Relance de l’économie…Les bonnes notes du FMI au Sénégal

Le Produit intérieur brut (PIB) réel du Sénégal se contractera de 0,7 % en 2020 à cause des effets de la pandémie du nouveau coronavirus, a-t-on appris lundi d’une responsable du Fonds monétaire international (FMI).

« L’économie sénégalaise a été durement touchée par la pandémie de COVID-19. Il est maintenant prévu que le PIB réel se contractera de 0,7 % cette année, du fait de la pandémie et des mesures strictes d’endiguement qui ont entraîné des perturbations de l’activité économique plus importantes que prévu », a déclaré, lundi, Corinne Deléchat.

Une équipe des services du FMI, dirigée par Mme Corinne Deléchat, a mené une mission virtuelle du 9 au 18 septembre 2020 afin de « mettre à jour les projections macroéconomiques, et d’examiner l’exécution de la loi de finances rectificative 2020 et le projet de loi de finances pour l’année 2021 ».

« Une reprise graduelle de l’activité économique s’opère depuis le mois de mai, avec la levée de la plupart des restrictions liées à la COVID-19, suivie de la réouverture des frontières en juillet », a déclaré Mme Deléchat à l’issue de la mission, soulignant que « la riposte sanitaire énergique du Sénégal donne des signes encourageants : le nombre de nouveaux cas de COVID-19 et d’hospitalisations a diminué progressivement ces quatre dernières semaines ».

‘’En 2021, la production devrait rebondir, avec une croissance supérieure à 5 % portée en partie par des perspectives favorables dans le secteur agricole », a prédit la responsable de la FMI. Une projection cependant sujette à des risques considérables, du fait des incertitudes entourant le rythme de la reprise mondiale et l’évolution de la pandémie, qui pourraient continuer de nuire à des secteurs importants de l’économie, tels que le tourisme, le transport et l’hôtellerie’’.

Mme. Deléchat a relevé que ‘’l’exécution du budget jusqu’à fin août 2020 a été globalement satisfaisante, et les objectifs qui ont été fixés pour le reste de l’exercice 2020 restent atteignables’’.

Néanmoins, elle signale cependant ‘’des incertitudes demeurent quant à la mobilisation des ressources programmées’’.

La mission ‘’encourage donc les autorités à continuer d’agir avec prudence afin de maintenir le déficit aux alentours de 6 % du PIB comme prévu dans la loi de finances rectificative 2020’’. Elle félicite également ‘’les autorités de la mise en œuvre solide et transparente de leur programme de résilience économique et sociale (PRES)’’.

Dans sa déclaration rendue publique, la responsable du FMI a souligné que ‘’la majeure partie des mesures prévues pour faire face à la COVID-19 ont déjà été exécutées, comme l’a relevé le rapport trimestriel d’exécution budgétaire de juin 2020’’.

Selon elle, ‘’la mission se félicite de l’abrogation du décret portant dérogation au Code des marchés publics pour les dépenses relatives à la lutte contre la COVID-19, qui sont désormais soumises aux procédures normales de passation de marchés’’.

Mme Deléchat du FMI note que les autorités ‘’ont également parachevé un nouveau plan de relance qui vise à favoriser un retour à une croissance vigoureuse et inclusive, tirée par le secteur privé, en mettant l’accent sur l’accélération de la transformation structurelle et le renforcement de la résilience de l’économie grâce à une diversification de son appareil productif’’.

‘’La mission et les autorités ont accompli des progrès considérables dans l’examen des principaux paramètres du projet de loi de finances pour l’année 2021’’, a-t-elle fait valoir.

Mme Deléchat du FMI estime que compte tenu de ‘’l’incertitude élevée et (des) effets persistants de la pandémie sur certains secteurs de l’économie, le projet de loi de finances 2021 devrait avoir pour objectif de trouver un équilibre entre la relance économique, notamment grâce à un solide plan d’investissement, et le maintien de la viabilité des finances publiques et de la dette, tout en tenant compte de la stabilité extérieure de l’UEMOA’’.

À cet effet, ajoute l’experte du FMI, ‘’la politique budgétaire en 2021 devrait continuer de signaler une forte volonté d’en revenir progressivement à un déficit budgétaire de 3 % du PIB d’ici 2022, conformément au critère de convergence de l’UEMOA, à mesure que la situation se normalise’’.

Les discussions concernant le projet de loi de finances se poursuivront dans les semaines à venir, selon la responsable du FMI, annonçant que la deuxième mission de revue du programme ICPE se déroulera à la fin octobre 2020. Une réunion du conseil d’administration est prévue provisoirement en décembre 2020.