Ultimate magazine theme for WordPress.

Le pouvoir fait « tomber » Sonko…la prison ou la rue !

0

Les partis politiques sont pleinement dans la course pour 2024. Ces élections seront déterminantes pour la démocratie de notre pays. Le troisième mandat de Macky Sall sera l’attraction de ces joutes électorales qui mobilisent tous les opposants au régime. A treize mois de la présidentielle, le leader du parti des patriotes Africains du Sénégal pour l’Éthique et la Fraternité (PASTEF) risque de rater ce rendez-vous…

Les déboires judiciaires de Ousmane Sonko le mettent face à ses responsabilités. Actuellement, deux voies s’offrent au maire de Ziguinchor. Ce qui ne sera pas sans conséquence sur la stabilité du Sénégal.

Ousmane Sonko est au cœur d’une tempête ! Le maire de Ziguinchor est de plus en plus acculé à quelques mois de la présidentielle. Le patriote en chef doit faire face à la machine politique du pouvoir. Benno Bokk Yakaar a déployé les gros moyens pour éliminer Sonko de la bataille décisive de 2024. De l’autre côté, la machine judiciaire est en branle contre le leader de l’opposition radicale. Ousmane Sonko sera devant le tribunal pour deux dossiers différents. La particularité de ces affaires est qu’elles ont toutes la possibilité d’arrêter l’ascension du leader de Pastef.

sonko
L’ancien ministre de la Jeunesse, Mame Mbaye Niang

La plainte de Mame Mbaye Niang pourrait être le premier dossier qui va éjecter Sonko de la course présidentielle. L’actuelle ministre du Tourisme compte neutraliser la menace sur Macky Sall grâce à sa plainte pour diffamation. Le maire de Ziguinchor fera face au juge le 2 février pour justifier les accusations sur l’ancien directeur du Prodac.

Selon le leader de Pastef, Mame Mbaye Niang avait été mis en cause dans le détournement de 29 milliards au programme des Domaines Agricoles Communautaires (PRODAC), par un rapport de l’Inspection générale des Finances. Une déclaration qui a fait sortir Mame Mbaye qui dit n’avoir été jamais épinglé raison pour laquelle il a attrait Sonko en Justice pour diffamation.

Ce procès va coûter cher au patriote en chef. Une condamnation le fera sortir de la course pour 2024. En effet, le code électoral sénégalais stipule que «ne doivent pas être inscrits sur la liste électorale (…) les individus condamnés (…) à plus de trois mois d’emprisonnement sans sursis ou à une peine d’emprisonnement d’une durée supérieure à six mois avec sursis ».

En français simple, Ousmane Sonko ne sera pas candidat s’il est condamné par le tribunal pour diffamation. Et le maire de Ziguinchor dira bye-bye au fauteuil présidentiel. Et ce même risque plane sur Sonko dans l’affaire Sweet Beauty.

SonkoAccusé de viols et menace de mort par la masseuse Adji Sarr, Ousmane Sonko sera devant la chambre criminelle. Le leader de Pastef devra répondre de ces accusations qui ont déjà coûté la vie à plus de quatorze jeunes. Sonko a toujours crié au complot. La victime présumée n’a, jusqu’ici, produit aucune preuve, prouvant qu’elle a été violée. Mais vu la gravité de ces accusations, le maire Ziguinchor risquent jusqu’à dix ans de prison avec la loi criminalisant le viol au Sénégal. Une telle condamnation va définitivement bousiller la carrière politique du principal adversaire de Macky Sall.

Une chose dont Ousmane Sonko est conscient. D’ailleurs c’est la cause de toutes ses agitations. Le patriote en chef a peur d’aller en prison. Alors, il a repris ses vieilles habitudes. Le leader de l’opposition radicale entame la résistance pour éviter d’être le prochain candidat à la présidentielle que le pouvoir va éliminer.

« À tous les Sénégalais, ce que j’avais dit en 2021 et je le réitère j’ai toujours invoqué mon droit légitime constitutionnel à la résistance et jusqu’à la fin de ma vie, je résisterai, personne ne peut m’empêcher, s’il plaît à Dieu, d’être candidat en 2024 et je ne vois pas le juge qui va me condamner à 5 ans d’emprisonnement dans ce dossier là », a-t-il déclaré face à la presse ce jeudi.

Cet appel voilé risque de reproduire le scénario de mars 2021. Tout avait commencé par un appel similaire du leader de Pastef. Et si Sonko est écarté de la course de 2024, ces partisans seraient tentés de reproduire la même séquence qui avait coûté la vie à quatorze jeunes. Mais Macky Sall et son gouvernement sont déterminés à faire régner l’ordre. Ce qui ne sera pas sans conséquences. La confrontation tant redoutée est en marche, et il risque d’être meurtrier. Mais une chose est sûre, le maire de Ziguinchor risque de rater 2024.

Le pays tangue dangereusement vers la violence. La jeunesse doit, cette fois-ci, éviter de tomber dans le piège meurtrier des politiciens. Si le leader de Pastef n’a rien à se reprocher, il doit être capable d’aller se blanchir devant le tribunal. Macky Sall et son gouvernement n’ont pas le droit d’utiliser la Justice pour éliminer des adversaires. Il n’y a que comme ça qu’on pourra préserver la stabilité du Sénégal !

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire