Ultimate magazine theme for WordPress.

Oryx à haut risque…un ministre à surveiller

0

La mort de 2 oryx lors de leur transfert de Ranérou vers la réserve privée du ministre de tutelle chargé de la protection des animaux montre un peu plus le degré de narcissisme de certaines élites quand le pouvoir leur monte à la tête au point de leur conférer un sentiment de toute-puissance. Le Ministère de l’environnement devrait être dorénavant un ministère à surveiller et à protéger de certaines catégories d’élites politiques pour ne pas dire simplement politiciennes qui croient dur comme fer qu’être le chef rime avec insatiété et doit permettre à un ministre de faire tout et n’importe quoi.

Pour avoir fréquenté de trop près ces sphères dans le cadre du travail, j’ai pu me rendre compte des caprices de ces ministres qui tiennent leurs directeurs généraux au point de leur demander tout et n’importe quoi. On peut imaginer que c’est le même scénario dans beaucoup de ministères et que changer ces paradigmes têtus doit sans doute être le premier niveau de la politique sobre et vertueuse. Aucun changement de paradigme ne peut s’opérer à moins d’un quart de siècle, mais ce pays doit au moins amorcer ces démarches et se parer de ses meilleurs hommes en termes de compétences et de capacités à comprendre les missions qui leur sont assignées.

Être le ministre de l’environnement et du développement durable n’est pas une simple mission de reboisement ou de lutte contre les déchets et le plastique. Il requiert une claire compréhension de la complexité et à minima, une prédisposition, voire une fibre écologiste permettant au porteur de cette casquette de comprendre la complexité et les requêtes de notre environnement.

Le discours et les explications d’hier, distillés avec désinvolture par notre ministre de l’environnement, sont de nature à révolter tous les écocitoyens de ce pays et même au-delà du pays. Rien dans ses propos ne semble marquer une désolation de sa part pour la mort des gazelles ou ne serait-ce que l’once d’une résolution pour éviter que de telles choses, puissent se répéter à l’avenir.

Si les prédispositions à comprendre la nature et l’environnement souffrent d’une aussi mauvaise appréhension holistique, il y’a alors risque de hiatus entre le dire et le faire de nos décideurs et la meilleure représentation de cette inadéquation vient de nous être servie par la mort des deux oryx qui mettent en principe ce ministre sur un haut risque d’expulsion de son fauteuil. Il ne saurait en être autrement, sans que notre Gaindé Ndiaye de Chef de l’Etat ne soit taxé d’inconséquent.

Mon lion reste le destinataire privilégié de toutes les informations dans ce pays et il a sans doute eu le retour et les explications liées à ces Oryx à haut risque de mort en déplacement. Nous ne souhaitons de malheur à personne mais à la lumière de ce que nous savons de cette histoire, nous pouvons spéculer que ce type de bévue peut coûter cette place non maîtrisée à ce ministre de la protection de la nature et des espèces.

Drôle de protection des espèces ou le protecteur déplace des animaux sensibles et en voie de disparition sans respecter le protocole minimal requis pour ce type d’animaux. En fait de protection, la destination pour ces bêtes est je le rappelle, la réserve privée  de Monsieur le Ministre qui s’assure ainsi la satisfaction de sa propre contemplation. Il semblerait qu’il y ait une convention prévue à cet effet. On aurait aimé en connaître les fondements juridiques s’ils existent et le cas échéant qu’on nous dise au moins qui valide cette convention en dernier ressort. Parce que si les services du ministère doivent l’approuver alors que le ministre est bien propriétaire de la réserve privée de destination ça s’appelle conflit d’intérêt et c’est interdit par le droit, par la morale, par la déontologie minimale et par l’éthique. L’élite politique des justes doit s’interdire ce type d’agissements qui nuisent à la politique publique nationale.

Soustraire ou minimiser sa responsabilité comme semble le faire le ministre et tous ces dignitaires qui semblent vouloir le défendre, c’est se complaire dans une situation de libre court à n’importe quoi sans avoir a rendre compte. L’expérience de Milgram a fini de montrer jusqu’ou les individus dépourvus de leur propre responsabilité peuvent aller.

Le Président devrait sévir surtout quand après une légèreté aussi grave le Ministre nous regarde et nous dit droit dans ses bottes: cette situation ne m’ébranle pas ! J’ai envie de lui rétorquer, elle aurait dû Monsieur le Ministre ! Oui, il aurait dû s’émouvoir que son narcissisme pur soit responsable de la mort de deux oryx.

A 40 ou 50 millions la bête, ça fait cher quand même et le moins pour nous consoler serait de rembourser et de faire en sorte que les 4 gazelles survivantes retournent délicatement cette fois d’où elles venaient.

Le Dr Cheikh Dieng à raison de dire que l’alibi de la consanguinité ne peut tenir la route. Il s’agit d’une même population et le fait d’en déplacer quelques uns des oryx dans le parc privé du ministre n’en font pas des espèces de génotype différent. On est là devant une incompétence et une désinvolture provocante et blessante pour le militant  apériste que je suis.

Ma voix ne porte pas loin mais j’attire l’attention du premier des lions sur l’insuffisance caractérisé de ce ministre qui défie toutes les lois morales et scientifiques et qui a notre humble avis doit partir de cette station sans préjudice pour ce que le Président qu’il est veuille bien en faire. Je répondrais partout de ces mots et je n’aurais aucun mal à agrémenter ce qui fonde ma croyance à l’incompétence de ce ministre au moins à cette station. La survie d’APR et même de Benno Bokk Yakaar dépendra de notre capacité à nous indigner quand de mauvais exemples sont servis et quand de mauvaises actions de cette nature sont constatées. J’en suis profondément affligé

Pape SARR

Duc de Diapal

laissez un commentaire