Brexit : les députés refusent la convocation d’élections le 12 décembre

La motion du gouvernement a reçu 299 voix (contre 70), un nombre insuffisant pour son adoption : il fallait en effet le soutien des les deux-tiers de la Chambre des Communes, soit 434 voix. L’abstention des travaillistes a fait échouer le projet.
Mais Boris Johnson n’a pas renoncé : il a annoncé dans la foulée qu’il ferait voter mardi un changement législatif, afin de pouvoir décide de la tenue d’un tel scrutin à la majorité simple.
Boris Johnson, l’homme qui rêvait d’être Churchill
A trois jours de la date prévue du divorce, le 31 octobre, les 27 pays de l’UE se sont résolus ce lundi à accorder aux Britanniques une prolongation jusqu’au 31 janvier, avec possibilité de sortie plus tôt en cas de ratification par le parlement du Royaume uni de l’accord obtenu laborieusement il y a une dizaine de jours.
Face aux entraves du Parlement, qui l’a empêché de tenir sa promesse de réaliser le Brexit à la fin du mois, Boris Johnson s’était lancé dans une nouvelle tentative de convoquer des élections anticipées, sa seule chance de regagner la majorité perdue au fil des défections et des expulsions de députés opposés à sa stratégie. Devant les députés, le Premier ministre avait ainsi justifié son initiative :
« Nous devons organiser des élections maintenant, nous ne pouvons plus continuer avec des reports sans fin
(…) Ce Parlement est en fin de course et je ne crois pas que cette assemblée soit capable d’obtenir des résultats sur les priorités de la population, que ce soit le Brexit ou le reste. Il ne veut pas contrôler le Brexit, débattre du Brexit, il ne veut que retarder le Brexit et annuler le Brexit. »A Preston, on n’a pas de Brexit mais on a des idées
Pour obtenir des législatives, qui se tiendraient le 12 décembre, Boris Johnson avait besoin du soutien du Labour, principal parti d’opposition, qui s’y oppose tant que le risque d’une sortie sans accord n’a pas été écarté et se dit hostile à un vote après le 9 décembre, les étudiants partant alors en congé.
« On ne peut pas faire confiance à ce Premier ministre », avait déclaré le chef de file des travaillistes Jeremy Corbyn. Deux formations europhiles d’opposition, le parti national écossais (SNP) et les Libéraux-démocrates, qui rassemblent 54 députés, se sont de leur côté dits prêtes à déclencher des élections.