Passage du CFA à l’Eco : Urgence Panafricaniste tacle Macron et ses « marionnettes »

LE MACKYAGE SALE DU CFA EN ECO

Coronavirus, bon prétexte pour déshabiller le CFA en ECO !

Cette décision du gouvernement français de remplacer le FCFA par l’ECO est l’illustration parfaite du néocolonialisme français en Afrique. Mais cette décision illustre également la soumission des chefs d’états Africains qui n’ont pas su prendre leurs responsabilités pour poser le débat au sein du peuple. Durant tout le processus de création de la monnaie ECO, il n’a été question de prendre en considération l’opinion populaire, ni par référendum, ni à l’assemblé nationale. Or nous estimons que tout ce qui se fait sans le peuple se fait contre le peuple ! Par conséquent nous exigeons que nos dirigeants prennent leur responsabilité pour mettre fin à cette oppression monétaire. Il n’appartient ni à Macron ni à sa marionnette Alassane Dramane Ouatarra, encore moins à Macky Sall, mais au peuple Africain de décider de son avenir monétaire !

La monnaie ECO n’est en réalité qu’un Mackyage Sale du FCFA. Même si la France se retire de la gouvernance, elle continuera à garantir la monnaie et le principe de libre convertibilité et transférabilité permettra à ses multinationales de rapatrier librement leurs richesses. Il s’agit donc bien d’un changement de forme et non d’un changement de nom comme nous l’avons toujours exigé. La juxtaposition de solutions contraire à la souverainté sans aucun impact positif sur l’Afrique montre que la France n’est pas prête à rompre les liens d’asservissement des états africains. Car l’ingérence à outrance de l’oligarchie occidentale surtout la france sur les affaires africaines temoigne de la dépendance de la métropole 60 ans après les « indépendances » des Etats africains. Le procès de la terre mère hier 20 Mai acté par la fin du Cfa et la naissance de la continuité par l’eco ne pourra s’accepter. Le temps n’est plus à la rupture partielle mais définitive. Tous les éléments factuels prouvent une fois encore que la France ne veut et ne quittera pas sa vache laitière. C’est pourquoi nous urgences panafricanistes ne puissions concevoir la substitution d’une dépendance monétaire à une autre.

Notre position reste la même :

– revoir l’arrimage à l’euro du CFA
– la sortie de la France des conseils d’administration de nos banques centrales
– le rapatriement en Afrique de nos réserves de change
– la fabrication en Afrique de nos signes monétaires.

Le FCFA, cette monnaie coloniale, comme nous l’avons toujours dénoncé, est un moyen d’enrichissement de la France sur l’Afrique. Il serait crédule de croire que cette dernière soit prête à renoncer à tous ses privilèges qu’elle a si bien protégé depuis 75 ans. Il serait illogique de croire que votre oppresseur vous offre votre liberté sur un plateau d’argent !

Pour rappel la question de changement de la monnaie FCFA n’émane, ni d’une prise de conscience soudaine du gouvernement français, ni d’une vision des chefs d’états africains, mais bien d’une volonté populaire matérialisée par une forte mobilisation de la jeunesse Africaine dans les quatre coins du monde !

Cette jeunesse déterminée fera face à toute forme d’opression qu’importe la situation.

La liberté ne se quémande pas, elle ne se négocie pas, elle s’arrache !

 

URGENCES PANAFRICANISTES SÉNÉGAL