Ultimate magazine theme for WordPress.

Ibrahima Sène: « Confiner Dakar, c’est courir le risque d’un soulèvement populaire »

Ibrahima Sène du Parti de l'indépendance et du travail (PIT)
0

Ibrahima Sène, secrétaire aux Affaires économiques du Parti de l’Indépendance et du Travail (PIT)

« Confiner Dakar, c’est courir le risque d’un soulèvement populaire »

Dans la guerre contre le coronavirus, Xibaaru va donner la parole à des leaders politiques, des responsables de la société civile, des membres du personnel médical pour qu’ils se prononcent sur la question. Donc, c’est par mail, que nous comptons interviewer les responsables ciblés. Ici, nous avons commencé avec Ibrahima Sène, le Secrétaire aux Affaires économiques du Parti de l’Indépendance et du Travail (PIT). Ensuite ce sera au tour de Mamadou Diop Decroix, leader de And-Jëf/Parti africain pour la démocratie et le socialisme (And-Jëf/PADS).

Le Président de la République, au lendemain de son message à la nation, dans la guerre contre le coronavirus, avait entrepris de consulter les leaders de l’opposition parlementaire. Par la suite, on a constaté que ces audiences ont été élargies vers d’autres segments et depuis, on assiste à un ballet incessant au Palais. Certains parlent de folklore. Etes-vous du même avis ?

Ceux qui disent que c’est du « folklore » me semblent inconséquents.  En effet, ce que l’opposition et la société civile reprochaient le plus au Président Macky Sall, c’est ce qu’ils ont appelé « un déficit de consultations ».  Voilà qu’il consulte toutes les forces vives de la Nation en vue d’un consensus pour faire face au coronavirus, les éternels « aigris » crient au « folklore » faute d’avoir de nouveaux arguments crédibles à articuler contre sa politique et sa démarche.  Jamais de mémoire de Sénégalais l’on ait vu un consensus national aussi large autour d’un Président de la République.  Donc, laissons les « chiens aboyer », mais cela ne peut pas empêcher la « caravane Sénégal » de continuer son chemin vers plus de progrès dans la paix civile et la stabilité.

 Pensez-vous que les mesures prises par le Chef de l’Etat soient suffisantes pour le moment ou faudrait-il les remplacer par d’autres ?

Vous avez bien dit « pour le moment » !  Par contre, au lieu de courir derrière des chimères pour trouver de quoi remplacer ces mesures, il me semble nécessaire de les compléter par un « port obligatoire de masque » à l’exemple de la Chine que même la France a fini de copier en y commandant un « milliard de masques ».  Le Sénégal devrait en faire autant en commandant à son tour des « masques de Chine » pour en doter toutes les familles des localités infectées, pour renforcer les mesures de « distanciation » qu’il a déjà prises.

Des spécialistes de la santé alertent et soutiennent que face à la progression de la pandémie, l’on s’achemine inévitablement vers le confinement total. Au début, avant que la situation n’atteigne le niveau actuel, vous pensiez que le confinement avec ses conséquences économiques et sociales, était un danger. Pensez-vous qu’il faille maintenant envisager une telle éventualité ?

Même la Chine n’a confiné qu’une de ses régions, HUNAN, mais pas tout le pays pour éviter le risque de bloquer son Economie.  Voilà pourquoi Trump hésite de le faire pour tous les Etats-Unis.  L’Italie qui a confiné tout le pays n’a pas pu éviter la généralisation de l’épidémie tout en bloquant son Economie. Elle a dû recourir à la Chine pour se doter de masques pour commencer à enregistrer une décrue de la contagion. Le Sénégal ne peut même pas procéder au confinement total de Dakar sans étouffer l’Economie nationale avec le risque d’un soulèvement populaire dès le troisième jour de son effectivité, à plus forte raison, pour tout le pays.  Par conséquent, ceux qui croient que le confinement est la meilleure solution, devraient commencer par se confiner eux-mêmes, tout en refusant de recevoir des visites à leur domiciles.  Je parie qu’ils ne tiendront pas plus de trois jours.  Donc, au lieu de jouer aux oiseaux de mauvais augures, les gens devraient se conformer aux mesures barrières, respecter le couvre-feu, et le gouvernement devrait renforcer ces mesures par le port obligatoire de masques qu’il devrait distribuer aux familles.  C’est de cette manière que la Chine s’en est sortie.  Les charlatans qui occupent les médias et les réseaux sociaux, devraient être sevrés de ces moyens de communication de masse. Les propriétaires des médias et des sites de réseaux sociaux sont interpelés, au risque d’être traduits devant la justice, pour complicité de menace à la sécurité des citoyens.

