Ultimate magazine theme for WordPress.

Siaka Ndong répond à Soumboulou Bathily : Un villageois vous parle,

1

Moi aussi j’ai été « Kow Kow ». J’ai été un villageois. Et fier de l’avoir été. J’ai fait mes humanités du CI au CE2 dans un petit village des Îles du Saloum qui s’appelle Thialane, dans la région de Fatick, département de Foundiougne, avant de m’envoler pour l’étranger.

Je n’ai aucune honte à me souvenir de ces années inoubliables et enrichissantes, en termes d’expérience.

J’ai bu à l’eau du forage du village au goût un peu salé. Je me suis baigné dans les bras de mer communément appelés en pays Sérère Gnominka, Bolong. J’ai mangé du « Bagna » à coeur joie.

La pêche était mon occupation favorite quand je n’allais pas à l’école. Thialane, était mon royaume d’enfance. Comme goûté à la récréation, j’avais   mes beignets de mille préparés par ma maman la veille.

Je marchais sur une distance relativement longue pour rallier l’école de Thialane. Je n’avais pas de souliers mais des chaussures en plastiques. Et pourtant, je faisais partie des meilleurs élèves du village.

En vacances, à Dakar, certains proches (parents) ceux que les Anglais appellent « Relatives », nés dans la banlieue (Pikine) se moquaient parfois de moi. Parce que tout simplement, je venais du village. Parce que je n’étais pas assez « civilisé » à leurs yeux. Quelle intolérance ! Ceux qui n’avancent pas, reculent, dit l’adage.

Le temps, étant le meilleur des juges, ironie du sort, j’aurais dû me moquer d’eux aujourd’hui. Mais mon éducation de villageois qui m’a valu en son temps des railleries, ne me le permet pas.

Je rends grâce à Dieu. Être où avoir été villageois, a été pour moi une chance qui m’a permis de me battre et de tirer mon épingle du jeu.

Villageois un jour, villageois pour toujours, j’en suis fier.

Siaka NDONG

Afficher les commentaires (1)