Ultimate magazine theme for WordPress.

Cherté des prix : Covid-19 et Guerre Russo – Ukrainienne, causes, ou facteurs aggravants ?

0

Le Président Macky Sall a fixé, comme priorités, à son nouveau gouvernement dirigé par le Premier Ministre Amadou BA, la « maîtrise et la baisse des prix des produits et services de base de première nécessité », et « des loyers » !

Pour se faire, il est impératif de bien cerner les causes et aboutissants de cette inflation des prix, qui n’épargne aucun pays à mode de production capitaliste libéral.

En effet, c’est le » Capitalisme libéral » qui est en crise, au point d’atteindre ses limites économiques et, révélées par la COVID-19, et la guerre Russo – Ukrainienne !

Ce sont les fondements mêmes et mécanismes de ce mode de production et d’échange, que sont :

« La poursuite de profits maximums », dopés par » la libre concurrence et la liberté es prix, la libre circulation des capitaux et des profits », et les « politiques d’austérité budgétaire », qui sont partout grippées, dans les pays du « Capitalisme libéral », qu’ils soient développés ou en voie de développement

Jamais, les profits des grands groupes des pays du Capitalisme libéral n’ont engrangé autant de profits, et l’inflation n’a été aussi élevée, que durant la COVID-19, et la guerre Russo- Ukrainienne ! Et jamais, les « politiques d’austérité budgétaire » n’ont été autant remises en cause que durant cette pandémie et cette guerre !

Cette crise du Capitalisme libéral date de la fin du XXème siècle, mais elle fut accélérée au Début du XXIème, avec l’avènement de sa « financiarisation mondialisée », qui a été dopée par la révolution scientifique, technologique, informationnelle et biotechnologique », c’est qui a donné naissance à de grandes multinationales, dans le digital, avec l’avènement des réseaux sociaux, et aux BIG PHARMA, en faisant le lit aux « OGM », et au « clonage du vivant » !

Elle s’est d’abord manifestée avec une première crise financière mondiale, suite à la crise immobilière, en Asie à la fin des années 90, dont l’ampleur fut mesurée par de lourdes pertes financières, dont le total dépassait les réserves financières cumulées du FMI et de la Banque mondiale, de l’époque, !

Cela avait déclenché une spirale inflationniste dans le monde entier sous domination du Capitalisme libéral, d’énormes pertes d’emplois et de baisse depouvoird’achat des populations !  Mais cette crise du Capitalisme libéral a été vite suivie, vers la fin de la première décennie des années 200, en 2008, par une nouvelle crise financière, née de celle du « crédit « hypothécaire » immobilier, aux Etats Unis, dénommé « crise des   Supprimes » !

L’inflation, la perte des emplois furent telles, que même la « paupérisation » des travailleurs avait atteint les « couches moyennes » de la population, qui jusqu’ici, vivaient de privilèges du mode de production du Capitalisme libéral, à côté d’un enrichissement sans précédent, des grands groupes, dans le digital et dans les biotechnologies !

Cette crise interne qui menaçait le système capitaliste libéral mondial financiarisé et « digitalisé », se heurtait à une menace extérieure, avec l’avènement d’un puissant « Capitalisme d’Etat », incarné par la Chine, qui se hissait à la première pace de l’Economie mondiale, reléguant les Etats Unis, à la seconde place, la France, la grande Bretagne, et l’Allemagne, à la périphérie de l’Economie mondiale !

Cette remise en cause de la suprématie américaine et européenne dans l’Economie mondiale a entraîné l’ère d’une guerre économique contre la Chine, qui est pilotée par les Etats Unis, avec des sanctions financières, technologiques et économiques massives contre ce pays, qui remettait en cause l’existence du « mone unipolaire » que l’occident avait construit sur les cendres de l’URSS et du Camp socialiste d’Europe de l’EST.

C’est pour la défense de cette suprématie que l’Occident, avec les Etats Unis en tête, veut masquer, sous le couvert, d’une guerre, de « la démocratie, contre l’Autocratie », au plan mondial !

Cette guerre non armée, contre la Chine, a engendré une nouvelle crise du Capitalisme libéral, financiarisé mondialisé, et digitalisé, avec, aux Etats Unis, une reprise massive du chômage, de la paupérisation des couches moyennes, et d’une inflation galopante, qui plombait, à nouveau, le pouvoir d’achat des populations, et la reprise de la croissance économique !

C’est dans ce contexte, qu’est intervenue la pandémie de la COVID-19, qui a mis à nu, « l’incapacité du mode de production et d ‘échange capitaliste libéral », à éradiquer la pauvreté, réduire les inégalités sociales, à maitriser les prix, et à relancer l’Economie !

Ce mode de production atteignait ainsi, ses limites économiques et sociales, au point, que l’Etat dût intervenir, fortement, pour créer des emplois, relever les revenus des travailleurs et des ménages, tandis qu’une « plus grande réduction des inégalités sociales, par une plus grande fiscalisation des revenus du Capital et du patrimoine, était devenue une revendication centrale qui ébranlait l’Etat américain !

