Les métiers les plus détestés en France…policier, politicien et

Ce classement des métiers les plus détestés en France n’est pas formel et est voué à une mutation constante

Politicien

Le pouvoir en France a été ébranlé à tous les échelons.

Du président de la République où son statut ne fait plus l’unanimité et est perpétuellement remis en cause. La majorité des parties traîne avec elles de nombreuses casseroles et affaires (détournements de fonds, emplois fictifs etc…). La population doute des véritables motivations de ses dirigeants et en fait un secteur que l’on met en numéro 1.

Trader

Il suffit parfois de peu de choses pour donner une bonne image à une personne ou une profession.

Un film comme « le loup de Wall-Street » avait redonné un côté cool à la profession. Mais les affaires Kerviel, la crise de 2008, les nombreux parachutes dorés et les magouilles en tout genre dont ils sont souvent accusés, ont rendu détestable la profession. Porte-étendards malgré eux du capitalisme avec les multinationales et les politiciens.

Le trader fait bien de rester dans sa tour d’ivoire, la rue le regardant d’un œil mauvais.

Policier

Le métier de policier, et l’institution de police de manière générale a une haute place dans le top en raison des nombreuses bavures policières dont elle est accusée. À la fois par la population, mais également par les institutions internationales comme l’ONU.

Avec une situation compliquée dont on ne voit pas le bout du tunnel, le métier de policier ne risque malheureusement pas de baisser dans ce classement. Peut être que modifier le déroulement des contrôles amélioreraient l’image de ces derniers.

Journaliste

Le journalisme a pris ces dernières années du plomb dans l’aile avec une sacrée remise en cause de sa crédibilité sur les informations que les médias délivrent.

La Fake news est partout et en est même devenue l’une des tendances marketing de 2019.

Ainsi, l’utilisateur classique ne sait plus déceler le faux du vrai dans le flot continu d’informations que les médias déversent. Cette année, entre les prises à partie, les dégâts de matériels de la foule lors de manifestations, les assassinats dans les pays à risques et les gardes à vue abusives de l’état, le métier de journalisme est difficile et mal aimé.