RCA : Mankeur Ndiaye plaide en faveur de la loi portant création de la CVJRR

« Le droit de savoir ce qui s’est passé, le droit à la justice, le droit d’obtenir des réparations ainsi que des garanties de non répétition du cauchemar vécu par d’innombrables victimes ». Telle est la volonté profonde et sincère de Mankeur Ndiaye, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies (RSSGNU) pour la République centrafricaine et Chef de la MINUSCA. L’onusien s’est exprimé hier matin, mercredi 22 janvier, lors de la cérémonie de remise officielle de l’Avant-projet de Loi sur la Commission Vérité, Justice Réconciliation et Réparations (CVJRR) au Président Faustin-Archange Touadéra, par le Comité de Pilotage.

La mise en place de la très attendue Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation (CVJRR) prévue par le Forum de Bangui en 2015 et réinscrite dans l’accord de Khartoum est pour bientôt, d’après le diplomate Mankeur Ndiaye.

La CVJRR avait été décidé lors des Consultations populaires à la base, organisées de février à mars 2015 par le gouvernement. La grande majorité des populations consultées avaient vivement revendiqué l’instauration dans le pays d’un mécanisme visant la lutte contre l’impunité considérée comme la principale cause des crises politico-militaires à répétition et leurs conséquences humaines, sociales et politiques désastreuses. Ainsi, pour les populations, la réconciliation véritable entre tous les Centrafricains ne peut se faire sans la lutte contre l’impunité.

S’appuyant sur la Stratégie globale pour la réconciliation nationale en RCA élaboré en novembre 2014 et le Rapport sur les Consultations populaires à la base, le Forum National de Bangui (FNB), tenu du 4 au 11 mai 2015 avait adopté une recommandation exigeant la création de la Commission Vérité, Justice, Réparations et Réconciliation (CVJRR).

Un comité de pilotage a été mis en place par décret en 2017 et placé sous l’autorité du Premier ministre.

Nommé en mars 2018, cet organe composé de politiques, d’experts internationaux et de membres de la société civile avait pour mission d’organiser des consultations populaires et d’en tirer des conclusions pour rédiger un projet de loi mettant en place l’ambitieuse  Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation (CVJRR).

Ce dispositif apparaît aux yeux de certains centrafricains comme l’un des maillons importants du processus social et politique de sortie durable du pays de la récurrence des crises destructrices, du retour de la paix et de l’avènement de la réconciliation nationale véritable. ​

L’objectif de la CVJRR

L’objectif stratégique visé à travers la Commission Vérité, Justice, Réparations et Réconciliation est de parvenir à une refondation de la mémoire collective par l’établissement de la vérité des faits entre « bourreaux et victimes », de rendre une justice globale et équitable, de prendre en compte les dommages subis par les victimes et de les réparer, et enfin, de réconcilier tous les Centrafricains.

Les consultations dans le contexte d’insécurité qui a régné depuis le Forum de Bangui n’ont pas été évidentes mais l’idée de la CVJRR est revenue en force à l’occasion de la signature à Bangui, le 6 février 2019, de l’accord très contesté de Khartoum. Celui-ci prévoit d’« accélérer le processus de la mise en place de la CVJRR, avec le lancement dans les meilleurs délais de consultations nationales, et l’adoption d’une loi ». En septembre 2019, la Commission n’était toujours pas en place mais des consultations ont effectivement été menées, dans les sept grandes régions du pays. Pour autant, cela ne contente pas tous le monde.

« Nous constatons une grande opacité du ministère de l’Action humanitaire et de la réconciliation nationale, en charge de la création de la CVJRR », s’insurge Ghislain-Joseph Bindoumi, délégué de la Ligue centrafricaine des droits de l’homme (LCDH) au sein du comité de pilotage.

Depuis l’accord de Khartoum et la mise en place d’un gouvernement intégrant des leaders de groupes armés « nous n’avons pas été associés à l’organisation de ces consultations », dit-il. L’ancien Ministre de l’Intérieur, Jean-Serge Bokassa, dans un récent communiqué émanant du mouvement MKMKS, insistait sur l’urgence de dénoncer ce treizième accord de paix ou Accord dit de Khartoum, rappelant les violences incessantes dans le pays.

Mankeur Ndiyaye a ainsi souligné l’engagement majoritaire du peuple Centrafricain à se réconcilier pour asseoir définitivement et durablement la paix et le développement de leur pays. Ce à quoi ajoutait un élu centrafricain joint par téléphone : « tout le monde veut la paix, mais comment arriver à la paix avec les quatorze groupes armés centrafricains à la tête de notre gouvernement ? Que feront-ils des poursuites judiciaires pour ces chefs rebelles réintégrés  à la vie politique de notre pays ? Nous refusons l’impunité des groupes armés ! »

Tout est à présent entre les mains des députés Centrafricains

« Nous sommes arrivés à une étape cruciale du processus de la réconciliation en République centrafricaine » souligne Mankeur Ndiaye. En effet, c’est la troisième et dernière étape de ce long chemin, l’Assemblée nationale devra voter la Loi portant création de la CVJRR. Affaire à suivre.