Ultimate magazine theme for WordPress.

« Il est temps pour le président Macky de partir dans la paix » selon…

0

COMMUNIQUE DE PRESSE DE L’UNION NATIONALE DES INDEPENDANTS

Le président de la république, lors de son adresse du 31 décembre, a manqué de reconnaître les 3 grandes réalités du moment sur lesquelles il devait se pencher et apporter ses explications : les difficultés économiques quotidiennes persistantes de la grande majorité des ménages, la fin de son mandat en 2024 et que sa politique économique ne donne pas encore les impacts positifs espérés malgré ses efforts dans le domaine des infrastructures.

Le succès du bilan qu’il proclame ne correspond pas à la réalité vécue par les sénégalais. Il ne reconnaît pas l’inefficacité de sa stratégie économique sur les ménages et persiste dans la même lancée. Dans cette posture, il ne changera pas la situation des sénégalais d’ici la fin de son mandat en 2024.

Sur le plan économique, l’unis constate que les actions du président et de son gouvernement sont juste une continuité de la politique de résorption du déficit d’infrastructures des régimes précédents pour rattraper et fournir les services de base essentiels. En effet, les infrastructures routières, portuaires et aéroportuaires, les chemins de fer, les réseaux d’assainissement, d’électricité, d’eau, les hôpitaux, écoles, centres de formation et universités accusent tous un retard par rapport au croît démographique naturel.

Le déficit dans ces services de base est abyssal. Les efforts publics dans ce domaine sont donc nécessaires et normaux en termes d’investissements, projets et actions sectorielles.

C’est pourquoi, malgré les habillages, le drsp1, le drsp 2, la sca, la sndes, le pse, le puma etc., sont tous des projets de développements de services de base par la réalisation de telles infrastructures. Les actions du président Sall s’inscrivent dans ce cadre de continuité mais ne sont pas des réponses au chômage et au pouvoir d’achat qui déterminent le quotidien des populations. Sur l’emploi, les revenus des ménages, la production du secteur privé et l’extraversion de l’économie qui nous tient dépendant, le président Macky Sall est impuissant. Cette impuissance est la cause des difficultés persistantes des ménages.

Il s’y ajoute des mesures douanières qui ont fortement contribué á renchérir les prix des produits importés et des matériaux de construction ainsi que le poids des charges de fonctionnement de l’état. Les charges de la masse salariale de 950 milliards dépassent maintenant la moyenne de 500 000 par mois par agent. Les gouffres financiers comme la poste persistent ainsi que les dépenses de prestige comme l’achat de l’avion présidentiel et les surfacturations estimées a plus de 30% sur la commande publique et les grands projets. Ces charges forment un fardeau financier trop lourd. Aucune mesure d’économie n’est prise pour alléger ce fardeau sur le dos du contribuable.

En sus, Malgré une amélioration notable de la capacité disponible, le prix de l’électricité reste parmi les plus élevés au monde tandis que les prix á la pompe restent á leur niveau alors que le prix du baril a baissé.

La politique du président Sall sur les ressources naturelles et agricoles, malgré les discours, est aussi la continuation de la politique primaire mercantile des régimes précédents, orientée exclusivement vers l’exportation de nos matières premières. Or, zircon, fer, pétrole, arachide et produits de la pêche sont exportés, sans transformation locale. Les devises générées ressortent pour payer les importations alimentaires.

Sur le pétrole, aussi bien sur la réforme du code pétrolier que sur le contenu local et le partage des recettes, le président n’a consulté ni le secteur privé, ni les organisations patronales, ni la société civile. Ses deux messes à Diamniadio étaient un artifice pour faire croire le contraire après avoir décidé de toutes les options comme il l’a fait sur les grands projets, sans se référer au pse. L’autoroute ila touba, le ter, le brt, ses projets phares ne sont d’ailleurs pas des projets du pse sensés pourtant servir de référence aux grands investissements de l’action publique.

Cette omnipotence qui ne semble nullement le déranger est aussi sa grande faiblesse, comme il a pu en faire le constat après avoir supprimé le poste de premier ministre. Il se trompe par excès de pouvoir, manque d’humilité et de transparence.

L’Unis note que le président Sall s’est gardé de faire le bilan initial de son programme xeyu ndawni et s’est limité á citer les instruments comme la der, dont la moyenne de ses financements par projet est juste de 100 000 francs. Un saupoudrage inférieur au montant annuel d’une bourse sociale. Sur ce point, le président Sall aurait dû expliquer aussi pourquoi la délégation á la protection sociale s’apprête à passer d’un registre national unique de 600 000 à un million de ménages très pauvres sur un total de 1600 000 ménages au Sénégal.

S’agit-il de faire du RNU un instrument de politique de corruption massive par la dépendance à ces bourses ou est-ce la reconnaissance d’une pauvreté encore plus grande qu’il faut supporter par des cash transferts ?

Au total, l’unis n’a pas vu et n’entrevoit pas de changement de direction sous le président Macky, différent de la trajectoire de Wade. Il est donc normal que comme Wade, malgré les efforts sur les infrastructures et les discours sur l’emploi des jeunes, les sénégalais restent insatisfaits et encore en proie aux mêmes difficultés quotidiennes.

Sur la question du mandat, il avait l’occasion solennelle de mettre fin à son jeu de cachecache, de ni oui ni non, aussi bien dans son discours que lors d’une séance de rencontre avec la presse nationale finalement remise après les élections locales qui ne doivent nullement être le baromètre de décision sur les dispositions constitutionnelles intangibles comme la limitation des mandats à deux. Mais le mimétisme de l’élève de Wade ne surprend plus, aussi bien sur le plan économique que politique.

L’Unis estime qu’on ne peut pas mobiliser des ressources avec autant de sacrifices des sénégalais pour se contenter de mener une politique de construction d’infrastructures et services de base qui devraient maintenant relever d’une simple gestion par les fonctionnaires et techniciens. Notre pays a besoin d’une nouvelle perspective, d’une nouvelle inspiration et orientation, d’un président visionnaire et non d’un fonctionnaire à la tête de l’Etat pour faire un peu plus de la même chose qui se fait depuis plus de 20 ans, sans impact sur l’emploi et le pouvoir d’achat des populations.

Le discours du Président Sall n’a plus d’emprise sur le réel des sénégalais. Il a perdu toute capacité de dégager un leadership de motivation et une perspective crédible qui suscite l’adhésion populaire et soulève l’espoir pour le futur. C’est le temps de partir pour lui dans la paix et que 2024 soit le point de changement et d’impulsion d’une nouvelle gouvernance et vision nationale centrée sur la mobilisation et l’engagement de tous les sénégalais, sans exception vers la conception et la réalisation de notre projet de société. C’est la voie de notre propre développement á laquelle l’Unis entend contribuer.

 

laissez un commentaire