Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko se relance dans la crise Malienne…sa côte grimpe

0

La décision de la communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) contre le Mali, prise lors du sommet extraordinaire à Accra, au Ghana, le dimanche dernier, n’a jamais été aussi impopulaire. Les sanctions prises par la CEDEAO contre la junte malienne, au pouvoir depuis août 2020, sont très contestées sur le plan national et international. Au Sénégal, acteurs de la société civile et politiques se sont tous indignés face à cette décision. Comme à ses habitudes, Ousmane Sonko a pris le ballon au rebond pour tenter de briller noyant ainsi de grands noms de la politique sénégalaise.

Le problème malien est une aubaine pour Ousmane Sonko. Le leader du parti des Patriotes du Sénégal pour l’Ethique et la Fraternité (Pastef) est en train de se refaire une santé politique sur le plan international. En effet, l’affaire de viol dans lequel il est cité l’avait discrédité aux yeux de beaucoup d’Africains qui n’arrivaient pas à expliquer comment il a pu se retrouver dans de telles bassesses. Mais la position dans ce bras de fer qui oppose la junte malienne à la Cedeao, lui a fait gagner des points dans la sous-région.

Sonko profite du malheur malien pour dribbler Macky, Karim et Khalifa

Sur les réseaux sociaux, certains n’hésitent pas à qualifier le patriote en chef de « Thomas Sankara sénégalais ». La position de Sonko dans cette affaire n’est autre que celle révélée par Xibaaru dans son édition d’hier. Celui d’un homme qui est contre la France et sa politique en Afrique. Mais cette politique hostile de Sonko semble avoir trouvé preneurs chez les nombreux soutiens de Assimi Goita et du colonel Mamadi Doumbouya. Cette position de Sonko est un véritable coup dur pour Macky Sall, Karim Wade et Khalifa Sall.

Les Maliens sont très remontés contre le chef de l’Etat. Nos voisins n’hésitent pas à qualifier Macky Sall de « traître » qui a lâché le Mali. Faut le rappeler, lors des premières sanctions prises par la CEDEAO, le locataire du Palais avait plaidé la cause malienne. D’ailleurs il était à l’origine de la levée de l’embargo. Mais cette fois-ci, c’est le silence total chez Macky. Même lors du Conseil des ministres, mercredi dernier, le Président n’a pipé mot sur le Mali et les sanctions prises par l’institution sous régionale. Un hors sujet saisi par Sonko pour séduire.

En pleine campagne, le leader de Pastef ne cesse de parler de cette affaire qui tient en haleine l’Afrique, volant ainsi la vedette à Macky. Tout comme le Président, Karim Wade et Khalifa ont opté pour le silence. Aucune communication n’est venue de ces deux leaders condamnés par la justice. C’est comme s’ils n’existaient pas. Pourtant en dehors de Macky, les deux « K » sont de facto les principaux adversaires de Sonko. Ils devaient eux aussi se refaire une santé auprès des jeunes du Sénégal et de la sous-région.

Malheureusement, leur silence les place dans la même situation que Macky. Si Sonko est perçu comme un messie, Karim et Khalifa sont, pour certains, les futurs candidats de la France.  D’ailleurs cette idée n’est pas fortuite. Contrairement à Sonko, ils sont loin d’être hostiles à la France comme l’est le patriote en chef. Et l’interview accordée par le leader de Takhawou Sénégal à RFI et France 24, laissent beaucoup de personnes dubitatives.

Mais quoi qu’il en soit, Sonko a réussi à profiter du malheur malien. Il est devenu son fonds de campagne. En augmentant sa côte popularité, il a fait sombrer Macky Sall qui doit assurer la présidence de l’Union Africaine. Cet incident risque de rendre le mandat du chef de l’Etat au sein de l’UA très difficile.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire