Une catastrophe écologique sans précédent guette Kédougou

Le camp de l’escadron de la Gendarmerie Nationale à Kénioto en chantier depuis plusieurs années (commune de Bandafassi) est devenu le dépotoir d’ordures pour des éboueurs en tricycles et en voitures.

Par paresse ou de façon volontaire des éboueurs ont commencé à délaisser le dépotoir officiel d’ordures emménagé à Kénioto par la municipalité de Kédougou. Ils ont fini de transformer les bords de la route Kédougou- Kénioto, les cours d’eau et la cour du camp de l’escadron de la gendarmerie en dépotoirs d’ordures.

Ce jeudi nous avons eu la chance de constater la mauvaise surprise. Un chauffeur d’une grande famille commerçante établie à Kédougou voulait déverser sa cargaison d’ordures dans la cour de l’escadron. A peine nous a-t-il aperçus sur les lieux en train de filmer et de photographier les tas d’ordures qu’il  a fait demi-tour pour  enfin rejoindre  l’emplacement idéal emménagé à Kénioto par la municipalité de Kédougou pour recevoir les ordures.

 

Certaines autorités interpellées sur cette question font semblant de ne rien entendre ni de rien voir.

Doit-on exposer les enfants de Madina Kénioto à de tels dangers ? Doit-on polluer ces cours d’eau à tel point de priver les enfants de  Madina Kenioto de cette joie de se divertir dans ces cours d’eau occasionnels ou à côté ?

Nous, autres citoyens de cette ville de Kédougou se soucions nous du devenir des tonnes de déchets que nous produisons chaque mois ?

Les villages doivent-ils continuer à recevoir les déchets de la ville sans aucun contrôle ?

Avec ces comportements répréhensibles la commune de Kédougou pourrait-elle faire des résultats dans cette campagne de propreté lancée par le président Macky Sall ?

La sensibilisation et la dénonciation doivent être des armes privilégiées pour tous les citoyens conscients des dangers qui pèsent sur notre environnement à Kédougou.

Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.sn