Tandis qu’en Europe occidentale, la réponse à cette crise fut dans le « renoncement « aux politiques d’austérité budgétaire », ( les critères de convergence budgétaire mis en veilleuse, de même que les plafonds d’endettement), le retour en force de l’Etat dans la production  et la distribution des Services, et dans la répartition des revenus, ( forte subvention des prix , pour lutter contre l’inflation), et ( forts transferts d’argent aux ménages ,«  comme politique de soutien au pouvoir d’achat « » ) !

La répartition des revenus ne pouvait plus être laissée au marché et aux rapports de force !

Ainsi, cette remise en cause généralisée du mode de production et de distribution du Capitalisme libéral, au plan interne, fut accentuée par les mesures de sanctions économiques, financières et technologiques, prises contre la Russie dans sa guerre en Ukraine, à cause, de leurs effets négatifs sur l’emploi et le niveau des prix, partout dans le monde !

Dans ce contexte nouveau, de crise le Capitalisme libéral mondialisé est menacé,

Tant, au plan interne, par l’incapacité des Etats, à juguler l’inflation, et la perte des emplois, à réduire les inégalités sociales, et à relancer leur croissance économique, malgré leur puissant soutien budgétaire aux entreprises, pour maintenir l’activité, et aux ménages, pour relancer la demande solvable, et

Qu’Au plan, extérieur, par la montée en puissance du « Capitalisme d’Etat », en Chine qui se présente, aux yeux du monde entier comme « une alternative » dans le court et moyen terme, au Capitalisme libéral !

Cette montée en puissance du « Capitalisme d’Etat », en Chine, remet fortement en cause l’existence du » monde unipolaire » qu’impose » le « capitalisme libéral,

Cette remise en cause fut accentuée, avec la montée en puissance économique et militaire de la Russie, alliée stratégique de la Chine, dans le cadre des « BRICS », et de façon plus élargie, dans le cadre de « l’Organisation de la Coopération de « Shanghai » » (OCS) qui ajoute à l’alliance stratégique au niveau des « BRICS », des puissances, comme l’Inde et l’Iran.

Les BRICS et l’OCS sont les fers de lance du « monde multipolaire » qui émarge, au centre duquel se trouvent la Chine et la Russie, qui sont déclarées « ennemies irréductibles » à abattre, par les Etats Unis et l’UE !

Dans ce contexte d’une double remise en cause du Capitalisme libéral et de son monde « unipolaire, », il n’est plus possible de lutter efficacement, contre le chômage l ‘inflation, tout en relançant une croissance économique inclusive de réduction des inégalités sociales et territoriales, et en éradiquant la pauvreté, que dans l’option résolue « d’un Capitalisme d’Etat », pour mettre fin à la libre concurrence et la liberté des prix qui l’accompagne, !

AU Sénégal, le grand Magal de Touba a donné, largement la preuve, que l’Etat ne peut plus laisser au secteur privé national ou étranger, l’exclusivité de la production et de la distribution des produits et services de première nécessité, de même que la crise des loyers a montré que l’Etat ne peut plus laisser aux promoteurs immobiliers privés, l’exclusivité de la production des bâtiments à usage d’habitation ou à usage professionnel !

En effet, la « course aux profits maximums » qui est le moteur du « Capitalisme libéral », et qui est la raison d’être du secteur privé national ou étranger, a montré toute sa face hideuse et inhumaine : ce qui impose l’intervention urgente et significative de l’Etat, dans la production des biens et services, et dans leur distribution aux ménages et aux usagers.

Les mécanismes de contrôle des prix par une bureaucratie, et la politique des subventions ont, certes, limité les dégâts sur les ménages, mais ont atteint aujourd’hui, leurs limites sociales et budgétaires !

Le nouveau gouvernement du Premier Ministre Amadou Ba, ne pourra relever, avec efficacité, et efficience de façon durable et stable, les défis de l’emploi, de la baisse, significative, des prix et des loyers, sans rompre définitivement avec les politiques publiques, du Capitalisme libéral, !

Plus que jamais, le » Capitalisme d’Etat « s’impose à notre pays, pour mettre fin à la libre concurrence, à la liberté des prix ,  à la libre exportation des profits, et  à tourte » politique d’austérité budgétaire », pour édifier  un « puissant capitalisme d Etat », afin d’être capable de « réguler les prix » , qui seraient définitivement administrés, » d’ appuyer le pouvoir d’achat des ménages, » par l’emploi, et le transfert monétaire aux ménages vulnérables ,et de promouvoir « un entreprenariat national » qui serait accolé à un secteur public puissant, dans tous les domaines  de production et d’échange des biens et services !

Le Sénégal, avec ce gouvernement du Premier Ministre Amadou Ba, est appelé à entrer de plein pied dans l’ère de la « transition au niveau mondial » du « Capitalisme libéral vers un « Capitalisme d’Etat » !  Ce tournant historique s’inscrit harmonieusement dans les axes stratégiques du PSE !

Ne ratons pas ce tournant historique !

Ibrahima SENE PIT- SENEGAL

laissez un commentaire