Fily Cissokho traite Diaraf Sow d’apprenti juriste sans bagage juridique

Après avoir lu et relu les interprétations de cet amateur juriste, Diaraf Sow, sans y aller par quatre chemins; je dirai que son interprétation est totalement erronée et ne repose sur aucune méthode d’interprétation juridique digne de ce nom.
D’ailleurs, il a raté une excellente occasion d’observer un mutisme sur un terrain glissant qu’il ne saurait maîtriser.
Il n’a pas les éléments factuels et juridiques pour habiller sa thèse.
Il ne maîtrise pas la langue française où il est frappé d’une cécité intellectuelle ou visuelle  pour avoir affirmé que ces articles de la constitution ne concernent pas Karim Wade.
Dans ce cas d’espèce, nous dirons qu’en vertu de la hiérarchie des normes établies par Hans-kelsen, juriste Allemand d’origine Autrichienne, on voit que les traités internationaux notamment le pacte civil et politique de 1996 sont logés dans des préambules  de la constitution.
Le préambule, étant une partie intégrante de la constitution,  a été tour à tour conduit dans le cadre  de la fédération du Mali en 1959 ensuite dans la constitution de 1960 et 1963 de même que celle de Janvier 2001. Cette même constitution, qui a été révisée le 10 mars 2016, n’a pas  exclu le préambule.
Par conséquent, les normes inférieures du code électoral notamment les articles L30, L31, L32, L33.. concernent bien Karim Wade malgré que ces articles n’ont pas respectés la hiérarchie des normes.
Donc, convoquer l’article L31, L32 et donner une autre interprétation contraire à l’esprit de la loi; c’est faire montre également d’une mauvaise  maîtrise de la qualification juridique des faits.
Autre argument qui permet de démonter un à un votre argutie juridique, c’est que la jurisprudence qui a condamné  notre leader et notre candidat n’a nullement prononcé la peine complémentaire qui est d’ordinaire appliquée avec la peine principale.
Autrement dit, cette peine complémentaire qui a tendance également à appliquer des peines politiques n’a pas été prononcée.
Toute autre tentative de justifications de l’impossible juridique pourrait être considérée comme une violation spectaculaire, extrême, rigoureuse  et irréparable de la constitution.
On aurait dû utiliser aussi d’autres formes de contrôles  comme le contrôle de pouvoir d’exception pour essayer de corriger cet état de fait.
Le fait d’évoquer l’amnistie renvoi aussi à l’amnésie juridique et politique.
Je pourrai continuer aussi à démantibuler les arguments de cet amateur juriste qu’est Diaraf Sow mais je préfère réserver d’autres arguments solides et sérieux pour d’autres combats.
HALTE à ce débat avec dégât au profit d’un débat sans dégât juridique.
Il s’agit là d’une façon de montrer notre attachement viscéral au respect scrupuleux  de la constitution du 22 janvier 2001 qui a été déjà bafouée à plusieurs reprises par le pouvoir de Macky Sall dans l’affaire Karim Wade.
Fily CISSOKHO Coordinateur régional du Mouvement Karim Président.
Membre de la structure nationale de communication interne du Pds.
Responsable politique à Saraya.