Incapable de gérer le pays…Ali Bongo place son fils

Le président de la République du Gabon, Ali Bongo a nommé son fils Noureddin Bongo Valentin coordinateur général des affaires présidentielles le 5 décembre dernier. L’opposition s’insurge et parle de scandale national.

« Il n’y a pas de dynastie Bongo » au Gabon, assurance donnée hier, jeudi 26 décembre, sur l’antenne de RFI, par le ministre gabonais des Affaires étrangères, Alain-Claude Bilie By Nzé, pour évoquer la nomination, le 5 décembre dernier, du fils aîné du chef de l’État, Noureddin Bongo Valentin, au poste de coordinateur général des affaires présidentielles.

Mais dans l’opposition, cette nomination suscite un certain scepticisme. Pour Paul-Marie Gondjout, le secrétaire exécutif adjoint de l’Union nationale, cela prouve que le président n’est plus en capacité de gérer les affaires courantes de l’État. « Pour quelqu’un qui sort à peine de l’adolescence et qui rentre dans la vie active, qui n’a aucune expérience sur le plan professionnel, ni politique, encore moins administratif, gérer toutes les affaires de l’État, à 27 ou 28 ans, c’est vrai que c’est une mauvaise image que nous renvoyons de la République gabonaise.

Pour Paul-Marie Gondjout, « Tout le monde convient au Gabon que Monsieur Bongo n’est plus en capacité de pouvoir gérer du tout et on se demande s’il prend les décisions. (…) Pour nous c’est un véritable scandale. »