Adama Bictogo soupçonné d’avoir blanchi 1,5 milliard !

Dans une enquête commune menée par Confidentiel-Lettre Quotidienne et Dakaractu, les deux médias ont découvert une affaire de blanchiment qui éclabousse l’homme d’affaires ivoirien, Adama Bictogo, directeur exécutif du parti d’Alassane Ouattara et également bénéficiaire de marchés publics au Sénégal.

La Cellule nationale de traitement des informations financières (Centif) avait demandé au Doyen des juges, la possibilité d’ouvrir une information judiciaire contre Adama Bictogo. Par courrier en date du 12 juin 2015, Waly Ndour de la Centif transmet à la justice sénégalaise le rapport et les pièces concernant des investigations menées contre Adama Bictogo et trois de ses collaborateurs.
Sans ambage, Mr Ndour demande au Doyen des juges la saisine d’un juge d’instruction sur des faits susceptibles de constituer des infractions de blanchiment de capitaux.

Quels sont les faits ? D’après le rapport d’investigation transmis au parquet de Dakar, SNEDAI Sénégal, la société de Bictogo qui s’est occupée pendant un moment des visas d’entrées au Sénégal, a demandé et obtenu un prêt de 3, 5 milliards auprès d’Ecobank dans le cadre de ce projet que l’État du Sénégal lui avait confié.

Selon toujours le rapport lu par Confidentiel-Lettre Quotidienne et Dakaractu, les décaissements prévus devraient s’effectuer par tirages successifs basés sur les demandes de l’emprunteur accompagnées de justificatifs de paiement. Pour les enquêteurs de la Centif, des retraits à hauteur de 1 milliard 499 millions ont été effectués par chèques, au profit de personnes membres et non membres de la société, sans justificatifs.

Fort de plusieurs éléments de preuve, la Centif indique dans ses conclusions qu’Adama Bictogo et trois de ses complices peuvent être poursuivis pour recel, abus de biens sociaux et complicité. En effet, les enquêteurs de l’organe soulignent que Bictogo et ses complices ont utilisé la technique de rupture de flux par recours d’argent en espèces et l’utilisation de comptes personnels pour recueillir des fonds de provenance illicite.

Auteur : DakarActu