Covid-19 : Basta les complaintes et envisageons la post-pandémie

Le Covid 19 n’est pas la première pandémie ; l’humanité en a au cours de son histoire enregistré d’autres types dont les conséquences ont atteint des proportions exponentielles au moment où la médecine n’avait pas les panacées qui permettaient de juguler le mal. La peste d’Athènes, la grippe asiatique, la grippe espagnole, le choléra, le Sida (de 1981 à nos jours), l’Ebola et celle que nous sommes en train de vivre sont autant de rappels qui ont perturbé la quiétude des populations victimes.  

La célèbre citation de Camus pendant la peste d’Oran est la bienvenue ici pour camper le décor. « Personne n’avait encore accepté réellement la maladie. La plupart était surtout sensible à ce qui dérangeait leurs habitudes ou atteignait leurs intérêts. Leur première réaction, par exemple, fut d’incriminer l’administration ».

La brusquerie de la pandémie a pris tout le monde à défaut créant un affolement généralisé qui a, en un moment, ouvert une querelle d’école entre Raouliste et Antiraouliste. Mais, tout compte fait, les partisans de l’administration de la chloroquine semblent l’emporter car les études pour valider une position scientifique peuvent durer alors que la maladie faisait encore ses ravages. L’eau qui éteint l’incendie n’a pas besoin d’être filtrée, rappelait Ngorsy Seck. Quitte à nettoyer les saletés une fois le feu éteint.

Et pourtant on la niait.

Beaucoup de Sénégalais avaient la même réaction que les Oranais en 1947 pendant l’épidémie de peste qui a affecté leur ville ; ressemblant à la grippe par certains signes, le Covid 19 a été banalisé à ses débuts par cette minorité de Sénégalais qui y croyaient, tellement la grippe nous est familière.

C’est très naturel et humain que lorsque qu’une catastrophe aussi ravageuse que le Covid 19 apparait, que les gens la nient car tous se voient interdits des gestes ordinaires connus qui rendaient leurs vies possibles et aisées. La pandémie a sapé nos respectives zones de confort qui étaient vitales pour chacun, tous les éléments de celles-ci butent à des interdits, à des censures que seule la pandémie pouvait réussir. Nos libertés individuelles et même  collectives ont connu des restrictions qui pour la première et rare fois sont  acceptées par les partisans des droits de l’homme. Notre liberté de circuler, notre manière de tousser, d’éternuer, notre manière d’être en relation avec les autres, de nous alimenter, nos heures de coucher, bref tout ce quotidien qui fait nos choix de vie est perturbé et complètement changé. Toutes les habitudes sur lesquelles étaient adossées nos vies quotidiennes, ont subi le joug de la Pandémie qui a fait disparaître toutes les évidences. Le confinement nous impose une nouvelle manière de vivre et finit de nous convaincre que tout ce que l’on prenait pour des évidences peut être perdu et faire place à un nouveau style de vie avec des éléments peu familiers (distanciation sociale, port de masque, gel alcoolisé toutes les heures, visites domiciliaires interdites etc..). Les sommités du monde médical doutent et deviennent même apathiques, les pays les plus avancés dans le domaine de la médecine ont la même angoisse que les pays sous-développés qui les prenaient pour pays-remède. Ce sentiment de peur et de faiblesse devant la pandémie devient la chose la plus partagée. Ceux qui récusaient l’Islam et Dieu, prient aujourd’hui en pleine rue avec les musulmans qu’ils persécutaient hier tant le désarroi et la peur qu’ils éprouvent sont tels qu’ils pensent que la seule solution qui reste est la prière et le retour en Dieu.

La rançon du confinement

A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles, l’adage semble être   compris par les pouvoirs publics. Au regard des activités lucratives très ralenties chez certains, l’état a initié des mesures d’accompagnement (très sujettes à critique, une manie bien sénégalaise), certaines familles sont appuyées dans leur intendance avec du riz, du sucre, de l’huile, du savon et des pâtes alimentaires. Ce geste mérite d’être salué et certains maires ont emboité le pas à la puissance publique en faisant des gestes similaires. Cela a fait effet boule de neige car des mécènes et responsables politiques ont activement participé à l’effort de guerre au niveau local. La solidarité a bien marché, pourvu que cela dure tant que demeure la pandémie. L’identification des ayants droits a présenté quelques imperfections qui demandent à être vite corrigées pour toucher le plus grand nombre issu d’un nouveau recensement. Le peuple exige de la transparence dans la gestion de cet appui aux familles démunies et le  général François Ndiaye, gérant de ce fond, connu pour sa rigueur et son  efficacité, doit prouver en ce moment toute cette appréciation positive que le sénégalais lambda a de lui. 

