Une déperdition scolaire dans la Zone des Kalounayes…Par Mamadou Alpha Sané

Depuis belle lurette, nous avons remarqué une baisse du niveau des élèves et de certains formateurs. Cette situation est devenue inquiétante et interpelle tout le monde. Le taux de réussite lors des examens du CFEE (Certificat de Fin d’Études Élémentaires), du BFEM (Brevet de Fin d’Etudes Moyennes) et du Baccalauréat n’est plus satisfaisant cette dernière décennie. Alors quelles solutions il faille pour que les élèves se concentrent mieux sur leurs études et relèvent les défis majeurs? Qui a failli à sa mission entre formateur et parent d’élève?

Pendant l’année scolaire, nous ne restons jamais un weekend sans qu’un tam-tam ne sonne ou qu’il y est de la musique dans un coin du village. Certains élèves sont très pressés de sortir des classes. Ils sont rares à réviser leurs cours une fois à la maison si ce n’est lors d’une évaluation (devoir, composition ou examen). Admettons que la responsabilité est partagée. Être parent d’élève ne doit pas se limiter à acheter des fournitures scolaires à l’enfant mais il faut penser à son encadrement une fois à la maison. Mais le malheur est qu’aujourd’hui les débats entre jeunes tournent autour de l’amour et du divertissement. Pour preuve, le nombre de grossesse précoces ou hors mariage ne cesse d’augmenter du jour le jour. Est-ce que cette nouvelle génération est préparée à prendre la relève? Pourquoi avons-nous toujours un faible taux de réussite ou sinon un échec total aux grands concours comme l’ENA (École Nationale d’Administration) et autres?
Au niveau de l’enseignement supérieur, les étudiants qui franchissent le niveau licence sont à compter. Ils sont le plus souvent devenus des vigiles, laveurs de véhicules, guides touristiques, … D’aucuns ont brisé leur carrière scolaire pour faute de moyens (conditions sociales qui ne sont pas réunies). Chers autorités, nous n’avons plus besoin de parrainages qui se limitent à nous donner des t-shirts ou Lacoste. Bon nombre de jeunes ont payé des cours de formations professionnelles. Mais ils peinent toujours à trouver des stages d’application pour ne pas parler d’insertion. Personnes de volontés, vous nous louer des véhicules pour que nous répondions massivement à votre appel lors des élections. Mais vous n’êtes pas prêts à nous donner un coup de main. Le chômage fait mal et est souvent à l’occasion de la délinquance juvénile, de l’ivresse et des grosses précoces.
Découragés de leur devenir, des jeunes prennent momentanément la voie maritime pour rejoindre l’autre bout du monde. D’autres ont fini par perdre leur vie. Autorités de la zone, est-ce que les questions éducatives et économiques sont écrites dans vos agendas? Vous n’aimerez pas que des élèves de la zone des Kalounayes soient lauréats au Concours Général présidé chaque année par le Président de la République? La dernière fois qu’on a parlé de notre très chère zone c’est lors de la tuerie qui s’est produite à Coubanao (Commune de Coubalan). Ce jour-là toute la presse nationale vibrait au nom « des Kalounayes ».
Ce n’est pas de cette façon qu’on aurait aimé et voulu qu’on parle de chez nous (Kalounayes)
Alors posons des actes qui pourront nous honorer dans un futur proche!

Nous voudrions que l’Association pour le Développement des Kalounayes (A.D.K) et le K D.E.S (Kalounayes pour le Développement Économique et Social) fassent encore des actions significatives dans le secteur de l’éducation. Leur combat ne devrait pas se limiter à l’organisation du Gamou annuel des Kalounayes. Vous faîtes cotisés de l’argent même aux adolescents mais il y a une très mauvaise gestion. Réveillez-vous et investissez dans le secteur de l’éducation. Car c’est l’un des piliers de développement.
Une Zone des Kalounayes de tous et pour tous!!

Mamadou Alpha SANE, journaliste en formation