le Comité des droits de l’Homme de l’ONU demande au Sénégal de légaliser l’homosexualité

Comité des droits de l’homme des Nations unies, au delà du cas Karim Wade…
Le jeu de Ping Pong entre le Comité des droits de l’homme et le Sénégal au sujet du cas Karim Wade
suscite chez nos compatriotes beaucoup d’intérêt mais également de passion et parfois de confusion.
Sur le cas Karim Wade, le Sénégal a rejeté les recommandations  du Comté des droits de l’homme des Nations unies. Ce Comité, il faut le rappeler, est un groupe de 18 experts chargé de surveiller la mise œuvre, par les États, du Pacte international sur les droits civils et politiques. Il convient aussi  de le
distinguer du Conseil des droits de l’homme des Nations unies  ( un Organe intergouvernemental composé de 47 États membres chargé de la promotion et de la protection de tous les droits de l’homme dans le monde ) actuellement présidé le Sénégal pour l’année 2019.  Au sujet de l’affaire
Karim Wade, le
Comité demande  au Sénégal de garantir, en pratique, la primauté du Pacte sur le droit national. Sur ce cas, nos juridictions nationales ont déjà tranché en toute indépendance, conformément à l’agencement de  notre système Judicaire. Système judicaire que nous avons, du reste, en partage avec beaucoup d’autres pays.
Le Sénégal accepte certes la primauté des Conventions internationales sur les lois internes mais ce que le Sénégal rejette, c’est que des soi-disant  experts puissent lui imposer n’importe quelle interprétation des Conventions internationales, notamment du Pacte international sur les droits civils et politiques dont il est question en l’espèce. Au-delà du cas karim Wade, le Sénégal n’a pas donné de suite , et à juste titre, à d’autres recommandations pour le moins  « surprenantes » du Comité. Par exemple au point 13 de son rapport, sur le point concernant l’égalité entre hommes et femmes le Comité dit ceci :
« L’Etat partie devrait :
a) Etendre le champ d’application de la loi sur la parité afin qu’elle s’applique à l’ensemble de la fonction publique et prendre les mesures nécessaires pour rendre plus effective la parité homme-femme ;
b) Abroger toute disposition contraire au principe d’égalité homme-femme notamment dans le code de la famille y compris les dispositions relative à la puissance paternelle, à la polygamie, aux droits successoraux, au choix du domicile familial, au délai de viduité et au consentement au mariage.
Au point 15, le Comité demande tout simplement au Sénégal de légaliser l’homosexualité, en ces termes :
« L’Etat partie devrait
a) Prendre des mesures concrètes et urgentes pour s’attaquer à la campagne actuelle d’appel à la haine contre les personnes du fait de leur orientation sexuelle et des personnes qui défendent leurs droits y compris les organisations partenaires engagées dans la lutte contre le VIH-SIDA ;
b) Abroger l’article 319.3 du code pénal qui criminalise les actes sexuels entre personnes adultes consentantes de même sexe, en vue de réduire la stigmatisation des personnes concernées ».
Au point 23 / c / le Comité dit ceci « Envisager de supprimer les sanctions pénales contre les femmes qui recourent à l’avortement et aux prestataires de soins médicaux qui leur apportent une assistance, car de telles mesures poussent les femmes à recourir à un avortement non médicalisé qui peut porter atteinte à leur vie ou à leur santé »
Ces quelques recommandations du Comité renseignent sur la voie que ces experts veulent faire suivre à notre pays, au nom de leur « vision » d’un monde qui évolue. Naturellement notre pays rejette ce diktat d’experts en mal de repères qui pensent que le monde doit évoluer en permanence vers moins de vertus et plus de vices et de libertinage. le Sénégal fait partie des pays les plus avancés en matière de promotion et de protection des droits de l’homme. Il continuera à adapter sa législation en fonction des besoins et aspirations de sa population et tenant compte de ses valeurs.
Il appartiendra à l’Etat de faire face fermement mais diplomatiquement, comme à son habitude, en attendant le prochain passage du Sénégal devant le Comité, au cours de l’année 2027.