Liberia : George Weah jugé « mauvais » par…

Ancien coéquipier de George Weah, James Debbah porte un jugement sans concession sur ses débuts à la présidence du Liberia.

James Debbah, ancien coéquipier de George Weah

Ancien coéquipier de George Weah en équipe nationale du Liberia, James Debbah n’est pas homme à mâcher ses mots. Y compris quand il s’agit d’évoquer les débuts de son ancien capitaine à la présidence du pays. « Je vais dire aux footballeurs à la retraite de s’éloigner de l’exemple de Weah qui est en train de perdre tout le crédit qu’il avait auprès des populations de son pays quand il était footballeur. Sur un terrain, vous avez onze adversaires et quand vous descendrez sur le terrain politique, c’est des milliers, voire des millions », lâche James Debbah à nos confrères de l’Agence de presse sénégalaise (APS).

Debbah : « Weah ne peut pas contrôler ses collaborateurs »

« Weah a été élu dans un pays où les problèmes sont nombreux, chômage, santé, corruption et autres, et il ne peut pas contrôler ses collaborateurs qui pour certains sont mus par le besoin de s’enrichir au lieu de trouver des solutions aux difficultés de la population, poursuit l’ancien attaquant de l’OGC Nice, actuel membre de la commission technique du tournoi de l’UFOA (WAFU Cup of Nations) dont l’édition 2019 se déroule en ce moment à Thiès, au Sénégal. Récemment, il y a eu des grèves au pays et les populations sont sorties pour lui demander de démissionner, c’est comme s’il n’avait rien fait pour ce pays à qui il a tellement donné. »

Debbah : « Les gens ne voient pas leur vie changer dans le bon sens »

Ancien sélectionneur de la Lone Star, reconverti depuis dans les affaires (il cultive des champs de canne à sucre, ndlr), James Debbah avait déjà pris ses distances avec George Weah au moment de sa dernière candidature, couronnée de succès. La suite le rend amer. « Jamais, je ne l’aurais imaginé, je sais qu’il était charismatique et il était le leader de l’équipe mais de là à descendre sur le terrain politique, c’est autre chose et aujourd’hui, c’est très compliqué pour lui parce que les populations ne voient pas leur vie changer dans le bon sens », conclut James Debbah, pessimiste.