Retour dans le passé…Bienvenue au Saint-Louis Jazz de 2004

QUAND LE JAZZ NE FAIT PLUS JASER À SAINT-LOUIS

On n’en parle plus. La 28 éme édition du Festival international de Jazz de Saint-Louis (2020) est reportée. Beau lustre d’antan les notes ne partent plus des culasses des transpositeurs (saxophones) lorsque des nymphes déambulent entre foires et bars envahis par des mélomanes festivaliers et autres musiciens.
Pourtant à la 12 éme (2004) déjà, l’édification d’une Académie de Musique « Aminata Nar FALL » jazzwoman fut annoncée. Cette promesse tenue par les organisateurs du FIJ, est jusqu’ici infructueuse.

En guise de rappel, voici mon papier compte rendu de cette manifestation, publié le 12 mai 2004. (Le Soleil) in extenso.

JAZZ Saint-Louis: Coup de maître réussi, le festival devient adolescent (2004)

Difficile d’être un programmeur de musique au pays de la téranga, surtout quand il s’agit de jazz dans l’ancienne capitale de l’Afrique Occidentale Française. Une musique parfois d’invention, où le goût et les couleurs se voulaient indiscutables, voilà qu’au festival de jazz de Saint-Louis, comme celui de Montreux ou de Montréal, les inconditionnels, adeptes de ces sonorités auront toujours leurs mots à faire prévaloir. Tant mieux pour la diversité culturelle.
Déjà douze ans d’existence, malgré le niveau élevé cette année, les amoureux de cette musique réclament toujours mieux, c’est-à-dire plus de swing, plus d’ambiance. Une stratégie réfléchie adoptée pour répondre aux préoccupations des partenaires, des populations et des bailleurs en misant sur le soft du jazz au « IN ».
Selon Abdel Kader Pierre Fall, « le festival retournera au lieu habituel, c’est-à-dire, à la place Faidherbe, un retour que certains partenaires avaient demandé, une partie de la population aussi, pour régler le problème de l’accessibilité du festival ». Voilà qu’un rectificatif est annoncé et ceci dès la prochaine édition. Le lieu le plus enthousiaste pour les festivaliers est cet espace sis entre les deux bâtiments « Rognats ». Une révélation faite lors d’un entretien que nous avons eu avec le Président de l’Association Saint-Louis jazz dans le stand des VIP au quai des arts.

Après les passages des huit groupes au programme «IN » sur les huit planifiés, il tire un bilan d’étape avant l’évaluation finale de la douzième édition. Pour le Président de SL Jazz, « l’optimisme est de mise, les groupes qui se sont succédé, ont joué du jazz de très haute facture, les musiciens se sont donnés à cœur joie et à fond étalant toute leur classe, chacun dans son domaine, concernant les autres activités qui tournaient autour du festival, tout s’est bien déroulé donc, ce sont des motifs de satisfaction », a dit M. Fall.

Un renouveau du jazz, une renaissance d’un festival

L’histoire retiendra que l’organisation de ce douzième festival a été améliorée, même si tout est loin d’être rose, des avancées significatives ont été constatées, tant du point de vue de la programmation, de l’organisation, que de la participation. La crise d’adolescence du festival est peut-être moins visible dans ce contexte d’animation et d’un renouveau.
Une renaissance qui se traduit par l’arrivée d’une nouvelle équipe dirigée par M. Abdel Kader Pierre Fall qui se dit : « très honoré par les populations de mener à bien les destinées de l’Association SL Jazz ». Notre interlocuteur de poursuivre que : « le festival de jazz est un événement qui a rayonné à St-louis, l’état actuel des choses font que, le jazz est victime de son propre rayonnement devenu mondial, mais avec l’aide des partenaires, des populations des autorités, nous allons travailler davantage pour développer le pays, développer la ville à travers ce canal culturel ».
Selon lui, « les mélomanes ont apprécié presque toutes les sorties tant en « off » que dans la grande salle de spectacle du quai des arts, qui a donné entière satisfaction » a conclu le leader, rappelant les têtes d’affiches, Malcolm Braff, Rohrer, Ahmet Gulbay, Benny Golson, Philippe Duchemin, Murad Benhammou pour ne citer que ceux-là.
« La programmation a été d’une haute facture et c’est l’occasion de remercier les acteurs qui ont contribué à l’atteinte de cet objectif.
Une renaissance du festival qui s’est traduite aussi par un retour de certains partenaires qui étaient partis, une confiance redonnée pour une émergence de la culture, des groupes ciblés, des musiciens découverts après des visites-castings, nous ont permis d’avoir une idée claire de ses prestataires.
Une occasion aussi saisie par les organisateurs pour féliciter, le directeur du festival, le conseiller technique M. Ciceri, pour le travail abattu et tous les autres acteurs de la chaîne.

Interpellé sur des considérations politiques portées à son endroit et à sa double casquette, en tant que leader représentatif au sein de la commune, M. Abdel Kader P. Fall de préciser que, « ces allégations sont sans fondement et nulles car, il n’a pas besoin de mélanger torchon et serviette, et ce qui l’intéresse, est l’accomplissement exemplaire du mandat de travail et de confiance que les membres et populations lui ont magnifié, et pour respect aux habitants de sa ville natale, point d’attardement sur cette question ».
Abordant, la question des dispositions sécuritaires,M.Fall a loué le dispositif déployé par les autorités administratives, pour sécuriser les autochtones, les touristes, les musiciens, et le matériel logisitique, durant ces jours qui mobilisent des milliers d’individus à Saint-Louis.

Diverses retombées sont enregistrées. L’économie est fouettée, l’académie est titillée par la floraison de conférences tenues entre les centres culturels français et le centre culturel africain, et l’université Gaston Berger.
Un élu local d’apprécier : « L’impression que j’ai de ce pèlerinage musical et culturel est très encourageant, pour nous et pour Saint-Louis,du point de vue des activités touristiques, opportunités artistiques, intellectuelles, économiques, nous devons perpétuer cette niche d’opportunités ».

La culture à Saint-Louis peut jouer le rôle de locomotive pour l’essor d’un développement durable nous a lancé, son Excellence, cet (ambassadeur) par ailleurs, conseiller du Président de la République du Sénégal, et Coordonnateur de Projets. Il a insisté sur le fait que chaque politique doit utiliser ses capacités professionnelles pour apporter sa contribution à l’émergence d’une nouvelle société communautaire capable de se prendre en charge dans plusieurs domaines, en d’autres termes servir sa localité, au lieu de se servir de sa localité.
Une kyrielle de remerciements a été prononcée par notre interlocuteur qui, au nom de son institution accorde une mention spéciale à une grande marque internationale qui leur a offert un piano estimé à plus de trente millions, et une batterie complète, des intrants musicaux de premier choix, pour l’édification d’une académie de musique « Aminata Nar FALL » pépinière de formation des jeunes, outil de perfectionnement pour les professionnels, creuset d’échanges entre artistes du nord et ceux du sud.

Une rencontre avec les bailleurs, les sponsors, les banques, acteurs culturels et décideurs politiques a permis de dégager de nouvelles perspectives. Une gestion plus concertée pour l’organisation du festival est souhaitée pour la remédiation des dysfonctionnements et une consolidation des acquis, comme le retour « comeback des concerts IN » à Bayeux (place Faidherbe) en 2005.
Vivement pour la treizième édition.

MAMADOU AICHA NDIAYE,
(Article publié 12 mai 2004)