Macron accusé de diaboliser l’Islam

Caricatures de Mahomet. Dans le monde arabe, la polémique enfle après les propos d’Emmanuel Macron

Boycott des produits français, appels à manifester en Libye, attaques d’Erdogan, condamnations du Premier ministre pakistanais : le torchon brûle entre la France et le Proche-Orient après les propos d’Emmanuel Macron sur les caricatures de Mahomet. Ce dimanche, Erdogan a réitéré ses propos, malgré le rappel de l’ambassadeur français en Turquie et les condamnations du chef de la diplomatie européenne.

Après les propos polémiques du président turc Recep Tayyip Erdogan samedi 24 octobre, c’est le Premier ministre pakistanais Imran Khan qui a à son tour accusé ce dimanche Emmanuel Macron « d’attaquer l’Islam », le président français ayant défendu la publication de caricatures du prophète Mahomet après l’assassinat la semaine dernière du professeur Samuel Paty qui en avait montré certaines à ses élèves.

« Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d’autres reculent », avait déclaré le président français lors de l’hommage national à Samuel Paty mercredi 21 octobre.

« Il est regrettable qu’il ait choisi d’encourager l’islamophobie »

« Le président Macron aurait pu jouer l’apaisement et refuser l’espace aux extrémistes plutôt que de créer une polarisation et une marginalisation supplémentaires qui conduisent inévitablement à la radicalisation », a écrit Imran Khan sur Twitter.

« Il est regrettable qu’il ait choisi d’encourager l’islamophobie en s’attaquant à l’Islam plutôt qu’aux terroristes qui pratiquent la violence, qu’il s’agisse de musulmans, de tenants de la suprématie blanche ou d’idéologues nazis », a poursuivi le Premier ministre pakistanais.

Appels à manifester en Libye

Les propos d’Emmanuel Macron ont créé une vague d’émoi dans des pays du Proche-Orient. Des appels à manifester se sont multipliés ce dimanche en Libye. Le mouvement a surtout pris de l’ampleur sur les réseaux sociaux avec des internautes appelant à manifester dimanche après-midi sur la grande Place des Martyrs, dans le centre-ville de Tripoli. Côté médias, la chaîne de télévision religieuse « al-Tanasuh », porte-voix du mufti Sadek al-Ghariani, a relayé cet appel sur le bandeau d’information en bas de l’écran.

Ce chef religieux controversé, qui dirige Dar al-Ifta – plus haute autorité religieuse du pays —, avait déjà réagi aux propos du président français début octobre sur le « séparatisme islamique » en affirmant que « si un dirigeant musulman tenait envers l’Occident les mêmes propos et déclarations racistes et hostiles que ceux de Macron envers l’islam, il lui aurait été reproché d’être extrémiste, raciste et terroriste ! »

« Diaboliser l’islam et les musulmans n’aide pas la paix sociale en France »

Des petits groupes ont déjà protesté samedi dans plusieurs villes libyennes, brandissant des pancartes reprenant le hashtag « Tout sauf le prophète », « le prophète est une ligne rouge » ainsi que des portraits du président français barrés d’une croix rouge.

Ammari Zayed, membre du Conseil présidentiel chapeautant le Gouvernement d’union basé à Tripoli et ministre par intérim de l’Education nationale, a fustigé les propos d’Emmanuel Macron, dénonçant « le mépris que ces déclarations constituent à l’encontre du plus grand symbole pour tous les musulmans ».

« Nous condamnons fermement les déclarations du président français et l’insulte intentionnelle envers l’islam et son saint prophète », a-t-il écrit samedi sur Facebook.

« En tant que musulmans, il est de notre devoir de respecter tous les prophètes alors nous exigeons de même de la part de toutes les autres religions », a indiqué à l’AFP Fatima Mahmoud, une habitante de Tripoli ayant l’intention d’aller manifester dans l’après-midi.

« Diaboliser l’islam et les musulmans […] n’aide pas la paix sociale en France, encore moins l’intégration des musulmans dans un pays qui prône les libertés. […] Les propos de Macron sont très provocateurs », a ajouté cette mère de famille de 56 ans.

laissez un commentaire