Après Moustapha Diakhaté, voici la prochaine victime du Palais…un ministre

Les faucons du Palais reprennent du service : Après Moustapha Diakhaté qui a été défenestré, c’est au tour d’un ministre du gouvernement d’être dans la ligne de mire des faucons. 

Un pays curieux que nous donne le Sénégal. Dans d’autres nations qui doivent être certainement plus civilisées que la nôtre, il n’est pas interdit à une personnalité politique quel que soit le bord où il se trouve d’avoir des ambitions présidentielles, d’avoir un programme qu’il propose à son peuple. Se trouvent là, les règles du jeu démocratique. Pauvre Sénégal où un homme politique surtout appartenant à la mouvance présidentielle ose afficher ouvertement ses ambitions à accéder à la tête de l’Exécutif. Même si, on retrouve dans une situation où le titulaire au poste ne peut plus prétendre à un autre mandat. Cas du Président de la République, Macky Sall qui ne peut prétendre à un troisième mandat, au vu de la Constitution au Sénégal.

Pour avoir rappelé cette vérité qui saute aux yeux de tout le monde, Sory Kaba, responsable politique de l’Alliance pour la République (APR – Parti présidentiel) s’est vu limoger de son poste de Directeur des Sénégalais de l’extérieur. Rien que pour ça. Il se trouve qu’au sein de l’APR, des individus tapis dans l’ombre qui ont fait dès le début le choix pour mieux masquer leur rôle de comploteurs au premier plan de la République, ont investi le Palais de la République, pour se rapprocher du Chef de l’Etat et peser sur toutes ses décisions.

Des larbins qui sont tout simplement des professionnels de la politique et qui savent que pour s’enrichir sur le dos du peuple sénégalais et continuer à obtenir des prébendes, il leur faut agir à coups d’intrigues et de complots politiques, quitte à mettre en mal le Chef de l’Etat contre tous ceux qui sont contre à leurs intérêts et qui nourrissent des ambitions présidentielles. Le mal en Afrique, c’est que les Chefs d’Etat ont toujours horreur quand des membres de leur entourage, leur désignent des personnes favorables à leur camp, mais qui seraient tentés à leur succession, alors qu’elles n’ont pas reçu leurs onctions.

Des larbins qui se transforment en faucons

Vrai ou faux, des faucons nichés au Palais de la République trouvent là un excellent moyen de se débarrasser de tous ceux qu’ils soupçonnent de lorgner le fauteuil du Président de la République, sans avoir obtenu auparavant leur bénédiction. Des faucons qui travailleraient même aux oreilles du Président de la République pour l’amener à se présenter à un troisième mandat, même si, c’est ce qui serait de trop et pousserait le peuple sénégalais à se braquer contre ce dernier. De véritables illuminés.

Tenez que n’a-t-on fait contre le maire de Guédiawaye Alioune Sall, le maire de Guédiawaye, non mois frère du Président Macky Sall, lorsqu’il a été soupçonné qu’il pouvait bien avoir des ambitions présidentielles. Il a fait l’objet de toutes sortes de matraquages de la part des faucons du Palais qu’il soupçonne même d’avoir ourdi toutes sortes de complots contre sa personne avec la résurgence de l’affaire Pétro-Tim. Tout ceci en vue de l’écarter de la course à la candidature pour la succession de son frère, le Président Macky Sall. Amadou Ba n’oubliera de sitôt la campagne dont il est victime de la part de ses mêmes faucons tapis au Palais de la République qu’on n’a jamais vu descendre sur le terrain, alors que lui avait sué pour faire obtenir le Chef de l’Etat Macky Sall, la majorité à Dakar lors de la dernière élection présidentielle. Après avoir été écarté de son poste de ministre de l’Economie, des Finances et du Plan pour celui de ministre des Affaires étrangères où il ne serait plus occupé à s’investir sur le terrain politique à Dakar, Amadou Ba est victime d’une campagne pour se faire totalement éjecter du gouvernement lors du prochain remaniement.

Leur prochaine cible : Mohamadou Makhtar Cissé

Mme Aminata Touré fait l’objet d’attaques visant à jeter le discrédit sur elle, parce qu’elle aurait elle aussi des visées sur le poste de Président de la République, tandis que M. Mohammad Boune Abdallah Dionne voit lui aussi ses adversaires utiliser à fond son dossier médical.

Mouhamadou Makhtar Cissé se contente pour l’instant de gérer les dossiers à lui confiés par le Chef de l’Etat, compte tenu de sa charge de ministre des Energies et du Pétrole. Le pauvre, même pour cela reste dans le viseur des faucons du Palais. Pour cause, au sein de la mouvance présidentielle, il passe pour être celui qui passe pour avoir le profil de présidentiable.

La rédaction de Xibaaru