Ultimate magazine theme for WordPress.

Mouth Bane : « le Sénégal est orphelin d’une élite politique responsable »

Mamadou Mouth Bane, Journaliste et Dirpub du quotidien Dakartimes
0

Le 31 Juillet 2022, les sénégalais vont élire 160 députés (opposition/pouvoir/non alignés) qui seront grassement pris en charge avec les maigres ressources du pauvre contribuable.

Pendant les 05 prochaines années, nous allons encore nourrir des députés dont certains sont aujourd’hui poursuivis pour trafic de faux billets, viol, trafic de passeports diplomatiques. Ils sont élus pour meubler l’hémicycle. Aucun bilan de la gestion des 05 années passées, et les voilà à nouveau, entrainer le pays dans une polémique sur fond de tension politique et sociale, que seule leur folle ambition d’entrer à l’Assemblée nationale justifie. Et pourtant, aux mêmes moments, ces politiciens affamés et bruyants se détournent des vraies priorités qui harcellent les populations : délestages, pénurie d’eau, agressions, meurtres etc.

Aucun opposant n’interpelle le Gouvernement sur ces problèmes. Aucun député de l’opposition n’a introduit une question orale au parlement pour exiger  des éclairages sur ces questions. Les tenants du pouvoir aussi surfent sur l’amnésie  et la capacité de résilience des Sénégalais

Ils disent parler et agir au nom du Peuple «Askanwi» sénégalais. Du fait de leurs agissements prémédités, ce peuple souffre de ce tintamarre dans lequel, ce pays est plongé depuis le début du dépôt des listes à la Direction Générale des Elections (DGE).

Leur avenir politique prend le dessus sur les préoccupations des Sénégalais. Ils sont capables de transformer ce pays, en champ de guerre uniquement pour être investis puis élus députés pour applaudir, insulter, dormir et s’absenter.

Les listes, la carte électorale, le fichier, les bureaux de vote, les isoloirs, les urnes, l’encre indélébile et la date des élections, voilà tout ce qui intéresse cette classe politique engagée dans une course à la sinécure.

Tous connaissent l’adresse de la DGE, celle de la femme Kiné GAYE égorgée dans son lieu de travail à Pikine ou de Papy NIANG tué à Ouakam par des agresseurs, ne les intéresse pas. Aucun acteur politique, aucun chef de parti, aucun député, aucun président d’Institution n’a posé le débat sur cette problématique. Des milices  d’auto défense sont en train de naître dans les quartiers pour barrer la route aux agresseurs.

Le Sénégal n’est pas dans l’insécurité. Il faut faire la part des choses entre l’insécurité et la violence. Par la sensibilisation, la violence pourrait être uniquement réduite. Pouvoir, opposition, société civile, ASC, organisations de femmes, religieux, chacun doit jouer sa partition. Car les sources de la violence sont multiples. Par contre, l’insécurité, c’est ce qui se passe au nord du Mali, au nord du Nigéria, dans la zone des trois frontières (Mali, Niger, Burkina Fasso) où des groupes organisés armés contrôlent des régions entières sur le territoire national, s’attaquent aux populations et affrontent les militaires avec une force de frappe égale ou supérieure à celle des armées nationales. Cette insécurité n’existe plus au Sénégal, Salif Sadio et César étant anéantis.

Notre pays connait une forme de violence, un terrorisme politique, du fait de ces acteurs qui perturbent la quiétude des Sénégalais pour uniquement sauvegarder leurs intérêts crypto personnels et partisans. A l’hémicycle, ils s’insultent, se haïssent, s’offensent, se mettent en scène devant les caméras pour préserver leur propre confort. Les larmes du pauvre citoyen leur servent d’arôme pour relever la saveur de leurs mets. Lorsque le buffet est servi, ils se servent à volonté sans remord face aux nombreuses victimes de leur combat politique. Aux yeux de cette classe politique hypocrite, la jeunesse sénégalaise n’est meilleure que pour la guérilla urbaine.

