Ultimate magazine theme for WordPress.

En exil au Caire…Adama Gaye relate la tragédie de la nation Sénégalaise

Adama Gaye critique la politique de jeunesse du président Macky Sall
0

C’est une scène de folie, de panique générale, pas de fête. Le coup de massue n’a épargné aucun sénégalais. Il a transformé en apocalypse ce qui devait être une apothéose. C’est un long calvaire : en allant au lit hier nuit, dans une atmosphère inédite de couvre-feu la veille d’une fête d’indépendance nationale, assiégés de toutes parts, ce n’était pas seulement le Sénégal qui avait la tête lourde. Regards livides, retranchés dans leurs demeures, assommés d’interrogations existentielles, transis de peur sans oser se recroqueviller entre eux par crainte de la fatale contamination du Covid19, ses citoyens n’ont pas fermé de l’œil. C’est, en résumé, le pire moment, dépossédant, sans boussole claire sur leur avenir, dans un présent catastrophique, qu’ils vivent. S’ils voulaient se forcer à nourrir de doux rêves pour l’oublier, ce réveil sans soleil les a ramenés à la dure réalité.

Comptes d’apothicaires 

Qui ose dérouler le rythme des tambours ? Imaginer un défilé des mythiques majorettes sous la baguette magique de Doudou Ndiaye Rose, dieu défunt du tam-tam ? Même le souffle d’espoir a manqué à un discours pour remobiliser la nation dans celui prononcé hier par un gérant de comptes d’apothicaires plus que d’un chef d’Etat s’adressant à un peuple dans le désarroi !

Tout était réuni pour ôter l’envie et tuer la moindre raison de faire la fête au Sénégal : ce 4 avril 2020, date repère du 60eme anniversaire de l’indépendance nationale est sombre, recouvert d’une ombre menaçante, symbole d’un fiasco que nul, parmi les militants de son avènement, ne se serait imaginé.

Du Caire, improbable endroit où j’ai dû me réfugier, en exil, dans un réflexe de refus de l’arbitraire, après une détention illégale de 53 jours entre les griffes du régime au pouvoir, corrompu, criminel, crapuleux, d’abord irrespectueux des droits de l’homme, je ne peux que percevoir, de loin, avec amertume, cette déconfiture, désillusion totale, d’une nation trahie.

Quelle faillite ! Personne ne pensait vivre une telle situation quand voici 8 ans ses exégètes saluaient l’arrivée au pouvoir de Macky Sall comme le symbole d’une ère nouvelle : celle du premier président, chantaient-ils, à tue-tête, né après les indépendances.

On avait promis aux sénégalais qu’ils allaient être placés sur le chemin de la croissance, yonou yokouteh en wolof, puis, peu après, celui de l’émergence, fixé à une date précise : 2035 !

Hier soir, après avoir refusé d’associer dans les réunions cruciales les grands maîtres de la santé, parce qu’a-t-il dit, devant des forces de sécurité assommées, “ils ne savent pas garder le secret”, selon mes sources, Macky Sall, godillot jouant au général, plus d’opérettes que de terrain, est donc monté au créneau pour parler à la nation comme il le fait chaque veille de fête d’indépendance. Dans le passé, ses litanies nasillardes avaient l’avantage de servir de somnifère pour oublier son fétichisme des chiffres destiné à masquer le vide ou les errements de son bilan. Le dernier discours qu’il a prononcé a eu l’effet inverse: il a maintenu les Sénégalais dans une angoissante insomnie, entre cauchemars et risques cardiaques.

Pandémie 

“Il est dépassé”, soupire un ami. Gérer, dans le mensonge, les non-dits et la ruse, en se servant de cette pandémie du coronavirus, ajoute-t-il, est tout ce qui lui reste comme maigres biscuits à jeter au peuple pour le convaincre de ne pas le lâcher.

Alors que sa mendicité, nouveau logiciel de sa stratégie, n’a pas encore drainé 100 milliards de francs cfa, aide internationale du Fmi incluse, qui peut miser sur un chef de guerre dépouillé de moyens logistiques, sans vision, sans éthique et entouré de fripouilles de la pire espèce ne cessant de sucer la bête nationale déjà à genoux ?

On sait, grâce à Churchill, alors patron de la Marine et du Ministère de la guerre Britannique, lors du premier conflit mondial de 1914-18 qu’une armée qui va au combat sans carburant est défaite avant la lettre. C’est hélas la tragique situation dans laquelle se trouve le Sénégal : son unique raffinerie est à l’arrêt. Ses chantiers aussi. Son train de banlieue, payé avec une bagatelle de milliards, rouille. L’état est endetté. Son économie coupée des chaînes de valeurs internationales. Les recettes douanières s’effondrent. Le fisc, frappé d’une hémorragie, a fini d’anéantir ses cibles. Joie de vivre et libertés démocratiques ne sont plus qu’un lointain souvenir…

Quel recul ! Il y a 40 ans, je m’en souviens comme si c’était d’aujourd’hui, le saxophoniste Salo Dieye, Pacheco, entretenait par ses puissants airs la flamme du discours mobilisateur, autour d’un imaginaire collectif, que le premier président du pays déployait à tout bout de chemin. L’an 2000 serait celui de l’abondance !

