Ultimate magazine theme for WordPress.

Report de la présidentielle…voici les principaux responsables

0

Le Sénégal est en train de vivre une situation exceptionnelle. Le Président Macky Sall a décidé d’annuler l’élection du 25 février. Une décision qui a créé un véritable désordre institutionnel. Mais pas seulement. Notre pays semble avoir renoué avec la violence. Des manifestations sont notées à Dakar et sa banlieue. Si on en est arrivé là, c’est parce qu’il y’a des personnes qui n’ont pas correctement fait leur travail. Ils sont les principaux responsables de la situation à laquelle nous faisons face et qui risque de faire sombrer une nation qui résiste depuis mars 2021.

L’élection présidentielle n’aura finalement pas lieu le 25 février. C’est le chef de l’Etat qui en a décidé ainsi ce week-end. « J’ai signé le décret du 3 février 2024 abrogeant le décret du 26 novembre 2023 fixant la présidentielle au 25 février 2024 », a-t-il déclaré dans son discours à la Nation ce samedi. « J’engagerai un dialogue national ouvert, afin de réunir les conditions d’une élection libre, transparente et inclusive », a-t-il poursuivi sans donner de date. Mais le projet de loi voté ce lundi va déterminer combien de temps Macky Sall restera au pouvoir.

président

Et si cela ne depend que du Parti Démocratique Sénégalais (PDS), Macky Sall fera encore un an au pouvoir. D’ailleurs, le leader de ce parti est le principal responsable de cette situation. Karim Wade et son parti soupçonnent des membres du Conseil constitutionnel d’être «corrompus». De graves accusations qui ont poussé les députés du groupe parlementaire liberté et démocratie à demander la mise en place d’une Commission d’enquête parlementaire. Une chose qu’ils ont obtenue. Des parlementaires vont enquêter sur d’éminents juges.

C’est cette volonté manifeste de Karim Wade de participer à la présidentielle qui est à l’origine de ce chaos institutionnel. Wade-fils est le seul responsable de sa situation actuelle. Depuis 2019, il avait tout le temps qu’il fallait pour régler le problème de sa double nationalité. Mais l’ancien ministre du ciel et de la terre a préféré se jouer de ses partisans. Maintenant qu’il est mis hors course, il sème le chaos depuis son exil doré à Doha. Ces députés associés à ceux de Benno jouent les troubles fêtes dans une élection qui avait tout pour se dérouler normalement.

L’autre pion de ce jeu d’échec, c’est Rose Wardini. La candidate à l’élection présidentielle est entre les mains de la justice. Selon ce qui se dit, elle aurait menti sur sa nationalité. La gynécologue est soupçonnée de posséder la double nationalité franco-sénégalaise. Or, la Constitution sénégalaise indique clairement que les candidats au scrutin présidentiel doivent être exclusivement sénégalais. Une règle qui a déjà valu à Karim Wade d’être éliminé de la course. Mais comment cette candidate a-t-elle pu passer entre les mailles du filet alors que le leader du PDS a été épinglé ?

président

En répondant à cette question, on serait fixé sur beaucoup de choses. L’enquête en cours permettra de dire si oui ou non le Conseil constitutionnel est responsable de cette légèreté. Le dernier responsable de la situation actuelle est sans doute le Président Macky Sall. Le chef de l’Etat s’est précipité. Il s’est basé sur des suppositions pour annuler une élection capitale pour notre pays. Peu importe la situation, le locataire du Palais aurait pu attendre un peu plus avant de se lancer dans cette opération. À moins qu’il ne dispose d’informations qui échappent au public.

Lors de son discours, Macky Sall a parlé d’«un conflit ouvert sur fond d’une supposée affaire de corruption de juges». Mais rien dans cette affaire ne dit que les membres du Conseil constitutionnel ont été corrompus. La logique aurait voulu qu’il attende les conclusions de l’enquête avant de prendre une quelconque décision. Reporter une présidentielle ne se fait pas sur la base de suppositions et d’accusations émanant d’un leader politique qui a préféré l’exil.

président

Les leaders politiques doivent prendre conscience de ce qui est en jeu. Les sénégalais ont suffisamment sacrifié depuis mars 2021. Le Président Macky Sall ne doit pas tomber dans le piège tendu par certains arrivistes. Le leader de l’opposition radicale en prison, le peuple pourrait se dresser devant lui comme ce fut le cas en 2011 avec Abdoulaye Wade. Notre pays est un jeune Etat pétrolier et gazier. Il a besoin de paix et de stabilité.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire
where to buy viagra buy generic 100mg viagra online
buy amoxicillin online can you buy amoxicillin over the counter
buy ivermectin online buy ivermectin for humans
viagra before and after photos how long does viagra last
buy viagra online where can i buy viagra