Le Président de la République, dans la foulée des mesures annoncées pour permettre à l’Afrique de faire face au coronavirus, a plaidé l’annulation de la dette des Etats du continent. Soutenez-vous cette démarche, et quelles sont les actions que vous proposez afin de contraindre les partenaires bilatéraux et multilatéraux à accepter une telle revendication pour l’Afrique ?

Cette revendication a coûté la vie à Thomas Sankara, pour avoir osé la porter publiquement.  Mais son sacrifice n’a pas été vain, puisque le mouvement Alter mondialiste, connu sous le nom de « Forum Social Mondial », l’avait reprise pour en faire une arme de mobilisation massive contre les Etats des grandes puissances occidentales, tant lors de leurs différents sommets, que lors de leur rencontre annuelle à Davos.

Ce mouvement populaire mondial, pour exiger l’annulation de la dette africaine qui est la pierre angulaire des « Programmes d’Ajustement Structurel » pour imposer à nos Etats le Libéralisme économique, a fini par amener le FMI et la Banque mondiale à accepter la réduction de 50% de la dette africaine pour les « Pays Pauvres Très Endettés » (PPTE).

Cette fois, la revendication de l’annulation de la dette africaine reprise publiquement par le Président Macky Sall  a reçu une prompte réaction du FMI et de la Banque mondiale qui ont proposé  la « suspension du remboursement de la dette africaine », pour éviter que le Forum Social Mondial ne reprenne le flambeau pour ressusciter  un mouvement populaire mondial  de contestation de ses politiques d’austérité budgétaire  qui sont devenues aujourd’hui « autant de chaînes qui empêchent notre développement ».

Donc, la suspension du remboursement de la dette donne à nos Etats un répit d’au moins d’une année, pour mieux se mettre en ordre de bataille pour la suppression totale de cette dette.

Ainsi, le seul moyen disponible pour contraindre les Institutions de Breton Woods à donner satisfaction à cette revendication, c’est d’amener le Forum Social Africain à reprendre cette revendication pour en faire une revendication portée par le Forum Social Mondial.

 Le secrétaire général de l’ONU vient de délivrer un discours catastrophique pour l’Afrique face à la pandémie du coronavirus. Quelle lecture en faites-vous ?

Je suis déjà intervenu sur cette question en considérant cela comme une traduction d’un « manque de respect total envers nos peuples et nos gouvernants », et que « l’Afrique devrait cesser d’être un souffle douleur mondial pour s’en servir de fonds de commerce afin d’entretenir le train de vie onéreux de la bureaucratie onusienne ».

Dans cette lutte contre le coronavirus, tout le monde constate pour s’en désoler un manque d’unité de la part de toute l’Afrique pour faire front au coronavirus. Dans ce sens, quel appel lancez-vous à toute l’Afrique ?

Heureusement, au Sénégal, un historique consensus national  élargi  permet aujourd’hui à notre peuple de donner l’exemple de ce qu’il faudrait faire au sein de chaque Etat africain, pour créer les conditions d’un « Front Uni Africain »  des Etats et des peuples, puissamment soutenu par le Forum Social Africain, face à cette pandémie en portant haut la lutte pour l’annulation de la dette africaine afin  de permettre à nos Etats d’avoir des marges budgétaires à la hauteur des enjeux  qui découlent  de la crise provoquée par le coronavirus, et renforcée  par la crise du pétrole.

laissez un commentaire