Cessons d’incriminer gratuitement l’état

Certains s’entêtent à croire encore à l’état-providence, et plus grave, ils culpabilisent celui-ci pour tout ce qui arrive, même cette pandémie. Un tel état d’esprit est irritant et relève d’un nihilisme gratuit et d’un défaut de jugement. En de pareille situation, chacun doit se confondre dans l’état pour regarder et agir dans la même direction. Des esprits malveillants, par des discours nihilistes dénués de toute objectivité, essayent de saborder la dynamique consensuelle sur laquelle est adossée la première démarche de l’état consistant à consulter l’opposition. En situation de guerre, toutes les énergies doivent se mutualiser pour faire face à l’ennemi, chacun doit convoquer son sens du devoir et ses capacités de dépassement qu’il joint aux efforts et plans de l’état afin que la pandémie abrège sa durée de vie. Egalement que la cellule qui gère la crise fasse preuve de désintéressement, de droiture et de transparence afin que les détournements  jadis constatés en de pareilles situations ne se produisent pas. A l’heure du bilan, qu’aucune faute ne soit tolérée car la perversité ne doit pas conduire à prendre la gestion d’une crise comme une activité lucrative. Nous vivons la crise, mais apprenons à la dépasser en entrevoyant la post pandémie.

Envisager la post-crise

Toute crise nait, croit et finit, la Covid 19 ne résistera pas à cette boutade, et si les sénégalais le comprennent ils ont les débuts de solution de l’après crise. Cette période sera difficile parce qu’elle ouvre une crise économique et sociale qui créera un environnement où les sénégalais seront plus exigeants et plus revendicatifs. Que l’état s’y prépare.

Cette post-crise doit se préparer avec autant d’interrogations, d’introspection et d’anticipation.  La pandémie nous a fait beaucoup de rappels : elle nous rappelle que le plateau technique de nos structures sanitaires doivent être améliorés ou renouvelés parce que subissant les avatars de la vétusté. La décentralisation sanitaire doit être le nouveau leitmotiv de l’état, qui doit construire dans chaque région un hôpital de la dimension de Principal, Dantec ou Fann pour donner à toute la population les mêmes chances de survie et les mêmes offres médicales. Une profonde réflexion doit être menée sur l’autosuffisance alimentaire et les conditions d’exploitation de la vallée du delta. Le foncier que les collectivités locales et l’état offrent aux chinois et aux indiens est un trésor de guerre contre la dépendance alimentaire car l’autosuffisance alimentaire ne peut se gagner qu’avec des producteurs disposant de vastes étendus avec des équipements puissants et modernes comme en disposent sénégindia, les chinois et autres. La pandémie n’a trouvé dans les magasins des producteurs que 9000 tonnes de riz, cela est alarmant et fait avouer que nous sommes encore loin de l’autosuffisance à l’horizon fixé. Au lendemain de la crise, la plus grande bataille à engager et à gagner est celle de la discipline collective et de l’esprit citoyen. Faire de la salubrité publique son affaire personnelle, avoir des rues propres et gérer autrement les déchets domestiques sont autant de préoccupations qui peuvent garantir un environnement salubre. La résilience qui permet de dépasser les nuisances épidémiologiques ne s’accommode point avec cette indiscipline collective qui est une contre-indication qui sape toutes les recommandations des experts et personnes attitrés qui proposent des solutions de crise.

Penser à la post-corona, c’est encore remettre en cause notre modèle de gouvernance politique, économique et industrielle ; le pays importe pour 70% de ses besoins en médicaments, ceci est un danger. Des unités de fabrications pharmaceutiques doivent être construites et celles qui ont mis la clé sous le paillasson doivent être aidées à se remettre sur pied pour recommencer à produire.

LE Grand Serigne de Dakar a proposé la réduction de la taille du gouvernement et son élargissement à l’opposition ; je suis acquis à la première proposition et hostile à la seconde car la pandémie ne doit point être un raccourci à l’exercice du pouvoir et nous ne sommes pas dans un contexte qui justifie un gouvernement élargi. Mieux, il faut revoir notre mode de gouvernance politique qui évite des castings les hommes de caserne. En matière judiciaire on parle d’échevinage des juridictions théorie selon laquelle une cour peut comprendre des personnes non acteurs de la justice (cour d’assise etc.). Je suis de ceux qui pensent que le gouvernement peut être ouvert aux hommes de caserne qui sont diplômés dans les différentes branches de savoir requis pendant la formation d’un gouvernement. A la tête de la direction de la surveillance des constructions et de l’occupation des sols (DSCOS), il y a un officier de gendarmerie qui fait un excellent travail.  Rien ne s’oppose demain à ce que cet officier soit essayé à des taches ministérielles.

