« cleaning day » à Mermoz : Le maire Barthélémy Dias boude

Lancement du « cleaning day » à Mermoz : Le maire Barthélémy Dias boude, Macky Sall réussit le pari de la mobilisation

Le Président de la République, Macky Sall a procédé hier samedi au lancement de la journée de lutte contre les ordures communément appelée « cleaning day ». Cette opération entre dans le cadre du combat pour un « Sénégal zéro déchet ». Pour une première, il faut dire que les services de l’Etat compétents en la matière, ont réussi le pari de la mobilisation. Il y a eu de l’engouement de la part des populations. Même si, des maires de communes de la ville de Dakar ont choisi de boycotter la cérémonie d’hier. A Mermoz – Sacré-Cœur, où il a été procédé au lancement officiel du « cleaning day » en présence du Chef de l’Etat et de la maire de la Ville de Dakar, Mme Soham Wardini, l’édile de la localité, Barthélémy Dias lui a choisi de bouder la cérémonie. Un acte d’inélégance républicaine.

Barthélémy Dias peut ne pas être du même bord politique que le Chef de l’Etat, mais a-t-il le droit de ne pas se présenter à la cérémonie d’enlèvement d’ordures, au sein de sa propre localité ? Le maire de Mermoz – Sacré-Cœur fait preuve d’immature politique.

Pourtant, le Chef de l’Etat Macky Sall a fait preuve d’acte de grandeur au cours de la cérémonie d’hier, lorsqu’il a indiqué : « Il s’agit d’une activité trans-partisane », a tenu à préciser le chef de l’Etat, dans sa déclaration faite à cette étape. Il ne s’agit pas d’une activité politique mais les politiques de tous les bords, les citoyens, et les associations se sont mobilisées, et je voudrais vous rendre tous hommage. Et vous remercier. C’est ce que je cherchais en instituant cette journée nationale de la propreté. »

Qui donc pour être le relais de l’Etat avec les populations au sein des communes, si ce ne sont les maires ? Il est temps de parvenir à un changement de comportement dans le domaine de la préservation et d’embellissement de notre cadre de vie. Les maires ont un grand rôle à y jouer.

La rédaction de Xibaaru