Booba et Kaaris…voici l’énorme somme qu’ils vont rembourser

Après s’être bagarrés dans les allées de l’aéroport d’Orly, Booba et Kaaris sont unis au tribunal. Les deux rappeurs espèrent échapper à une lourde sentence, puisque plusieurs plaignants demandent une énorme compensation financière.

Le 1er août 2018,l’aéroport d’Orly se transformait en véritable champ de bataille. En cause, une rencontre entre Booba et Kaaris, les deux frères ennemis du rap français, avait déclenché une énorme bagarre dans les allées ainsi que dans une boutique duty-free de l’aéroport. Les deux opposants, accompagnés de plusieurs amis, s’étaient battus à coup de bouteilles de parfum, terrorisant au passage les voyageurs. La rixe avait eu des répercussions énormes puisque plusieurs vols avaient été retardés. Immédiatement interpellés, Booba et Kaaris avait été incarcérés dans deux prisons séparées.

Relâchés à la fin du mois d’août, les rappeurs avaient été condamnés au mois d’octobre 2018 à 18 mois de prison avec sursis ainsi que 50 000 euros d’amende. Mais l’histoire ne s’est pas arrêtée là. Jeudi 28 novembre, les avocats des deux artistes étaient devant le tribunal correctionnel de Créteil, comme le révèle Le Parisien. Ennemis jusque sur les réseaux sociaux, Booba et Kaaris sont cette fois d’accord pour contester la plainte de plusieurs victimes de leur bagarre à Orly. La société Aéroport de Paris mais aussi la boutique où a eu lieu la rixe se sont portées partie civile et réclament un important dédommagement financier aux deux belligérants.

Un préjudice immense pour le magasin duty-free

Pour Booba et Kaaris, la note pourrait être très salée. Au total, les deux rappeurs pourraient être condamnés à verser plus de 800 000 euros aux plaignants. Les exploitants de la boutique duty-free réclament à eux seuls plus de 700 000 euros. Comme l’a plaidé leur avocat : « Le problème, ce n’est pas qu’on a dû fermer une demi-heure. Ce sont les conséquences médiatiques vis-à-vis de notre clientèle de luxe. Elle veut pouvoir déambuler en toute sécurité. Sur les cinq mois qui ont suivi la rixe, avant même les Gilets jaunes, la clientèle chinoise a fui nos boutiques. »

Pour Aéroports de Paris, c’est l’image de marque d’Orly qui a été ternie le 1er août dernier. « Les images ont été relayées dans le monde entier. Cet événement reste dans les esprits. Le préjudice se prolonge dans le temps pour l’aéroport », note l’avocate de la société, qui estime que la bagarre a eu un impact sur la fréquentation touristique de la capitale française, « première destination au monde ». La décision de la justice sera rendue juste avant Noël. Un cadeau empoisonné pour Booba et Kaaris, qui se sont engagés à payer l’intégralité de la facture, mettant ainsi à l’abri leurs amis qui ont pris part à la bagarre.