3ème mandat : Macky coupe des têtes…c’est « mout mba mott »

Limogeage de Moustapha Diakhaté : Macky Sall instaure dans son camp le « mout mba mott » sur un troisième mandat

Par les temps qui courent, c’est du « mout mba mott » sous le régime du Président Macky Sall. Autrement dit, il n’est admis la liberté de ton à tous ceux qui militent dans son propre camp. Sory Kaba, le Directeur des Sénégalais de l’extérieur l’aura appris à ses dépends lorsqu’il s’est agi pour lui de déclarer qu’au regard de la Constitution, le Président de la République était à son deuxième et dernier mandat. Moustapha Ka et Samba Ndiaye Seck, respectivement Directeur des Droits humains et Directeur de cabinet du secrétaire des Droits humains ont également été limogés de leurs postes respectifs pour avoir défendu lors de la 127ème session du Comité des Droits de l’Homme des Nations unies que Karim Wade allait être réhabilité dans ses droits par l’Etat du Sénégal.

Cette fois, c’est un gros os de l’Alliance pour la République (APR) connu pour ne pas faire dans la langue de bois de se faire limoger de son poste de ministre-conseiller par décret présidentiel 2019-1800 de ce lundi 28 octobre 2019. Moustpha Diakhaté n’est plus ministre-conseiller du Président de la République. Moustapha Diakhaté fait ainsi les frais de sa sortie ce dimanche au cours de l’émission Sen Jotaay de la Sen TV dont il était l’invité. Il avait ainsi taxé de « fumistes » ceux qui s’attellent à conduire le Chef de l’Etat à se présenter à un troisième mandat. Tout en indiquant n’avoir pas peur de se faire limoger de sa position selon laquelle, Macky Sall ne peut plus prétendre à un autre mandat présidentiel et qu’il n’avait peur de se faire limoger pour sa déclaration, car quand il faisait sa connaissance, ce dernier n’avait même pas acquis le pouvoir de nomination ou de limogeage.

Raison suffisante pour faire dire au ministre-conseiller en charge de la Communication de la Présidence de la République, M. Seydou Guèye sur les ondes de la RFM que : « Il évident que dans le cadre du parti, la discipline de parti est plus importante que la liberté d’expression, de mon point de vue. Il va sans dire qu’on ne peut pas être membre du cabinet du président de la République et être sur des positions divergentes avec le président de la République ». Pour dire que, « Moustapha Diakhaté a fait preuve d’indiscipline de parti. Il n’est pas aligné sur les positions du parti ».

Au Sénégal, on semble être en plein sous le Goulag. Personne ne peut plus émettre son avis dans le camp présidentiel, surtout quand la question tient au troisième mandat et à dire que Macky Sall ne peut en prétendre. Qu’est-ce qu’il y a de tabou à dire qu’au regard de la Constitution adoptée en 2016 par référendum, que Macky Sall ne peut prétendre à un troisième mandat successif ? Une des raisons entre autres qui l’avait amené à faire adopter cette Constitution.

La rédaction de Xibaaru