Affaire de viol : La seule chose que reconnaît Ousmane Sonko

Ousmane Sonko nie le viol sur la masseuse

Contrairement à ses souteneurs qui investissent les médias et qui se font les avocats du diable et qui ne veulent reconnaître ce qui est évident, Ousmane Sonko se confond à travers une autre évidence. Ousmane Sonko a beau nier le viol, mais il n’y a jamais…nié avoir eu contact avec la jeune fille Adji Sarr. Pourtant, au début de l’éclatement de cette affaire, il avait totalement tout nié. Mais, au fur et à mesure que la clameur s’élève dans cette affaire, Ousmane Sonko reconnaît qu’il fréquentait les lieux et qu’il se mettait sur la table de massage.

Ousmane Sonko a-t-il été conseillé par des juristes à adopter cette démarche ? En tout cas, même s’il campe dans sa position en rejetant les accusations de « viols », il reconnaît qu’il fréquentait le salon de beauté pour des séances de « massages thérapeutiques ». Ousmane Sonko soutient toujours n’avoir pas violé la jeune fille Adji Sarr qui a déposé une plainte contre lui. Ce qui veut dire que maintenant, il ne reste plus qu’à prouver le rapport sexuel. Mais dans tous les cas, Ousmane Sonko est aujourd’hui étiqueté comme un « chercheur de plaisir ».

Il soutient toujours qu’il fréquentait le salon où on lui prodiguait des massages sur avis médical. Alors qu’il avait besoin des mains d’experts en la matière, c’est-à-dire de kinésithérapeutes. Même si, selon les fuites qu’il y a eu dans la presse à propos de l’audition de son accusatrice, face aux gendarmes enquêteurs, où on relève des contradictions dans les propos de la plaignante, il reste que le doute existe toujours. Un doute que ne parvient pas à lever jusqu’ici Ousmane Sonko.

Ousmane Sonko reconnaît qu’il se rendait sur les lieux. Il reconnaît également qu’il s’y faisait masser et que c’était Adji Sarr qui le lui faisait régulièrement. Tout ce qu’il nie, c’est l’avoir violé. Ousmane Sonko doit nous éclairer sur un fait. Il ne doit pas fuir le débat, à présent que c’est un sujet qui est dans tous les grand-places et que lui parle de « complot » ourdi par l’Etat contre sa personne. Y a-t-il eu ou non des rapports sexuels non consentis ou consentis entre lui et la jeune fille. Qu’on ne nous dise surtout pas que la question, elle est taboue.

A présent qu’elle est sur la place publique. Le jour du procès dans cette affaire, si la justice va jusqu’au bout de l’action, il est clair que la vérité va éclater. Ousmane Sonko gagnerait bien, en éclaircissant l’opinion sur certains faits. C’est lui qui a commencé à mener une bataille d’opinions sur cette affaire.

La rédaction de Xibaaru