Coronavirus…Oumar Youm dans des eaux troubles

Guerre contre le coronavirus : Les défaillances dans le secteur des transports terrestres risquent d’emporter le ministre Oumar Youm

Dans le cadre de la guerre engagée contre l’un des ennemis les plus mortels de l’histoire de l’humanité, le Sénégal est à une étape où face à la percée du coronavirus, le Président de la République Macky Sall, conformément aux pouvoirs qui lui sont conférés par la Constitution, a décrété l’état d’urgence ainsi que le couvre-feu sur l’ensemble du territoire national. Des mesures dictées par la gravité de la situation.

Pour faire respecter l’état d’urgence, de nombreuses mesures ont été prises à travers divers secteurs. Parmi ceux-ci, certains concernent le secteur des transports routiers pour stopper l’avancée du coronavirus à travers le territoire national. C’est dire que le ministre Me Oumar Youm en charge des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement est appelé à jouer un rôle important dans la guerre contre le coronavirus.

Le ministre s’y est allé, mettant en garde tous les transporteurs qui se montreront récalcitrants face aux mesures prises par le gouvernement. Il promet des sanctions allant jusqu’au retrait de leurs agréments. La tâche s’annonce ardue pour le ministre Oumar Youm qui depuis sa nomination à son poste, s’est toujours montré impuissant face aux menaces qu’ont toujours constitué les transports terrestres au Sénégal.

En dehors du coronavirus, la route tue au Sénégal. Chaque année, le nombre de victimes des transports terrestres s’accroît. Pendant ce temps, que faisait le ministre. Rien, démontrant ainsi toute son impuissance pour faire face à la situation.

Le secteur des transports terrestres est gangréné par l’indiscipline des chauffeurs et autres usages de la route. Le ministre indique que les forces de l’ordre vont faire appliquer rigoureusement les mesures arrêtées par le gouvernement. Qui peut le prendre au mot, quand on sait que des agents des forces de l’ordre affectés dans la circulation, se sont toujours montrés complaisants, complices de chauffeurs, véritables dangers pour la nation. Le ministre pourra-t-il, une seule fois, indiquer aux Sénégalais comment les mesures prises vont se faire appliquer dans les cars rapides, cars « Ndiaga Ndiaye » qu’on nous disait qu’ils devaient disparaître, il y a longtemps, du paysage des transports au Sénégal ? En réalité, lui comme ses devanciers à la tête de ce département ministériel, ont toujours cédé face à un lobby tout-puissant dont la guerre contre le coronavirus devrait être un prétexte pour venir à bout.

La rédaction de Xibaaru