Contractuels des hôpitaux virés: La réaction de Mballo Dia Thiam

« S’il s’agit d’un préavis de fin de contrat, c’est une disposition légale ». La déclaration est faite par le Secrétaire général du Syndicat unitaire des travailleurs de la santé et de l’action sociale (SUTSAS), Mballo Dia Thiam. Qui réagissait suite à la note du ministre de la Santé, relative à la fin de collaboration avec les contractuels à partir de mardi prochain, 29 octobre.

Le syndicaliste en veut pour preuve : « Parce qu’un Contrat à durée déterminée (CDD), à un mois du terme, la loi prescrit effectivement le préavis. Si ça entre dans ce cadre-là, nous n’avons pas de problème par rapport à ces CDD ». Non sans préciser que ce sont les Directeurs d’hôpitaux qui peuvent mettre un terme au contrat.

« Le ministre de la Santé, lui, au niveau des hôpitaux, n’est pas l’employeur. Parce que c’est le Directeur d’hôpital, qui a contractualisé, et qui doit pouvoir mettre fin à des contrats s’il les juge inutiles. Nous avons aussi des contractuels du Plan Jica et Cobra, qui sont aussi dans certains hôpitaux.

S’il s’agit de ce personnel-là, (celui-ci) est venu en appoint parce que le ministère de la Fonction publique ne recrute plus correctement. Mêmes les 600 qui étaient envisagés pour 2019, ne sont pas encore disponibles, et on est loin du compte. Parce que, le gap est supérieur à 5 mille agents, si on considère les départs définitifs, les abandons, etc. »
Déficit « criard » de personnel.

Fort de ce fait, Mballo Dia Thiam recommande au gouvernement d’intégrer ces contractuels dans la Fonction publique. « Nous pensons que la perspective, c’est, à la fin de ces contrats-là, de les renouveler ou de les intégrer dans la Fonction publique purement et simplement parce qu’on a besoin de personnel, on n’a pas besoin d’en extraire.

Au contraire, on doit régulariser ces contrats et en recruter d’autres parce que même si on appliquait la règle des trois 8 (08 heures, 13 heures, 16 heures, 20 heures, 08 heures), ça ferait 08 heures pour chaque agent, on serait en déficit criard de personnel dans tous les établissements hospitaliers du Sénégal ».