Ultimate magazine theme for WordPress.

Le Conseil constitutionnel va anéantir les dernières chances de Sonko

0

La candidature de Ousmane Sonko est devenue la principale attraction de l’élection présidentielle du 25 février 2024. Du fond de sa cellule, le leader du parti des Patriotes Africains du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) tente de soulever des montages pour être candidat. Mais ses efforts restent vains. Le maire de Ziguinchor est la première personne qui risque d’être éjectée par le Conseil constitutionnel. Sa candidature agitée depuis quelques jours par la presse et ses partisans ne l’est que de nom.

sonko

Ousmane Sonko aurait franchi un cap important pour sa candidature. Si on en croit une certaine presse, le maire de Ziguinchor a discrètement glissé sa candidature parmi la trentaine reçue par le Conseil constitutionnel. Une information confirmée par son mandataire dans la presse internationale. «Nous avons bien déposé notre dossier au Conseil constitutionnel ! », a-t-il déclaré. Un nous qui suscite plus d’interrogations que de réponses. Personne ne peut dire avec certitude qui a déposé cette candidature.

Connu pour être un parti très médiatique axé sur les réseaux sociaux, l’ex Pastef n’a fait aucun communiqué sur le dépôt de candidature. D’ailleurs, Amadou Ba, éminent membre du parti dissous, l’a rappelé à ses camarades. « Les informations relatives à la candidature de Pros Sonko, Diomaye et d’autres de notre entourage, ne sont fournies EXCLUSIVEMENT que par les Instances officielles», a-t-il écrit sur un réseau social. Un texte qui en dit long sur le flou qui entoure cette candidature du leader de l’opposition radicale. Une candidature qui n’est là que pour amuser la galerie.

Tel un mouton à l’agonie, Sonko entretient le suspense. Mais à partir du 12 janvier, les sénégalais vont définitivement tourner sa page. Le Conseil constitutionnel va publier la liste définitive des candidats retenus. À partir de là, les choses vont aller très vite. Et le grand absent dans cette short liste sera Ousmane Sonko. Le maire de Ziguinchor ne peut pas être candidat si la loi est appliquée. La candidature prétendument déposée par les siens est très incomplète. Par conséquent, elle ne peut être validée par les sept (7) sages qui ont le dernier mot.

Ousmane Sonko risque d’être éliminé d’office de l’élection présidentielle du 25 février 2024. Le maire de Ziguinchor est tout simplement forclos sur le parrainage puisqu’il n’a pu retirer ses fiches de parrainage, citoyen ou parlementaire. Mais les partisans de Sonko ont voulu compter sur les constats d’huissier pour contrecarrer le refus de la Direction Générale des Élections (DGE) de lui remettre les fiches et la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) de lui délivrer l’attestation de la quittance de sa caution. Sans ces deux pièces, le dossier sera déclaré incomplet par le Conseil constitutionnel. Ainsi, le PROS (Président Ousmane Sonko) sera recalé dès ce premier passage.

Sans jouer les oiseaux de mauvaise augure, on peut juste dire que le Conseil constitutionnel a déjà réglé le débat sur la candidature de Sonko en s’appuyant sur le code électoral. Selon l’article L.120, la candidature à la présidence de la République (…) doit « être accompagnée : soit de la liste de parrains représentant, au minimum, 0,6% et, au maximum, 0,8% du fichier général des électeurs. (…) Soit de la liste de 8% des députés composant l’Assemblée nationale (13 députés) ; soit 20% des chefs d’exécutif territoriaux (présidents de conseil départemental et maires 120) ». Chose que Sonko n’a toujours pas obtenu.

sonko

L’article L.121 Code électoral ajoute que la déclaration de candidature doit être accompagnée d’«une quittance confirmée par une attestation signée par le Directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) attestant du dépôt du cautionnement prévu à l’article L.122 du présent code». Et le maire de Ziguinchor n’a pas pu verser les 30 millions comme les autres candidats. Si « les dossiers incomplets pour absence de l’une des pièces exigées à l’article L.121 du code électoral et les dossiers n’ayant pas obtenu le minimum de parrains requis, ne sont pas pris en compte dans les opérations de contrôle des parrainages ».

Ainsi, Ousmane Sonko sera le premier candidat qui se fera éjecter par le Conseil constitutionnel. Tout le débat autour de la décision du Tribunal de Dakar n’est qu’une manière d’alimenter la polémique. Le patriote en chef a voulu jouer avec le régime et il a perdu. L’Etat a attendu le dernier moment pour lancer une offensive imparable pour le PROS qui risque d’être classé aux oubliettes après la publication de la liste finale des candidats.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire
where to buy viagra buy generic 100mg viagra online
buy amoxicillin online can you buy amoxicillin over the counter
buy ivermectin online buy ivermectin for humans
viagra before and after photos how long does viagra last
buy viagra online where can i buy viagra