Ultimate magazine theme for WordPress.

Législatives : Voici les 4 erreurs de Benno…

Macky Sall et les dirigeants de Benno Bokk Yaakaar
0

LÉGISLATIVES 2022 AU SÉNÉGAL : LES LEÇONS D’UN SCRUTIN…PAR BACARY SECK

Les élections législatives du 31 Juillet dernier viennent de révéler ses résultats provisoires. Au sortir de ces derniers, la Coalition Benno Bokk Yaakaar se retrouve avec quatre-vingt deux (82) sièges sur 165 possibles. Malgré qu’elle soit en tête, il urge de tirer les leçons pouvant lui permettre de se rehausser.

✓ Le choix des hommes décrié. 

Les investitures ont généré beaucoup de tollé au sein de la mouvance présidentielle. Les investis à la députation n’ont pas fait l’unanimité dans leur localité, qui parce que impopulaire dans leur commune, qui parce qu’étant vieux et ne pesant pas sur l’échiquier politique local. Beaucoup d’électeurs, mécontents de ces choix déraisonnés, ont procédé à des votes sanctions, après avoir crié partout leur désapprobation par rapport à ces choix.

Les comités électoraux aussi n’ont pas été approuvés par les militants qui, chaque fois, se plaignaient du manque de considération de ses membres vis-à-vis des électeurs.

Il s’y ajoute le cas le plus déloyal, celui de certains leaders qui ont appelé à voter pour l’opposition, uniquement pour empêcher leur « rival » d’avoir un certain statut, celui de député, et ainsi rester « l’attraction » dans leur localité.

✓ Une communication médiocre

L’autre aspect que nous avons noté du côté de la mouvance présidentielle est cette absence de communication, ou du moins une communication médiocre. L’opposition a réussi à noyer la communication de la coalition BBY qui n’a fait que riposter. La plupart du temps, ils ont perdu trop de temps à se focaliser sur une personne, alors que cette coalition disposait de tous les éléments de langage nécessaires pour faire pencher la balance en leur faveur. Cet amateurisme les a coûté très cher et a révélé un gap énorme du côté communicationnel alors que tous les moyens ont été mis à la disposition des préposés à cette communication. Là aussi, il faudra apporter un sérieux coup de balai.

Il s’y ajoute que ce discours n’a pas du tout été taillé selon la cible. C’est-à-dire que le même discours ne devrait pas être tenu pour les jeunes, les femmes, les hommes, les marchands ambulants… Il fallait opérer par cible et non soliloquer sur les mêmes choses.

✓ Une transhumance à apport insignifiant

Le jeu des alliances n’a pas porté ses fruits. La venue d’hommes et de femmes venant d’autres partis politiques n’a pas répondu aux attentes escomptées. Au contraire, cette arrivée massive a contribué négativement sur les résultats des élections. Ceci est dû en grande partie par l’importance accordée aux nouveaux venus au détriment des militants de la première heure qui ont été laissés en rade. Beaucoup de moyens ont été mis à la disposition des premiers cités, alors que si ces moyens avaient été donnés aux gens qui ont toujours sué pour la coalition présidentielle, cela consoliderait sûrement les bases électorales.

✓ La question du troisième mandat.

C’est une des raisons qui ont fait pencher la balance. L’opposition, intelligente, s’est appesantie sur la question alors qu’il ne s’agissait pas d’une élection présidentielle. Malheureusement, elle a réussi son coup avec l’aide, bien entendu, de la Coalition Benno Bokk Yaakaar qui est tombée dans ce piège en voulant coûte que coûte apporter la réplique sur cette question.

Or, le bon sens aurait voulu que la réplique de Benno serve à recentrer les débats, c’est à dire montrer aux populations combien cette opposition est manipulatrice et qu’il ne s’agissait nullement d’une élection présidentielle mais que c’était des législatives et qu’il fallait donner à SEM Macky Sall une majorité confortable afin de lui permettre de finaliser tous les chantiers entamés afin de mettre les populations sénégalaises dans d’excellentes conditions.

Le deuxième élément de langage devait être l’intention cachée de cette opposition qui ne voulait ( si elle obtenait la majorité) que bloquer le budget afin d’empêcher le Président Macky Sall d’achever les chantiers.

Le troisième est lié à la cherté de la vie. L’opposition s’est beaucoup appesantie sur ce point et la mouvance présidentielle Benno, n’y a pas apporté de précision par rapport à cela. Cette cherté, liée en grande partie à la guerre russo-ukrainienne, s’est fait ressentir partout dans le monde. Ce n’est pas seulement au Sénégal que la vie est devenue chère, mais c’est partout. Là aussi, c’était un vrai problème que les la mouvance présidentielle n’a pas résolu.

Quoi qu’il en soit, les résultats étant ce qu’ils sont pour la coalition Benno Bokk Yaakaar, il faudrait les analyser avec beaucoup d’objectivité. Les erreurs font profusion, et elles ont conduit à ces résultats qui n’honorent pas le camp présidentiel. L’alerte a été donnée pendant les locales. Cependant, les leaders de Benno n’ont pas, ou n’ont pas su, décrypter ce message. Il est temps pour la mouvance présidentielle de faire une introspection profonde si elle ne veut pas rater les rendez-vous prochains.

laissez un commentaire