Ultimate magazine theme for WordPress.

Le covid a tué le plaisir sexuel chez les françaises

0

La déprime et l’ennui ont gagné une place dans le lit de nombreuses Françaises : c’est l’une des leçons d’une étude réalisée par l’Observatoire européen de la sexualité féminine. L’enquête a été menée au mois de mars 2021, en pleine crise sanitaire, auprès de plus de 5 000 femmes, dans cinq pays.

Les Françaises apparaissent bien moins épanouies que leurs voisines allemandes et britanniques : elles sont 35% à se dire insatisfaites de leurs relations sexuelles, soit plus qu’en 2016.

Il y a cinq ans, 31% des Françaises avouaient ne pas prendre suffisamment de plaisir avec leur partenaire. Elles sont encore plus nombreuses aujourd’hui.

Assez logique, dès lors, d’observer qu’elles ont moins de relations sexuelles qu’en 2016 : 18% d’entre elles déclaraient avoir plus de deux rapports intimes par semaine, quand elles ne sont plus que 8% en 2021, selon l’étude publiée vendredi 3 septembre 2021 par l’Observatoire européen de la sexualité féminine.

Cette frustration, elles seraient bien moins nombreuses à la vivre en Allemagne et en Grande-Bretagne, si l’on en croit cette étude : 23% des Allemandes se disent insatisfaites, contre 27% au Royaume-Uni.

Évidemment, la période au cours de laquelle cette enquête a été menée n’est pas anodine. En mars, la France était soumise à de nouvelles restrictions, en pleine troisième vague de l’épidémie de Covid-19. La promiscuité avec son partenaire, mais aussi le stress, l’inquiétude pour l’avenir et la fatigue liée aux circonstances, ont forcément eu un impact sur la vie sexuelle des Françaises.

Mais des études similaires, réalisées aux États-Unis et en Grande-Bretagne, avant la crise, montraient déjà une baisse d’activité sexuelle chez les jeunes adultes. L’explication serait donc ailleurs. Des femmes ont pris la parole publiquement pour parler sans tabou de leur intimité, de leur quête du plaisir et de leur rejet de la soumission.

laissez un commentaire