Ultimate magazine theme for WordPress.

Serigne Mbaye Thiam exclut toute rupture de contrat avec Sen’Eau !

Le ministre de l'EAU et de l'Assainissement silencieux face à la mauvaise gestion de la Sen'EAU
0

Il n’est pas question de rompre le contrat qui lie l’Etat du Sénégal à la société Sen‘Eau. Selon le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, aucun manquement pouvant motiver une telle décision n’est encore noté. Il l’a dit lors des travaux de Commission à l’Assemblée nationale. Une position confortée hier, mardi 29 novembre, lors du vote, en plénière, du budget de son département, arrêté à la somme à 131.746.775.790 F CFA.

La complainte revient toujours dans les échanges lors du passage du ministre de l’Eau et  de l’Assainissement à l’Assemblée Nationale : la cherté du prix de l’eau depuis l’arrivée de la Sen’Eau. Les parlementaires demandent, chaque année, un contrôle de l’entreprise française en charge de la distribution d’eau dans les villes et zones périurbaines.

En réponse à la doléance des parlementaires, le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Serigne Mbaye, a dit en Commission et réaffirmé à la plénière d’hier, mardi 29 novembre, que «le contrôle exercé sur l’entreprise. Les services compétents de la Société nationale des eaux du Sénégal (Sones), en particulier la Direction du patrimoine et du contrôle de l’exploitation, exercent de façon permanente un contrôle administratif, technique et commercial sur le service».

Serigne Mbaye Thiam d’annoncer ainsi «qu’aucun manquement justifiant la remise en cause du contrat d’affermage n’est encore constaté à date». Toutefois, dit-il, «le non-respect des engagements souscrits par la Sen’Eau entrainerait la mise en œuvre  des stipulations contractuelles prévues à cet effet».

Par ailleurs, Serigne Mbaye Thiam a tenu à préciser que,  «la Sen’Eau est liée avec l’Etat du Sénégal par un contrat d’affermage, avec une signature tripartite entre l’Etat du Sénégal, la Sen’Eau et la Sones».  En outre, précise-t-il,  «la Sen’Eau est une société de droit sénégalais dans laquelle la part nationale est majoritaire, avec 55% du capital, dont 20% détenus par l’Etat.»

Parlant toujours du contrat d’affermage de l’eau, il rappelle que «l’opérateur Suez en détient 45%, à la différence de la Sénégalaise des eaux (Sde) qui, bien qu’étant elle aussi une société de droit sénégalais, est majoritairement détenue par des capitaux étrangers et l’Etat du Sénégal n’y détient que 5%». A l’Assemblée nationale, Serigne Mbaye Thiam, a aussi constaté que «les parts des salariés ont été augmentés, passant de 5%, dans le capital de la Sde, à 11% dans celui de la Sen’Eau.»

Selon toujours le ministre, «le président de la République, Macky Sall, a donné des instructions pour que la Société nationale des eaux (Sones) et l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas) apportent un accompagnement à leurs salariés, afin de couvrir leur participation au capital et pour que le ministère des Finances et du Budget puisse supporter les charges financières réclamées par le Fonds souverain d’investissements stratégiques (Fonsis). Une demande déjà satisfaite». Le représentant des salariés de la Sen’Eau sera dans le Conseil d’administration de la société, lors de la prochaine réunion, sur sa demande.

Parlant du prix de l’eau, le ministre a rappelé les tarifications applicables aux usagers domestiques. «Il en existe trois types», dit-il. Il s’agit de la tranche sociale qui est de 202 F CFA/m3 pour un volume compris entre 0 à 20m3 pour 60 jours de consommation, la tranche intermédiaire qui est de 631 F CFA pour un volume compris entre 21 et 40m3 et la tranche pleine qui est de 655 pour 41m3 et plus.

Serigne Mbaye Thiam a aussi informé les députés du lancement d’une réflexion pour la révision de la structure tarifaire mais, précise-t-il, ce n’est pas pour une baisse. D’après Serigne Mbaye Thiam, la tranche sociale est subventionnée à hauteur de 17 milliards F CFA par an, à travers un tarif élevé de 1100 F CFA/m3 appliqué à l’administration, en plus du renoncement de la Tva, la Taxe sur la valeur ajoutée, sur les premières tranches.

Le ministre relève aussi que le prix de l’eau n’a pas connu une baisse depuis 2015. La cherté de la facture peut être ainsi justifiée par la hausse du volume d’eau reçu. S’agissant toujours de Sen’Eau, Serigne  Mbaye Thiam informe qu’actuellement les clients se chiffrent à 900.000 et seule une infirme partie se plaint de la distribution et 2% font des réclamations sur la facturation.

A signaler que beaucoup de députés de cette quatorzième législature ont porté des récriminations contre la qualité du service de la société en charge de la distribution de l’eau, Sen’Eau. Ces plaintes ne sont pas choses nouvelles. Depuis 2020, à chaque vote du budget du département de l’Eau et de l’Assainissement, les mêmes doléances reviennent. Lire la suite en cliquant ICI

laissez un commentaire