Ultimate magazine theme for WordPress.

Présidentielle en Gambie : Les mises en garde de la société civile

0

La société civile gambienne a averti, vendredi, sur la nécessité de procéder à la publication de résultats finaux ’’sans erreurs et sans chiffres erronés’’ en vue de préserver la stabilité sociale, politique et économique du pays après l’élection présidentielle, prévue ce samedi, a constaté l’APS.

’’La Commission électorale indépendante (IEC, sigle anglais) doit faire de sorte qu’il n’y ait pas d’erreurs de chiffres sur les résultats finaux de la présidentielle gambienne’’, lit-on dans une note rendue publique par la société civile gambienne.

Cette plateforme qui a déployé plusieurs observateurs locaux pour superviser les opérations électorales a préconisé que l’institution qui gère le processus électoral soit ‘’prudente et indépendante’’.

Les observateurs locaux déployés par la société civile gambienne ont noté, dans un bilan provisoire de leur mission, ‘’un climat calme et apaisé jusque-là’’.

’’L’IEC doit publier les informations clés dès le début sur son site. Cela inclut les listes électorales, le nombre de bureaux de vote, le nombre d’électeurs inscrits, pour aider les observateurs déployés sur le terrain’’, a insisté Mar Nyang, directeur exécutif de Gambia participates, une plateforme regroupant des organisations de la société civile locale.

’’Des chiffres erronés peuvent être facteurs de déstabilisation dans un contexte sensible’’, ont mis en garde les organisations de la société civile locale.

Six candidats dont le président sortant Adama Barrow, sont en lice pour l’élection présidentielle gambienne prévue samedi.
962.000 électeurs répartis dans 1554 bureaux doivent prendre part au vote, dans les sept régions du pays.

C’est le premier scrutin présidentiel de la Gambie après celui remporté en 2016 par Adama Barrow aux dépens de Yahya Jammeh.

Ce dernier, après vingt-deux ans au pouvoir, vit en exil en Guinée Equatoriale, depuis l’échec de sa tentative de confiscation de la victoire de son adversaire.

Des organisations de défense des droits de l’homme et des familles de victimes présumées de violences commises par son régime réclament des poursuites judiciaires contre M. Jammeh.

Il a quitté la présidence gambienne sous la pression de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest.

APS

laissez un commentaire