Maintenant, qui pensent aux 14 jeunes morts au mois de Mars 2021 ? Et les jeunes morts lors des manifestations du 23 Juin 2011 ? Même pas une cérémonie de récital de coran pour le repos de leur âme. C’est le cadet de leur souci. Et, à nouveau, ils invitent cette même jeunesse à la guerre pour une question de parité violée. Comme si c’était le sang de la jeunesse qui devrait servir d’encre pour rectifier les erreurs commises sur les listes. Cette remarque assez triste est valable aussi bien pour le pouvoir que pour l’opposition.

Les partis politiques ne forment plus les jeunes. Aucune formation politique ne dispose d’une «Ecole» pour renforcer les compétences de leurs jeunes militants. Pour cette belliqueuse classe politique, les jeunes sénégalais ne sont utiles que pour remplir la «Place de l’Obélisque », pour barrer la VND, brûler des pneus, insulter les chefs religieux, saboter le TER, saccager le stage Abdoulaye WADE et détruire les investissements des entreprises étrangères dans notre pays.

A défaut d’une formation pour cette jeunesse désemparée et désespérée, ils tentent de les enrôler dans «un rapport de force» ou un «mortal combat».

Pourquoi cette classe politique est-elle incapable de comprendre que le Peuple (surtout la jeunesse) aspire à un mieux-être dans un climat de paix ? Comprendra-t-elle un jour que le peuple a une intelligence supérieure que la sienne afin que cessent ces manipulations, ces tromperies, ces appels à la violence, à la guerre et aux confrontations ?

Devrons-nous être surpris de voir les actes de violence se multiplier dans le pays, lorsque les éléments de langage des personnalités politiques, les plus médiatisées au Sénégal, se résument à ces mots suivants : rapport de force, affrontement, confrontation, bataille, combat, coup, sang etc. ? Les discours de violence engendrent des actes violents.

Dans les réseaux sociaux, circule une chronique du talentueux Khalil GUEYE intitulée : «Où va le Sénégal ?». Il a dévoilé dans son cri de cœur les mêmes inquiétudes que le Professeur en Sociologie Malick  NDIAYE qui avait publié un ouvrage appelé : «Où va la République ?».

Ces inquiétudes légitimes, ces questions préoccupantes, concernent aussi bien, ceux qui nous dirigent que ceux qui aspirent à gouverner ce pays. Car, nous devons être sans complaisance aussi bien avec les dirigeants qu’avec les opposants. Puisque, c’est l’opposition d’aujourd’hui, qui sera au pouvoir demain. Par conséquent, n’attendons pas demain pour nous intéresser à eux. C’est aujourd’hui que nous devons veiller à la gouvernance de demain, en épiant les faits et gestes de ces opposants prétendants à la magistrature suprême. Sont-ils meilleurs ou pires que ceux qu’ils critiquent ?

En outre, les politiques ont pris en otage ce pays. Alors qu’ils devraient comprendre que leurs listes ne constituent nullement une priorité pour le peuple. Le Sénégal est interpelé par des urgences dans les secteurs de l’Education, la Santé, la Sécurité, l’Agriculture, l’Environnement, les Inondations etc.
Déjà, toutes les Institutions internationales telles que l’ONU, l’OCDE, le Fmi, la Banque Mondiale s’investissent pour épargner les pays africains d’une crise alimentaire qui naitrait des conséquences de la Covid-19 et de la guerre en Ukraine.

