Ultimate magazine theme for WordPress.

Leçons d’un discours d’Édouard Philippe, pour les élites d’Afrique

Edouard Philippe, premier ministre Français
0

À écouter Édouard Philippe parler, l’on se rend compte du fossé, que dis-je de l’abîme entre un pays avec un État géré par des hommes politiques ayant une parfaite maîtrise de leurs dossiers, du fait de collaborateurs  compétents et de services techniques performants, et une République bananière aux mains de politiciens sans autre idée de leur mission que de jouir des privilèges qui y sont rattachés, entourés de suborneurs et de courtisans sans autres mérites ou compétences que ceux de servir de faire valoir, et de vivre comme des rémoras, sur leurs dos !

Les gaulois pour rester sur la France avaient leur potion magique.

Chez nous, nous avons aussi la nôtre. La nomination. L’effet de cette potion est immédiat aussi : dès que vous êtes nommé, vous êtes automatiquement expert et donc compétent dans le domaine de vos nouvelles responsabilités !

Un ami me disait qu’il y avait les trois C, sans lesquels il n’y avait pas de nomination envisageable.

La Compétence. Elle est une condition sine qua none, dans toutes les nations de longue tradition démocratique.

La Confiance. Dans nos républiques bananières, mieux vaut remplacer ce mot par Complicité. Elle est appréciée selon le vécu et ce que l’on est prêt à faire ou à laisser faire.

Machiavel, le Marabout de nos présidents africains l’a dit :  » Ce n’est pas une chose de peu d’importance que de choisir ses ministres. Car c’est par les gens que le Prince tient auprès de sa personne que l’on juge de son esprit et sa prudence « .

Le troisième C le Contexte éclaire tout dès lors. Elle est la condition qui semble la plus prépondérante chez nous en effet.

Selon les intentions qui animent nos présidents, ils ont tout à fait raison de s’entourer qui de ses parents pour conserver le pouvoir et échapper aux coups bas et trahisons, qui de ses associés en diable grands ripoux et autres canailles pour piller les deniers publics.

Pour faire court disons que donc selon le contexte, « qui se ressemble s’assemblent ».

En Afrique ces mafioso ne s’unissent que pour le malheur des peuples, car ces usurpateurs de la légitimité populaire se torchent avec le mouchoir de la Démocratie, s’essuient sur le drap de la Justice avant de violer la belle demoiselle Reddition des comptes, baillée par la clameur des courtisans qui crient aussitôt après son dépucelage haro sur elle : elle a voulu salir la réputation immaculée d’un honnête serviteur de la Nation !

laissez un commentaire