Incroyable ! Alpha Blondy pour le 3ème mandat de Ouattara

Invité à l’émission Afronight présentée par Serge Fattoh sur la chaîne Telesud la semaine dernière Alpha Blondy, la star internationale de la musique reggae a laissé entendre qu’il était d’accord pour un troisième mandat d’Alassane Ouattara en Côte d’Ivoire en 2020. Oubliant du coup, ces anciennes critiques quand ce n’était pas l’actuel Président qui était au pouvoir en Côte d’Ivoire.

« Le président Alassane Ouattara, on l’aime où on ne l’aime pas, ce monsieur est un bosseur. C’est un bosseur. (…) Un troisième mandat pour lui, ce n’est pas à moi de l’accepter ou pas, mais déjà la constitution lui en donne le droit. On dit on veut la paix, on va demander pardon à Bédié, on va demander pardon à Gbagbo et on insulte Ouattara. C’est quelle paix ça ?», a signifié Alpha Blondy.

Par cette déclaration le reggaeman ivoirien nie « Guerre civile », sa propre chanson. En effet, dans ce célèbre tube, l’artiste disait : « Le pouvoir absolu corrompt absolument. Le président élu ne peut être élu indéfiniment. Un jour où l’autre, le peuple voudra un changement. Et, alors ce sera la guerre civile. Président élu une fois, élu deux fois, élu trois fois, élu quatre fois, ça devient de la dictature. La démocratie Banania finira par la guerre civile. La démocratie bananière finira par la guerre civile ».

Aujourd’hui, Alpha Blondy s’érige en défenseur d’un éventuel troisième mandat pour Alassane Ouattara. Lui, qui à son habitude est réfractaire aux présidents africains qui s’éternisent au pouvoir.

Notons que s’agissant de la constitution qui donne le droit à Ouattara d’empiler un troisième mandat » Ibrahim Cissé Bacongo, membre du RHDP d’Alassane Ouattara et l’un des juristes qui avaient pris part à l’élaboration de la constitution de novembre 2016 avait pourtant déjà été clair sur un éventuel troisième mandat de son mentor. « Non la constitution ne permet pas au président Ouattara de faire un troisième mandat», avait-il lâché lors d’une interview à la télévision nationale.