Aujourd’hui, les élections législatives devraient être une petite parenthèse dans la vie démocratique de notre pays et les débats devraient porter sur les solutions à apporter pour faire face à ces turbulences politico sociales. A travers les «Ecoles» des partis politiques, les leaders devraient tenir des séminaires pour expliquer aux jeunes les enjeux des crises internationales, qui perturbent les prévisions des politiques publiques nationales. Mais faudrait-il qu’ils en aient les compétences et le savoir…

Par ailleurs, ces acteurs politiques qui tentent de jouer avec la stabilité du Sénégal devraient voir la rigueur de la loi s’abattre sur eux. Dans la mesure où des fragilités sécuritaires s’affirment dans le Sahel avec les coups d’Etat en Guinée, au Mali, au Burkina Faso, au Tchad, au Soudan, sans oublier la tentative de coup d’Etat en Guinée Bissau et au Niger.

En Afrique de l’Ouest, le G5 Sahel créé pour lutter contre le terrorisme et la criminalité transnationale s’effiloche à cause d’abord des coups d’Etat dans deux pays membres, (Mali et Burkina Faso), et ensuite du retrait du Mali poussant ainsi les troupes de Barkhane à se positionner au Tchad. Dans cet environnement sécuritaire  fragile et à haut risque, il est irresponsable pour certains acteurs politiques sénégalais d’essayer d’engager le pays dans une crise politique artificielle qui pourrait tout de même aboutir sur des conséquences inattendues.

Aujourd’hui, certains acteurs politiques cherchent à amadouer la jeunesse afin de l’amener à épouser sa cause. Les jeunes sont convertis en bétail électoral et en chair de canon prêt à verser son sang et à aller en prison pour satisfaire les vils besoins d’une classe politique irresponsable. Sur les listes d’investitures, les rares jeunes  choisis occupent des positions derrière les carriéristes politiques. Il est évident que les jeunes investis en queue de liste ne seront pas élus députés. A quoi bon alors ?

Naïve est cette jeunesse qui meurt pour une classe politique qui refuse d’entendre ses pleurs ou d’essuyer ses larmes.  L’élite politique sénégalaise ne se solidarise à la souffrance du peuple que lorsque la date des élections s’approche.  L’heure du réveil a sonné. Refusez de suivre aveuglément cette classe politique égocentrique. Elle  vous dresse l’un contre l’autre en épargnant leurs propres progénitures. Ils ne sont jamais au front lorsque les grenades lacrymogènes pleuvent. Ils se cachent sous leur couette, lorsque les jeunes tombent baignant dans le sang, dans les rues. Ils recrutent même des étudiants à l’UCAD pour étoffer leurs contingents.

N’écoutez pas leurs discours, ils vous trompent, vous manipulent, vous mentent uniquement pour accéder au pouvoir ou pour se maintenir au trône. Sans  nul doute, les populations Sénégalaises et la classe politique n’ont pas les mêmes aspirations même si les politiques arrivent souvent à profiter de la naïveté d’une partie de la jeunesse.

Faute de programme, aucun candidat à la députation n’a travaillé sur une proposition de loi à soumettre à l’Assemblée Nationale une fois élu, pour lutter contre la criminalité, les agressions, les violences, le trafic de stupéfiant et ses dérivés… Et pourtant, aujourd’hui, les débats devraient porter sur les propositions de loi que les futurs députés ambitionnent de déposer portant sur des questions qui touchent les Sénégalais. Mais, comme c’est constaté par tous, cette classe politique manque de sérieux.   Tout ce qui les intéresse, c’est le poste de député, le carburant, le véhicule et autres avantages rattachés à la fonction.

De 2017 à 2022, l’Assemblée Nationale a coûté 85 milliards 844.156.333 millions de FCFA au contribuable sénégalais, partagés à l’ensemble des députés en terme de salaire, carburant, véhicule, voyage, prise en charge médicale, per dium etc. Au terme de leur mandat de 5 ans, aucun député du pouvoir ou de l’opposition n’a réclamé l’audit de ces fonds investis pour leur confort au détriment d’autres Sénégalais qui ne sont pas pourtant les moins méritants. Où est la rupture ? Qui s’était engagé à combattre le système ?