Notre système sanitaire brille par le désordre qui règne dans nos structures hospitalières, pourquoi ne pas mettre à la tête de ce département un militaire quand on sait que l’armée compte un nombre assez important d’agrégés en médecine. Nos routes et infrastructures mal faites ont besoin d’un homme de rigueur qu’on trouvera facilement dans le détachement du génie militaire qui compte des ingénieurs en génie civil qui ont fait leurs preuves (barrage de Kheun, forrages,routes et pistes). La santé, l’urbanisme et les infrastructures doivent connaitre la touche militaire car ils constituent trois secteurs casse-tête qui résistent aux civils.

La chancellerie policière est toujours agacée par les vues déformantes, saugrenues et réductrices de malintentionnés qui percevaient ses hommes à travers un prisme déformant, réduit à la répression. En réponse à ce cliché défavorable, la hiérarchie a fini de montrer que ses troupes peuvent taquiner les sommités de l’intelligence et du savoir problématique ; en quoi faisant, en proposant à la direction des constructions de leur ministère un commissaire, ancien enfant de troupe, ancien lauréat au concours général et polytechnicien ingénieur en génie civil. Les premiers jalons que  pose Monsieur Médoune Hane Tall autorisent à croire que les infrastructures  de ce ministère gagneront en viabilité, en durabilité et en innovation sous son magistère. Le commissaire Tall, en terrain connu, dispose de tous les atouts pour réussir sa mission. Ce jeune commissaire crédité d’un professionnalisme avéré, de sérieux et surtout de sérénité fera honneur à sa hiérarchie à l’heure du bilan. Mes vœux l’accompagnent ; la loyauté et l’expérience dont rêve chaque capitaine d’équipe ne lui manquera pas de ses collaborateurs que je connais pour avoir été leur collègue huit années durant.

Je peux me tromper mais je suis de ceux qui pensent qu’il faut rompre avec cet esprit empirique qui prédestine les hommes de tenue exclusivement à des missions de sécurité et de défense. Il faut être plus ouvert. Certes, leurs missions premières sont celles-là, mais il faut admettre que les vocations peuvent et doivent muter. Le général Amadou Bélal LY a été à la fois l’un des meilleurs préfets, gouverneur et même ambassadeur de tous les temps, il a toujours donné satisfaction là où il est passé et son passage à ces différents postes a fini de convaincre ceux qui s’entêtaient à croire à l’esprit d’adaptation du militaire dans les emplois civils.

 Un gouvernement est une chose assez sérieuse pour être laissée exclusivement aux mains de seuls politiciens ou de civils anonymes. L’idée de militaires à la caserne seulement, me parait une vue obsolète et empirique dépassée par l’évolution du monde qui doit rompre avec les cloisonnements. Un gouvernement doit être une affaire de compétences et dieu sait que les militaires en regorgent, il faut les essayer. Charles De gaulle a été le président qui a le plus marqué la France et les français et pourtant il était militaire. Ce pays a besoin de rigueur et d’ordre dans sa nouvelle gouvernance d’après pandémie et certains secteurs vitaux doivent tutoyer la touche militaire. La sécurité et les frontières ne doivent plus être les uniques missions du soldat il est temps de les essayer à l’attelage gouvernemental. Nos militaires sont de brillants intellectuels sortis de grandes écoles très bien cotées, les confiner exclusivement dans les casernes et à certaines taches me parait du gâchis.

La Covid 19 étend encore ses tentacules, il confine certains, fauche les moins chanceux (paix à leur âme), affecte sérieusement le chiffre d’affaires du monde touristique et de beaucoup d’unités du secteur informel.

La situation montre à suffisance que nous pêchons en matière de prévention, ce qui a beaucoup gêné nos capacités de résilience et de riposte. Elle doit nous apprendre à mieux travailler dans l’anticipation pour ne plus continuer à subir.

La post-pandémie engendrera des difficultés de tout ordre qui déconseillent de se lamenter et d’incriminer l’état à outrance. Pour gagner l’après pandémie, faisons une introspection générale qui nous fera voir les insuffisances et les lacunes des uns et des autres, les mauvaises options et choix de tout ordre.

Face à toutes ces difficultés, il faut faire face, car comme l’a affirmé le Général De Gaule  «  la difficulté attire l’homme de caractère, car c’est en l’étreignant qu’il se réalise lui-même ».

Pensons dès à présent à la post-pandémie et entrevoyons des solutions de ruptures capables de panser les béates plaies causées par celle-ci. Syndicats, politiques, producteurs, état et acteurs du secteur informel, taisons les plaintes et complaintes pour nous projeter dans l’avenir en pensant dès aujourd’hui à la post-crise pour lui trouver la feuille de route qui garantira des résultats pour un nouveau décollage de notre économie. Le malheur nous tutoie, faisons face demain en mettant à profit notre génie pour gagner la post-crise car « gémir sur un malheur passé, est le plus sûr moyen d’en attirer un autre » Dixit William Shakespeare.  

Ibrahima KA coordonnateur adjoint de la Rencontre  des Acteurs et  Mouvements pour l’Emergence(RAMPE)