Benny…l’homme qui a corrompu la femme de Lansana Conté de Guinée

Benny Steinmetz (à gauche) et l'une des Femmes de Lansana Conté de Guinée (président de 1984 à 2008)

Le milliardaire et diamantaire franco-israélien Benny Steinmetz est accusé d’avoir conclu un « pacte de corruption » avec l’épouse de l’ex président guinéen Lansana Conte. En jeu : le contrôle de l’une des plus importantes mines de fer au monde.

C’est une affaire de corruption internationale qui mobilise les polices du monde entier depuis des années, des États-Unis, en passant par Israël et la Guinée, et dont le dénouement est attendu en Suisse où le procès de Benny Steinmetz s’ouvre ce lundi à Genève.

Six ans d’enquête. Des pièces qui remplissent 250 classeurs. C’est peu dire que le dossier monté par la justice suisse contre Benny Steinmetz est volumineux. Le milliardaire, un temps installé à Genève, aurait piloté depuis la Suisse des montages financiers pour verser plus de 8 millions de dollars à l’ex-première dame de Guinée, Mamadie Touré, entre 2006 et 2012.

benny

En échange de quoi elle aurait convaincu son mari d’attribuer la réserve de fer de Simandou. Ce que Lansana Conte fera peu avant sa mort.

Benny Steinmetz  ne sera pas seul à être jugé. Deux collaborateurs du milliardaire seront également entendus. Dont un Français, piégé aux États-Unis par le FBI alors qu’il proposait de l’argent à Mamadie Touré en échange de documents compromettants pour Steinmetz. Il avait été condamné à 2 ans de prison.

Mais à Genève, Benny Steinmetz  plaidera non coupable. Tout comme Benny Steinmetz qui nie avoir versé un seul centime de pots de vin. Benny demandera sans aucun doutel’acquittement. Verdict attendu, normalement, le 22 janvier.

Rappel des faits 

Des pots-de-vin ont-ils été versés par Benny pour obtenir les droits d’exploitation du gisement de fer de Simandou ? Une compagnie minière, un milliardaire et plusieurs intermédiaires, dont la maîtresse de feu Lansana Conté, sont suspectés.

Elle est abondamment citée dans une vaste affaire de corruption impliquant la compagnie minière BSGR, qui aurait cherché à obtenir les droits d’exploitation de la mine de fer de Simandou, potentiellement la plus riche au monde. Mamadie Touré, ex-maîtresse de feu le président Lansana Conté, se serait bien passée de cette publicité. Tout commence avec l’arrestation, le 14 avril à Jacksonville (Floride), d’un employé français de BSGR, Frédéric Cilins, soupçonné de blanchiment d’argent. Pour le faire tomber, la justice américaine s’est servie d’une vieille connaissance de Cilins, Mamadie Touré.

Désormais installée aux États-Unis et elle-même suspectée d’avoir joué un rôle central dans cette affaire, la jeune femme a accepté de jouer les « témoins collaboratifs » et d’être placée sur écoute. Les enquêteurs ont ainsi découvert que Cilins tentait de la persuader de détruire des copies de contrat compromettantes, lui proposant 5 millions de dollars (près de 4 millions d’euros) en échange.

Diamant

The Financial Times a pu se procurer copie de ces fameux contrats. Bien que l’acte d’accusation ne cite pas le nom de la compagnie minière qui devait verser les pots-de-vin, les détails fournis ne laissent, selon le quotidien britannique, aucun doute : il s’agirait de BSGR, fondé par Beny Steinmetz, un milliardaire israélien qui a fait fortune dans le diamant et semblait déterminé à s’assurer les droits d’exploitation de Simandou.

D’après un document visiblement signé par Asher Avidan, directeur général de BSGR et ancien cadre du ministère israélien de la Défense, 4 millions de dollars auraient été offerts à Mamadie Touré, à répartir entre différentes « personnes de bonne volonté » et une société du nom de Matinda. Si l’acte d’accusation ne cite pas non plus la jeune femme, c’est – toujours selon le FT – sa signature qui apparaît au bas des contrats.

Mamadie est d’autant plus présente dans ce dossier qu’à Conakry, son demi-frère Ibrahima Sory Touré, vice-président de BSGR, a lui aussi été interpellé le 19 avril, avec Issaga Bangoura, responsable de la sécurité de l’entreprise. Pour son avocat, Me Momo Sakho, « le code minier ne fixe pas de conditions particulières à l’obtention d’un permis de recherche.

On n’a donc pas besoin de payer pour en avoir un ». Prêterait-on à Mamadie Touré bien plus de pouvoir qu’elle n’en a ? Peut-être, les permis étant accordés par le ministre des Mines. Pour Me Sakho, les personnes à interroger en priorité sont Ahmed Tidiane Souaré, le dernier Premier ministre de Lansana Conté, Louncény Nabé, l’ex-ministre des Mines, et Mohamed Lamine Fofana, l’actuel détenteur du poste, qui était à l’époque conseiller à la primature chargé des ressources naturelles et énergétiques. « Si pots-de-vin il y a eu, ils en savent forcément quelque chose… »

laissez un commentaire