Ndoumbélane : Quand (-3) devient un sacrilège dans le discours politique…Par Alassane K KITANE

Une légende de chez nous veut qu’on ne prononce pas le nom du serpent, car il suffirait de l’évoquer pour provoquer sa venue et le malheur qui s’en suit. La conscience populaire s’est alors résolue à l’appeler par un sobriquet très ingénieux « TUDUMALA … ». La même astuce a été trouvée pour parler du singe la nuit sans le nommer, parce qu’il serait l’incarnation du sorcier anthropophage qui opère nuitamment, et que le nommer revient à le convier chez soi : NGUDU GUÈN. La conscience populaire est d’une insondable habilité face à la dureté du réel : elle a toujours trouvé des artifices pour sortir du carcan trop étriqué du réel. Les gens de l’APR feraient mieux de s’inspirer de cette sagesse de la conscience populaire : nommer une chose sans la nommer. Il paraît que le roi aime (+3) mais ce qu’il abhorre surtout, c’est (-3). La question est de savoir comment (+3) peut-il avoir un sens dans un univers où (-3) n’existe pas ? Peut-on logiquement dire « je préfère (+3) » si (-3) est banni du vocabulaire ? Un roi peut-il régner jusque sur le langage de ses sujets ?

En attendant que les logiciens et autres mathématiciens nous donnent la recette, ce ne serait pas mal inspiré de parler du roi en termes de « NGUDU NGUUR » : en plus d’être neutre, cette recette est simple et sans risque de faire perdre un poste. J’aurais été ministre ou collaborateur de ce roi décidément trop instable, je me limiterais à chanter « gudu nguur baaxul » sur tous les plateaux de télévision pour à la fois éviter que cela se produise (« nommer c’est créer » surtout dans la conscience du primitif) et ne pas m’exposer à la rage de ce roi qui se croit dans une société de primitifs. Mais peut-être que ce roi veut nous inventer une nouvelle mathématique ; mathématique dans laquelle le chiffre 2 n’existerait pas ; on passerait directement de « un » à « trois ». Comment peut-on, dans une société ouverte, circonscrire le débat dans les barrières que l’on estime être compatibles avec son envie et sa volonté ?

Je ne pense sérieusement pas que le roi borgne osera proposer un nouveau bail au peuple de Ndoumbélane, mais dans ce pays, tout est possible ! Avec une armée de lobbyistes et de laudateurs on se sent pousser des ailes et on perd le sens des réalités. Si jamais il voulait changer d’avis comme à son habitude, surveillez la plume des chroniqueurs pour vous en faire une idée précise. Dès que vous verrez certaines plumes (ce qui est intriguant, c’est que ça a commencé) tourner au gré du vent marron-beige, comprenez que le monsieur cherche à se faire baliser la voie. Il tâtera le pool dans tous les sens avec divers ballons de sonde : ce sera d’abord les intellectuels, ensuite les artistes, en outre les politiciens véreux et enfin l’opinion publique. Comme nous sommes dans un pays du paraître le roi borgne cachera son œil borgne par des infrastructures tape-à-l’œil afin de PARAÎTRE indispensable. Il est même capable de créer, avec ces amis d’en haut, des crises artificielles pour s’imposer en SAUVEUR du genre sapeur-pompier pyromane…

Décryptage de l’impasse dans laquelle se trouve le roi : Un chef (d’une institution, d’une famille, d’État ou d’une quelconque communauté) qui a la faiblesse (peur ou gêne) de proscrire, sera un jour amené à rendre licite l’illicite, à tolérer l’intolérable, à légaliser l’illégal, à légitimer l’illégitime. Et voilà comment tous les chefs nantis d’un seul atome de faiblesse sont obligés de mentir et de toujours tricher. Quand la compromission devient systémique dans une société, parler de vertu et d’abnégation est une entreprise aussi désespérée que vouloir cueillir la lune sans sortir de la terre. Un chef pris dans les filets de la compromission trouve normal tout ce qui est anormal : il serait dans la plus grande bévue, il trouverait déplacé que quelqu’un ose le lui dire. La corruption et la compromission sont des labyrinthes : dès qu’on y entre, tout effort fourni pour s’en sortir enfonce davantage. Voilà pourquoi les chefs d’État corrompus ne peuvent pas se détacher du pouvoir : c’est leur fil d’Ariane, s’il se casse, ils sombrent dans l’abime du labyrinthe.

Le casse-pieds de Ndoumbélane