondé non pas sur une quelconque confession religieuse (le Sénégal étant une République laïque) mais relève de l’adoption d’un principe fondamental d’un Etat souverain relatif à son droit à l’inviolabilité de ses frontières et à l’intégrité de son territoire. Pertinent aussi dans la mesure où le Sénégal a déjà fait l’objet d’une menace qui paraît similaire, avec l’implication d’un voisin immédiat apportant un soutien intéressé sur le trafic international de bois devant financer l’achat d’armements des rebelles indépendantistes.

conflit
Place Bakou à Dakar (Hann Bel air)

Cette position tranchée du Sénégal sur l’intangibilité des frontières consolidera la relation Sénégalo-Azerbaïdjanaise entamée depuis 1996 et matérialisée par un acte symbolique conjoint qu’est l’édification d’une place dénommée « Bakou » à Dakar (en allant vers SCOA) et d’une place baptisée « Dakar » au centre-ville de Bakou la capitale Azérie. Quant au partenariat Sénégalo-Arménien, il remonte à la récente date de 2004, pas si lointaine dans l’histoire.

conflit
Place Dakar à Bakou capitale de l’Azerbaïdjan

Face à la résurgence de la crise armée en Haut Karabagh caractérisée par la violation du cessez le feu par provocations arméniennes et compte tenu de la souveraineté des Etats sur l’intégralité de leur territoire, des organisations de société civile de la quarantaine d’Etats du continent qui maintiennent une relation formelle avec Bakou ont formé la coalition intitulée African League of Support to Azerbaïdjan. Plateforme basée au Sénégal et dont l’Académie Diplomatique Africaine (ADA) assure le secrétariat.

Etant donné que dans le champ international la neutralité dans un conflit territorial n’est pertinente que pour les États qui ne s’y sont jamais impliqués d’une façon ou d’une autre, observer le silence dans le conflit en Haut Karabagh qui refait surface douze ans après 2008, de la part du Sénégal, est susceptible d’être perçu á raison par la communauté africaine et Internationale comme étant une révocation officieuse de sa posture antérieure prise au concert des nations à l’ONU.

Sur ce, prenant en repère la jurisprudence de Dakar sur la question, la ligue encourage le Président de la République du Sénégal, lui qui définit la politique extérieure, de répéter dans le fond cette initiative de Dakar en donnant le ton retentissant de l’Afrique dans ce conflit.

Par Djily Mbaye FALL / Conseiller du Président de l’ADA et Coordonnateur de la Ligue Africaine de Soutien à l’Azerbaïdjan / djilymbayefall@gmail.com