Ce rêve suffisait au bonheur des jeunesses montantes du pays. Il s’inscrivait dans le culte d’un patriotisme enchanté que j’ai eu le privilège de connaître à l’aube même de l’indépendance nationale en 1960. En tenues de couleur kaki, bien repassées, j’ai fait partie des premiers élèves qui virent, avec fierté, se lever le drapeau national dans nos cours de récréations en remplacement de celui de la puissance coloniale.

Communauté soudée 

La vie alors était celle d’une communauté soudée, digne et de partage, généreuse et altière dans l’humilité et la modestie des conditions d’existence.

Le mérite départageait les uns et les autres. Sans jalousie ni coups bas. Servir la nation était une volonté : les fonctionnaires, aujourd’hui transformés en pauvres hères, étaient respectés. Les familles avaient un sens !

Puis ce fut le début de la déconfiture. On peut la dater de l’avènement en 1979, sous l’impulsion de Reagan et Thatcher, de la dictature néolibérale. Soudain, frappé au portefeuille, le socialisme pépère finit par se ranger sous les fourches caudines des bailleurs de fonds étrangers. L’Etat redistributeur était mort.

Leopold Sedar Senghor rendit les armes car, m’expliqua-t-il, dans son domicile parisien, “j’ai échoué au plan économique”.

Élève froid et zélé des nouveaux maîtres penseurs du pays, son successeur Abdou Diouf se mit à suivre au pied de la lettre la doctrine du moins d’état, hissé en dogme du mieux d’état. La cure d’amaigrissement qui s’ensuivit finit par jeter le bébé avec l’eau du bain.

C’est que les nouvelles recettes furent impitoyables. Elles se traduisirent par la privatisation des piliers de l’économie nationale, la suppression de plusieurs entreprises, des licenciements, l’arrêt des recrutements dans la fonction publique alors que l’élève des maîtres étrangers continuait de se poser en leader imbu d’un narcissisme illimité.

Plus Diouf se flattait des satisfécits des bailleurs étrangers et se faisait fabriquer une légende sur son leadership africain, plus le peuple s’enfonçait dans les méandres du mal-être et de la pauvreté.

Si bien qu’en l’an 2000, l’apôtre de la théorie du changement, SOPI en Wolof, Maître Abdoulaye Wade n’eut aucune peine à le déboulonner lors d’une élection présidentielle saluée comme la maturation de la démocratie sénégalaise.

La première alternance démocratique qu’elle permit était perçue comme un nouveau départ pour le pays. C’était une monumentale erreur d’appréciation. Ce fut plutôt le coup d’envoi des pires pratiques gabégiques, népotiques, un tantinet despotique, jusqu’à la chute, par le feu et le sang, de celui qui avait réussi à marginaliser l’élite nationale pour promouvoir les plus grands pilleurs. Sa déchéance mena à pire, en créant les conditions de son remplacement par rien moins que la malédiction incarnée par un homme qui s’abat actuellement sur le Sénégal.

Part du peuple 

La faillite du Sénégal est loin d’être que celle des acteurs l’ayant dirigé, publics et politiques, avec, à côté de ces principaux gérants des pouvoirs, la majorité de l’opposition y jouant un rôle sulfureux et honteux. Elle ne peut s’analyser sans prendre en compte la part d’un peuple culturellement déséquilibré, réfugié dans des cultes sans prendre de recul, et, pire, foncièrement gagné par la petitesse de ses médisances, ses méchancetés, ses magouilles pour exploiter le prochain ou s’aligner derrière le puissant du moment.

Ce n’est pas seulement son indépendance qui s’est évanouie. Sa société est en lambeaux. Il suffisait d’un virus pour que tout, à la Chinua Achebe, s’effondre.

Il y a pire: dans le malheur, pendant que le feu prend, les querelles byzantines triomphent, signe qu’à 60 ans d’indépendance, le Sénégal est en état de putréfaction avancée vers son suicide.

Avoir dans son cockpit un pilote endormi ajoute à l’excitation du crash imminent ! Il est temps d’arrêter ce vent de folie qui a fait de notre indépendance, de notre société, de nos vies ce qu’elles sont : un tas de ruines collectives et individuelles.

Nier la réalité reste toujours une option: celle que les autruches ont popularisée !

Adama Gaye, Le Caire, 4 Avril 2020

*Auteur de : Otage d’un État, Éditions l’harmattan…

laissez un commentaire
where to buy viagra buy generic 100mg viagra online
buy amoxicillin online can you buy amoxicillin over the counter
buy ivermectin online buy ivermectin for humans
viagra before and after photos how long does viagra last
buy viagra online where can i buy viagra