Ultimate magazine theme for WordPress.

Covid-19…Guterres avertit contre la haine des juifs et des musulmans

Antonio Guterres, chef de l'ONU, a exhorté les dirigeants mondiaux à «immuniser nos sociétés contre le virus de la haine» qui, selon lui, s'aggrave au milieu des coronavirus
0

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré vendredi que la pandémie de coronavirus ne cessait de déclencher «  un tsunami de haine et de xénophobie, boucs émissaires et alarmistes  » et a appelé à «  un effort tous azimuts pour mettre fin au discours de haine dans le monde  ».

Guterres a déclaré que « le sentiment anti-étranger a augmenté en ligne et dans les rues, les théories du complot antisémite se sont propagées et des attaques anti-musulmanes liées à COVID-19 ont eu lieu ».

Le chef de l’ONU a déclaré que les migrants et les réfugiés « ont été diffamés en tant que source du virus – puis privés d’accès aux soins médicaux ».

« Les personnes âgées étant parmi les plus vulnérables, des mots méprisables sont apparus, suggérant qu’ils sont également les plus consommables », a-t-il déclaré. « Et les journalistes, les dénonciateurs, les professionnels de la santé, les travailleurs humanitaires et les défenseurs des droits de l’homme sont ciblés simplement pour faire leur travail. »

Guterres a appelé les dirigeants politiques à faire preuve de solidarité avec tout le monde, les établissements d’enseignement à se concentrer sur la «culture numérique» à un moment où «les extrémistes cherchent à s’attaquer à un public captif et potentiellement désespéré».

Il a appelé les médias, en particulier les médias sociaux, à «  supprimer les contenus racistes, misogynes et autres contenus préjudiciables  », la société civile à renforcer sa portée auprès des personnes vulnérables et les personnalités religieuses à servir de «  modèles de respect mutuel  ».

« Et je demande à tout le monde, partout dans le monde, de lutter contre la haine, de se traiter avec dignité et de saisir toutes les occasions pour répandre la gentillesse », a déclaré António Guterres.

Le secrétaire général a souligné que COVID-19 «ne se soucie pas de qui nous sommes, où nous vivons, de ce que nous croyons ou de toute autre distinction».

guterres
Guterres a averti que des minorités, y compris des migrants musulmans et des Juifs, étaient des boucs émissaires pour le coronavirus, avec des incidents haineux en augmentation (image de fichier, une femme et son enfant dans un camp de migrants en Grèce)

Son appel mondial pour répondre et contrer le discours de haine lié à COVID-19 fait suite à son message du 23 avril appelant la pandémie de coronarivus «une crise humaine qui devient rapidement une crise des droits de l’homme».

António Guterres a alors déclaré que la pandémie avait vu «des effets disproportionnés sur certaines communautés, la montée des discours de haine, le ciblage des groupes vulnérables et les risques de réponses de sécurité musclées compromettant la réponse sanitaire».

Avec «  l’ethno-nationalisme croissant, le populisme, l’autoritarisme et une poussée contre les droits de l’homme dans certains pays, la crise peut fournir un prétexte pour adopter des mesures répressives à des fins sans rapport avec la pandémie  », a-t-il averti.

En février, António Guterres a lancé un appel à l’action aux pays, aux entreprises et aux personnes pour aider à renouveler et faire revivre les droits de l’homme à travers le monde, présentant un plan en sept points au milieu des préoccupations concernant le changement climatique, les conflits et la répression.

laissez un commentaire