Bénin : Une femme de 63 ans meurt pour excès de plaisir sexuel

Dans la ville de Lokossa, une ville située dans le sud-ouest du Bénin, une dame âgée de 63 ans, victime d’un excès de plaisir sexuel.

Incroyable mais vrai. Suite à un malaise, la victime, une béninoise, aurait alerté ses enfants qui l’ont conduite d’urgence à l’hôpital. Mais malheureusement quelques minutes plus tard elle aurait succombé.

La cause ? Ce n’est qu’en mettant la dépouille à la morgue que les médecins légistes auraient découvert une importante quantité de sperme dans le vagin de la victime. Chose curieuse, au lendemain du drame, le téléphone de la victime se mit à sonner avec insistance.

Après plusieurs appels, la fille de la dame décroche et entend au bout de l’autre fil : « maman, ça va un peu? Je peux venir? ». La fille se faisant passer pour sa mère lui demande de venir et à la grande surprise ce fut un jeune homme de 21 ans qui se pointe au rendez-vous.

Conduit à la police et interrogé, il avoue tenir des rapports sexuels avec la victime contre de l’argent. La victime, une veuve béninoise de plusieurs années, ne voulait plus se remarier. Pour assouvir sa libido, elle aurait engagé un ou des jeunes qui la satisfont chaque fois qu’elle avait l’envie. Des habitants du quartier de la dame témoignent la voir souvent en compagnie de jeune.

De sources policières, selon la déclaration du jeune arrêté,  l’affaire dure depuis longtemps. Mais la dame n’avait plus de satisfaction ces derniers temps. C’est ainsi qu’elle aurait remis de l’argent pour qu’il s’achète des fortifiants. Le premier jour où les fortifiants ont été mis à l’expérience, la dame aurait senti un malaise. Elle demanda au jeune de rentrer. C’est par la suite qu’elle appela ses enfants.

La dame a été conduite à l’hôpital. Elle n’a pas pu supporter les effets secondaires et rendit l’âme quelques minutes après. Le jeune homme serait déposé à la prison civile de Lokossa en attendant la suite avec la justice béninoise.

A celles et ceux qui pourraient penser que le sexe est obligatoirement synonyme de plaisir et d’extase, voilà un fait insolite qui vient d’apporter un démenti formel.