Tous sont payés à ne rien faire. Et, aujourd’hui, ils se bousculent pour se faire inviter à la table.  L’assemblée coûte cette année 17 milliards FCFA aux Sénégalais. Comment ces fonds-ont-ils été dépensés ? Pourquoi le questeur rase les murs pour ne pas  présenter un rapport d’audit financier sur l’utilisation de ces 85 milliards 844.156.333 milliards de FCFA ?  Le refus de rendre compte est une pratique courante inscrite dans les mœurs de l’Assemblée nationale. Et les députés de  l’opposition tout comme ceux du pouvoir y trouvent leur compte.

Pourquoi Moustapha Niass président de l’Assemblée nationale, Aymerou GNING et Cheikh Mbacké Bara Dolli présidents de groupe parlementaire, Ousmane Sonko leader de l’opposition et les présidents des Commissions ainsi que les Secrétaires Elus, n’ont jamais exigé l’audit des finances de l’assemblée au terme de cette législature ? L’un des rares députés qui a osé poser cette question à l’Assemblée nationale s’appelle Thierno BOCOUM.

Dans un article du journal «Le Monde » publié en 2017, il était écrit : «un député sénégalais coûte en salaire 1,3 million de francs CFA par mois (1 981 euros). A cela il faut ajouter les frais liés à son véhicule de fonction, un 4 x 4, soit 300 litres d’essence par mois. Le litre étant actuellement à 695 francs CFA, cela revient à 208 500 francs CFA supplémentaires (317 euros). Parmi les 165 députés qui seront élus, certains devront remplir des fonctions plus importantes qui leur offriront des avantages supplémentaires.

Le président de l’Assemblée nationale du Sénégal et les membres du bureau, c’est-à-dire les huit vice-présidents, les six secrétaires élus, les deux présidents de groupe parlementaires et les deux questeurs toucheront un salaire mensuel de 2 millions de francs CFA, bénéficieront de deux véhicules de fonction et de 1 000 litres d’essence par mois. Pour les douze présidents de commission et les deux vice-présidents de groupe parlementaire, le salaire s’élèvera à 1,6 million de francs CFA, un 4 x 4, une seconde voiture de fonction et 1 000 litres d’essence par mois ».

Il est alors facile de comprendre pourquoi ils se bagarrent pour entrer à l’Assemblée. Le questeur est interpelé. Mais aussi, chaque député doit dire aux Sénégalais, ce qu’il a rempli comme mission après avoir gagné un salaire, obtenu un véhicule, du carburant entre autres privilèges pendant 05 ans ?

En plus, l’organisation des élections législatives de Juillet 2022, coutera plus de 10 milliards de FCFA. Les électeurs iront aux urnes pour élire 165 députés à ne rien faire. Et chaque année, plusieurs milliards leur sont alloués sans aucune transparence dans l’utilisation. Pour  l’année 2022, le crédit inscrit dans la LFR 2022 pour le budget de l’Assemblée nationale est de 17 milliards 215.015.137, pour l’année 2021 16 milliards 495.015.137 FCFA, pour l’année 2020, le crédit alloué est de 17 milliards de FCFA 801 162 000 FCFA, en 2019 le crédit était  de 18 milliards de FCFA 558 057 759 FCFA et pour 2018, le crédit alloué à l’Assemblée était de 15  milliards FCFA 774 506 000FCFA.

Tout cela pour rien… N’ont-ils pas alors raison de perdre la raison face à cette manne financière gracieusement mise à leur disposition pour applaudir, insulter et dormir…

Enfin, que les coalitions ayant saisi le Conseil constitutionnel pour leur recours s’en tiennent à la décision qui sera rendue par les 07 Sages.

Que cessent les manipulations visant à créer un climat de tension  artificiel dans le pays.
Que la Loi soit appliquée contre toutes les listes défaillantes sans exception.
Que force reste à la Loi.

Mamadou Mouth BANE

laissez un commentaire