Ultimate magazine theme for WordPress.

Présidentielle : Un citoyen Daganois appelle à sanctionner Oumar Sarr

Oumar Sarr maire de Dagana
0

Pourquoi la jeunesse de Dagana doit-elle voter contre le ministre et maire Oumar Sarr au soir du 25 Février ?

1996-2024 : TRENTE ANNÉES DE DÉCHÉANCE POUR LA JEUNESSE DAGANOISE

D’abord, la résorption progressive du chômage des jeunes dans la ville n’a jamais été la pierre philosophale encore moins le baromètre de sa politique de progrès. Une jeunesse qui a su porter tous ses combats comme son parcours politique en témoigne.

C’était à l’issue des Locales de 1996 où il s’est présenté avec un mouvement dénommé ‘’Taxaw sopi Dagana’’ qu’il a été élu maire avec huit (8 ) voix d’ écart… grâce à la jeunesse.

En 2000, il fut Ministre de la pêche grâce à la jeunesse.

En 2001, à peine un an à la tête du ministère, il est limogé pour être nommé directeur général de la Sicap grâce à la jeunesse qui avait organisée une marche contre son départ du gouvernement.

dagana
Oumar Sarr (à droite) ministre sous Abdoulaye Wade

En juin 2007, Wade élargit ses pouvoirs. Il est désormais à la tête du département de l’Urbanisme, de l’Habitat et de La Construction. L’ascension continue, et en 2009, de nouvelles attributions (l’Hydraulique et l’Assainissement) viennent s’ajouter à son ministère : 4 ministères en 1 avec 28 directions. S’il avait embauché un seul cadre daganois par direction il y en aurait aujourd’hui au moins 28. Or, vous constaterez qu’il ne compte que sur 3 cadres dans tout dagana.

Pire, Dagana a soif après son passage à l’hydraulique et celui de son directeur de cabinet à la SONES.

Nommé ministre des mines et de la géologie depuis le 03 Novembre 2020 son seul projet pour la ville de Dagana et sa jeunesse en quatre ans : un projet de pavage de deux ruelles qui peine à s’étendre sur les cent mètres.

Malgré tout, le ministre maire ne cesse de répéter que la ville de Dagana « va mieux ». Difficile à croire, au vu du taux de chômage toujours record et de la misère chronique. Un quart de siècle dont le bilan n’apparaît qu’en filigrane.

Après ces TRENTE ANNÉES (30) ans de règne SANS RÉSULTATS avec trois réalisations à la clé (Stade, Esplanade, statut Ndatté yalla… oups ! un projet de pavage qui date des élections municipales et qui peine à être étendu sur 100 mètres) nous interpellons le maire et ses affidés sur deux points :

1- Est-ce que les Daganois vivent mieux ?

2- Qu’ils nous citent une seule réalisation ces dix (10) dernières années

Le ministre maire et son équipe sont le reflet d’un échec collectif de construire une ville, ils sont le symbole de la démission générale de toute une population et de son élite intellectuelle et politique à quelques exceptions près. La seule force du maire n’est autre que la faiblesse de tous qui n’ont pas su le contrer.

La ville s’apparente aujourd’hui à un cadavre déchiqueté jour et nuit par des charognes sans honneur qui ravagent sa dépouille. La situation évolue de jour en jour, voire d’heure en heure.

dagana
Oumar Sarr porté en triomphe à l’entrée de la ville de Dagana

Dagana a tant besoin d’un second souffle qui offrira des horizons à nos concitoyens, particulièrement à la jeunesse. Celle-ci ne pourra se résigner définitivement à sa dictature. Car, rien n’a changé malgré les nombreuses récriminations qui fusent de partout.

La destruction locale menée pendant près d’un quart de siècle a créé d’importantes insuffisances.  Cela mène à une asphyxie financière qui a généré une régression économique et sociale. La ville fait une halte sur son parcours vers la liberté et le progrès.

Tout cela se fait dans une parodie du développement et la transgression de la parole donnée. Oumar n’a pas tenu les promesses de son premier quinquennat, aucune orientation économique. Les programmes publics de développement ne répondent pas aux besoins en santé et surtout en formation. D’ailleurs, il n’a même pas de programme pour la ville encore moins pour la jeunesse.

Les conséquences de la fermeture de la SOCAS continueront à être désastreuses pour la ville si une transition politique et économique n’est pas engagée. Ce signal d’alerte a été moult fois lancé. Le résultat de ce qu’implique l’attitude du ministre maire est clair : le déclin économique continuera après année mais lui mangera toujours à la table du chef grâce aux Daganois, grâce à la jeunesse de la ville de Dagana.

Dagana dispose pourtant d’un potentiel économique à valoriser. Elle a aussi une jeunesse capable de relever les défis modernes.

Le maire Oumar SARR préfère offrir des gages de réassurance collective. Mais les tendances de fond de la société Daganoise ne correspondent en rien à sa nouvelle et énième démarche : si on met en mots ce qu’il propose ou ses intentions machiavéliques, aucun Daganois ne voterait en sa faveur le 25 février prochain.

Cette prochaine échéance n’est pas uniquement une élection présidentielle pour la ville de Dagana et sa jeunesse, mais une énième occasion de briser les chaînes, de refuser systématiquement que Dagana et ses habitants fassent office d’un ticket de négociation pour davantage jouir des délices du pouvoir. « GOLO DI WËY DI BAY, BABOUNE DI DOUNDÉ »

Aujourd’hui, ceux qui se chargent désespérément de promouvoir son leadership sont juste des mystificateurs et hâbleurs qui apprennent à capter l’attention des plus vulnérables en répandant leurs fiels toxiques.

Inutile d’aller chercher dans leur bilan l’esquisse d’un programme pour Dagana et sa jeunesse, il n’y en a pas, sinon celle de faire vaciller les bases qui font de nous des Daganois dignes et intègres et de fracturer la ville.

Aujourd’hui, avec la complicité d’une élite démissionnaire ankylosée, aux querelles mesquines d’un autre âge et aux biens matériels convoités, il a signé l’acte de récession de la ville de Dagana pourtant recelant d’énormes potentialités économiques, peu peuplée et dotée d’une rive de fleuve aux terres fertiles.

Plus qu’aucun moment passé le maire et ses plus proches collaborateurs ne peuvent contribuer en rien à l’épanouissement de la culture dans tous ses états, ni à la levée des grands boucliers du défi de construction de la ville par des efforts saillants de contribution effectives au progrès technique de notre chère Dagana. Ils représentent le marasme intellectuel, fade, politique belliqueux et technique assassin, entretenu dans une oisiveté obtuse, qui édicte, hélas, au jour le jour les signes patents de la déchéance, surtout celle de la jeunesse.

Mille et une raisons pour cette jeunesse désabusée et déboussolée de voter contre au soir du 25 Février, dans la ville de Dagana.

LA PENSÉE JUSTE, LA PAROLE VRAIE, L’ACTE SENSÉ !!

Un citoyen Daganois

laissez un commentaire
where to buy viagra buy generic 100mg viagra online
buy amoxicillin online can you buy amoxicillin over the counter
buy ivermectin online buy ivermectin for humans
viagra before and after photos how long does viagra last
buy viagra online where can i buy viagra